Le mouchoir blanc

L’homme était assis à même le trottoir, à côté de l’arrêt de bus, les yeux rivés sur les pavés. Quelques passants se retournèrent pour le toiser; sa barbe de quelques jours, ses épaules affaissées et ses chaussures éculées attiraient les regards. Mais il n’en était pas conscient car il revivait sa vie. Il n’était plus un clochard famélique qui avait passé la nuit précédente sous l’arche d’un pont de chemin de fer, il était un petit garçon qui vivait dans une petite maison de briques rouges située au bout de la rue voisine, il y avait maintenant plus de 20 ans. Peut-être la maison avait-elle depuis longtemps été rasée au bulldozer. Il espérait seulement qu’ils n’avaient pas écrasé le parterre de pensées. C’était étrange comme il pouvait nettement se souvenir des pensées, de la balançoire que son papa avait faite pour lui, et du sentier sur lequel il avait appris à faire du vélo. Ils avaient économisé pendant des mois pour acheter ce vélo.

 

Il haussa les épaules avec impatience, car l’éclat de ces images le blessait, et sa mémoire se déplaça dans une autre décennie. Le vélo avait été échangé contre une motocyclette, et il commençait alors à rentrer moins souvent à la maison. Il avait une bonne place à l’époque, et des amis à foison. Maman et papa avaient l’air un peu triste et ils commençaient à grisonner, en tout cas les bistrots étaient nettement plus amusants. A dire, il ne tenait pas tellement à rappeler ces années-là à sa mémoire, pas plus qu’il ne se souvenait avec plaisir du jour où, ses dettes s’étant amoncelées, il était rentré dans l’intention de demander de l’argent. Ses parents lui avaient préparé une tasse de thé et il n’avait pas aimé mentionner la raison de sa venue. Mais il savait exactement où son père gardait l’argent, et quand plus tard ils sortirent dans le jardin, ce fut pour lui un jeu d’enfant de prendre ce qu’il voulait.

 

C’était la dernière fois qu’il les avait vus. Après ça, il n’avait pas voulu revenir à la maison, et ils avaient perdu sa trace. Il était parti à l’étranger, et ils ignoraient tout de ces années d’errance, de la peine qu’il avait dû purger en prison. Mais la nuit, au fond de sa cellule, il avait beaucoup pensé à eux. Parfois, quand il se tournait et se retournait tout éveillé sur sa couche, et que la clarté de la lune progressait sur le mur, il avait tout loisir de se poser des questions. Une fois libre, il serait ravi de les revoir, s’ils étaient encore en vie, toujours en supposant qu’eux, ils aient encore envie de le revoir, lui…

 

Quand son temps fut expiré, il trouva un emploi en ville. Mais il ne put s’y fixer. Quelque chose semblait l’attirer à la maison, une impulsion à laquelle il ne pouvait se dérober. Chaque fois qu’il allait faire un tour, quelque chose, un parterre de pensées, un enfant sur une balançoire, un petit garçon rentrant de l’école en courant, lui rappelait la petite maison de briques rouges.

 

Il ne voulait pas débarquer sans un sou vaillant, aussi couvrit-il à pied ou en stop une bonne partie du trajet de retour. Il aurait pu arriver plus tôt à destination, mais après une trentaine de kilomètres, il fut soudain submergé de doutes: quel droit avait-il de rentrer de la sorte? Pourraient-ils jamais faire la relation entre l’homme hagard qu’il était devenu et le petit garçon qu’ils avaient aimé et qui les avait si cruellement déçus?

 

Il acheta de quoi manger et passa le plus clair de cette journée assis sous un arbre. La lettre qu’il posta ce soir-là était courte, certes, mais il avait mis des heures à l’écrire. Elle se terminait par ces mots: «Je sais qu’il est déraisonnable de ma part de supposer que vous tenez encore à me recevoir… Aussi, est-ce à vous de voir. En tout cas, je viendrai au bout de la route, jeudi, tôt le matin: si vous voulez que je rentre, suspendez un mouchoir blanc à la fenêtre de mon ancienne chambre à coucher; si je vois le mouchoir, je viendrai, sinon je dirai adieu à la vieille maison et je passerai mon chemin.»

 

Le jeudi matin étant arrivé, il se trouva au bout de la rue. La maison était toujours là. Mais maintenant qu’il était sur place, il n’était plus du tout pressé. Il était assis à même le trottoir, les yeux rivés sur le pavé.

 

Eh bien, il ne pouvait pas repousser indéfiniment sa visite, après tout il n’était pas impossible qu’ils aient déménagé. Au cas où le mouchoir ne serait pas là, il ferait sa petite enquête avant de quitter définitivement la ville. Ils pouvaient très bien être là et simplement ne pas vouloir de lui. Mais il n’avait pas encore eu le courage de faire face à cette éventualité, ni d’imaginer ce qu’il ferait dans pareil cas.

 

Il se leva péniblement, car il était engourdi à force de dormir à la belle étoile et la rue était toujours dans l’obscurité. Grelottant quelque peu, il marcha en silence vers le vénérable platane d’où il savait qu’il pourrait voir la vieille maison aussi nettement que possible. Il n’y jetterait pas un seul coup d’oeil avant d’arriver à cet endroit-là.

 

Il se tint un long moment sous les rameaux, les yeux clos. Puis il respira un bon coup et risqua un oeil. Alors il resta pétrifié, regardant encore et encore, sans se lasser.

 

Déjà le soleil dardait ses rayons sur la petite maison de briques rouges, qu’on ne pouvait honnêtement plus désigner ainsi car chaque mur était festonné de blanc. A chaque fenêtre pendaient des draps, de taies d’oreiller, des torchons, des nappes, des mouchoirs et des serviettes de table, et des rideaux de mousseline blanche étaient étendus sur le toit, accrochés à la fenêtre en mansarde. La petite maison de briques rouges avait l’air d’un chalet emmitouflé de neige, qui rayonnait dans la clarté du matin.

 

Ses parents n’avaient voulu prendre aucun risque!

 

L’homme se redressa et laissa échapper un soupir de soulagement. Puis il remonta la rue en courant et entra tout droit par la porte grande ouverte.

 

Note:

Comme un père a compassion de ses enfants, l’Eternel a compassion de ceux qui le craignent (Psaume 103.13).

Que le méchant abandonne sa voie et l’homme d’iniquité ses pensées, qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu qui ne se lasse pas de pardonner (Esaïe 55.7).

Georges Borrow, traducteur de Bibles

Un intrépide « vagabond pour la cause de l’évangile »

 

On raconte qu’à l’âge de 18 ans, George Borrow connaissait 12 langues. Deux ans plus tard, il était en mesure de traduire en 20 langues « avec aisance et élégance ».

 

En 1833, la Société Biblique Britannique et Etrangère[1], située à Londres, convo­que cet homme singulièrement doué pour un entretien. Ne pouvant financer son dé­placement mais déterminé à ne pas lais­ser passer cette occasion favorable, Borrow, âgé de 30 ans, parcourt à pied la distance de 180 kilomètres depuis Norwich, où il habite, en 28 heures…

 

La Société Biblique lui propose de relever un défi : apprendre en six mois le mandchou[2], une langue parlée dans certaines régions de Chine. Il demande un livre de grammaire mais on ne peut lui fournir qu’un exemplaire de l’évangile selon Matthieu en mandchou et un dictionnaire mandchou-français. Mal­gré cela, il écrira dix-neuf semaines plus tard à Lon­dres : je suis parvenu à maîtriser le mand­chou avec, précise-t-il, le soutien de Dieu. Prouesse d’autant plus impressionnante qu’il aurait, dans le même temps, corrigé la traduc­tion de l’Évangile selon Luc en nahuatl[3], l’une des langues indigènes du Mexique !

 

La Bible en mandchou

 

Au 17ème siècle, pour la première fois, un sys­tème d’écriture pour le mandchou avait été mis au point ; il utilisait des caractères em­pruntés à l’alphabet ouïgour[4] arabe[5]. En Chine, il avait été alors adopté dans les hautes sphères impériales.

 

Même si son usage s’est un peu perdu depuis[6], des membres de la Société Biblique ont hâte d’imprimer et de distribuer des bibles en mandchou. Vers 1822, ils financent une édition à 550 exemplaires de l’évangile se­lon Matthieu, traduit par Stepan Lipoftsoff[7]. Mais à peine la diffusion commencée des quelques exemplaires de cette édition imprimée à Saint Petersbourg qu’une inondation en détruit tout le stock ![8]

 

Une traduction de l’ensemble des Ecritures grecques chrétiennes ne tarde pas à suivre. L’intérêt pour la Bible augmente quand on découvre, en 1844, un manuscrit ancien d’une version de la quasi-totalité des écritures hé­braïques[9]. La Société Biblique se demande bien qui pour­rait coordonner la révision des parties déjà tra­duites, puis achever le travail. Elle confie à George Borrow le soin de mener à bien cette entreprise.

 

En Russie

 

A son arrivée à Saint-Pétersbourg, Bor­row s’investit dans l’étude du mandchou, de manière à pouvoir corriger la traduction et préparer un texte de la Bible bien plus fia­ble. Mais la tâche est ardue ; il participe treize heures par jour à la composi­tion des polices de caractères nécessaires à l’impression du Nouveau Testament, qui sera qualifié de « magnifique édition d’une oeuvre orientale ». Mille exemplaires sont imprimés en 1835. Toutefois, le projet auquel Borrow tenait beaucoup et qui consistait à aller les diffuser en Chine, est contrarié. Le gouverne­ment russe, craignant que cette démarche ne soit perçue comme une oeuvre missionnaire qui risquerait de menacer les relations ami­cales entre les deux pays, interdit à Borrow de se rendre près de la frontière chinoise, avec ne serait-ce « qu’une seule Bible en mand­chou sur lui ».

 

Quelques exemplaires sont distribués une dizaine d’années plus tard et, en 1859, des traductions des Évangiles selon Matthieu et Marc, présentés sur deux colonnes parallèles, l’une en chinois, l’autre en mandchou, sont éditées. Seulement, à cette époque, la plupart des gens capables de lire le mandchou pré­fèrent maintenant le chinois ; l’idée d’une Bible complète en mandchou perd donc de son intérêt. Pour tout dire, le mandchou se meurt et ne tardera pas à être complètement supplanté par le chinois. Il l’est effectivement vers 1912 lorsque naît la République chi­noise[10].

 

La péninsule Ibérique

 

Stimulé par tout ce qu’il a vécu, George Bor­row retourne à Londres. En 1835, il est envoyé au Portugal et en Espagne, « afin de détermi­ner dans quelle mesure les gens étaient prêts à recevoir les vérités du christianisme », écrira-t-il plus tard. Ces pays n’ont alors pratique­ment pas été touchés par la Société Biblique du fait des troubles politiques et sociaux qui y règnent[11]. Borrow apprécie particulièrement les conver­sations bibliques qu’il a dans les villages du Portugal mais bientôt, il doit faire face à l’apa­thie et à l’indifférence religieuses, ce qui l’in­cite à gagner l’Espagne[12].

 

L’Espagne présente un autre défi à relever :

 

S’exprimant dans leur langue[13], Borrow noue rapidement des liens étroits avec les Gitans en particulier. Peu de temps après son arrivée, il entreprend de traduire le Nouveau Testament en langue gitane. Pour cela, il propose à deux gitanes de l’aider. Il leur lit la version espagnole pour la lui traduire. Ainsi il apprend à employer correctement les idiomes gitans. Il est récom­pensé de ses efforts en 1838, au printemps, quand l’Évangile selon Luc est publié. Un évê­que s’exclame alors au sujet de Borrow : « Il va convertir toute l’Espagne grâce à la langue gi­tane ! »

 

George Borrow avait reçu la permission de la Société Biblique de trouver « une personne compétente pour tra­duire la Bible en basque[14] ». Cette tâche est confiée à un certain Dr Oteiza, médecin « versé dans ce dialecte, dont j’ai moi-même quelque savoir », écrira Borrow. En 1838, l’Évangile selon Luc est le premier livre de la Bible à paraître en basque espagnol.

 

Enflammé du désir d’éclairer les gens du peuple, Borrow fait de longs voyages, souvent périlleux, pour distribuer des Evangiles parmi les pauvres des campagnes. Il croit pou­voir les affranchir de l’ignorance religieuse et de la superstition. Leur dévoilant l’inuti­lité des indulgences qu’ils paient[15], il tient ce raisonnement : « Se peut-il que Dieu, qui est bon, approuve le commerce lucratif de la piété ». Redoutant qu’une telle action iconoclaste conduise à l’interdiction de ses activités, la Société Biblique lui demande de se concentrer uni­quement sur la diffusion des Écritures.

 

Borrow obtient la permission orale de la Société Biblique d’im­primer El Nuevo Testamento, une version es­pagnole du Nouveau Testament sans les no­tes doctrinales de l’église catholique romaine. Cela se fait malgré l’opposition du premier ministre qui quali­fie cette traduction de dangereuse et de « livre rempli d’erreurs ». Borrow ouvre ensuite un dé­pôt à Madrid afin de vendre ce Nouveau Testament espagnol, étape qui l’amène à se heur­ter aussi bien au clergé qu’aux autorités. Il est condamné à 12 jours d’emprisonnement. Il proteste et, du coup, on le prie de quitter les lieux sans faire de scandale. Sachant pertinem­ment qu’il est illégal de le mettre en prison, il mentionne ce qui est arrivé à l’apôtre Paul et choisit de rester jusqu’à ce qu’il soit totalement in­nocenté et que son nom soit lavé de tout opprobre. (Ac 16 : 37)

 

Alors que son émissaire zélé s’apprête à quit­ter l’Espagne, en 1840, la Société Biblique rapporte : « Près de 14 000 exemplaires des écritures ont été mis en circulation en Espagne ces cinq dernières années. » Borrow, qui a grandement contribué à cette diffusion, parle des mo­ments qu’il a vécus en Espagne comme « des années les plus heureuses de son existence ».

 

L’ouvrage La Bible en Espagne, pu­blié en 1842, et qui continue d’être imprimé, contient le récit vivant et autobiographique des voyages et des aventures de George Bor­row. Dans cette oeuvre, qui connaît un suc­cès immédiat dès sa sortie, Borrow se pré­sente comme un « vagabond pour la cause de l’évangile ». Il écrit : « J’avais l’intention de me rendre dans les endroits inaccessibles et retirés des collines et des montagnes escar­pées, et de parler aux gens, à ma façon, de Christ ».

 

De par l’enthousiasme avec lequel il a tra­duit et diffusé les Ecritures, George Borrow a ouvert la voie à d’autres. Quel précieux pri­vilège !


Notes :

[1] La British and Foreign Bible Society est connue sous le nom de Société Biblique. Cette société, qui cherche à traduire la Bible afin que tous puissent y avoir accès, a été créée en Mars 1804.

[2] Les Mandchous sont un peuple d’Asie vivant principalement en Mandchourie. Les Jurchens prirent le nom de Mandchous quand ils envahirent la Chine au 17ème siècle.

[3] Le nahuatl, qui dérive probablement de nāhuatlahtōlli, signifiant « parole claire, harmonieuse, qui rend un bon son » est un groupe de langues parlées au Mexique et au Salvador par les nahuas (groupe ethnique duquel les Aztèques et les Pipils faisaient partie). Le nahuatl reste la langue indigène la plus parlée au Mexique. Elle compte plus de 1,5 millions de locuteurs.

[4] L’ouïghour est une langue appartenant au groupe des langues turques de la famille des langues altaïques. Il est parlé en Asie centrale, principalement au Xinjiang (huit millions de locuteurs), et au Kazakhstan. En français, on peut trouver le nom écrit sous les formes suivantes : ouïgour, ouigour, ouighour, uigur. Il existe deux écritures ouïghour : l’écriture arabe ouïghoure et l’écriture latine ouïghoure.

[5] L’ouïghour appartient aux langues turques de l’est.

[6] L’ouïghour est parlé par 8,5 millions de personnes (chiffres de 2004) en Chine, principalement dans la province de Xinjiang. L’ouïghour est aussi parlé par 300 000 personnes au Kazakhstan et il existe des communautés ouïghourophones en Afghanistan, en Australie, en Allemagne, en Inde, en Indonésie, au Kirghizstan, en Mongolie, au Pakistan, en Arabie saoudite, à Taïwan, au Tadjikistan, en Turquie, au Royaume-Uni, en France aux États-Unis et en Ouzbékistan.

[7] Membre du ministère russe des Affaires étrangères qui a passé 20 ans en Chine.

[8] Voir « Quand le feu intervient »

[9] Cette année-là, Tischendorf part pour le Proche Orient à la recherche de manuscrits bibliques. Après bien des pérégrinations infructueuses, il arrive (par hasard ?) au couvent Sainte Catherine, sur le Sinaï (construit en 565 par l’empereur Justinien). Il remarque dans une corbeille de vieux manuscrits, des feuillets de parchemin, qu’on s’apprête à brûler, étant jugés trop vieux pour continuer à être utilisés. Il les examine et se rend compte qu’il s’agit de manuscrits parmi les plus anciens que l’on connaissait alors. Il peut en emporter quelques pages mais pas la totalité. Revenu du monastère dix ans plus tard, il ne parvient pas à retrouver les feuillets manquants. La veille de son départ, discutant avec l’économe, celui-ci lui montre des manuscrits bibliques qu’il utilise lui-même : ce sont les feuillets manquants du précieux Codex. Il y eut de nombreuses tractations et l’intervention du tsar de Russie pour que Tischendorf puisse acheter ces documents. Ils composent aujourd’hui le Codex Sinaïticus (voir « 41 Mc 004-015 001 L’apparition de Codex Grecs corrompus »), publié en 1868. L’URSS l’a revendu au British Museum de Londres à Noël 1933 pour £ 100 000. Il est souvent souligné que ce Codex pourrait être l’une des 50 Bibles commandées en 331 par l’empereur Constantin à Eusèbe de Césarée.

[10] Durant la conquête mandchoue, ces derniers envahirent la Chine et fondèrent la dynastie Qing, qui régna sur la Chine durant près de trois siècles jusqu’à ce qu’en 1911, la république de Chine soit proclamée par Sun Yat-sen. Sun Yat-sen était un leader révolutionnaire et un homme d’État chinois, considéré comme « le père de la Chine moderne ». Il a une influence significative dans le renversement de la dynastie Qing, dont le dernier représentant a été Pu Yi et l’émergence de la République de Chine. Sun Yat-sen, l’un des fondateurs du Guomindang, est le premier président de la République de Chine en 1912 et son leader de 1923 à 1925. Il développe une philosophie politique connue sous le nom des Trois principes du peuple (nationalisme, démocratie et bien-être du peuple).

[11] Au début du 19ème siècle, le Portugal vit une crise due au départ de la famille royale pour le Brésil, ainsi que par les conséquences destructrices des invasions napoléoniennes, la domination anglaise sur le Portugal et l’ouverture des ports du Brésil au commerce mondial (1808) qui y transfert une partie de l’activité économique provoquant la ruine de nombreux commerçants portugais. Jusqu’à la chute de Franco, le Portugal a connu de multiples soulèvements de la population ou de militaires, des mutineries, des révoltes… Il y eut une période de calme de 1838 à 1846 ; une nouvelle constitution de compromis est imposée à la suite de la révolte dite de l’Arsenal en 1838.

[12] A cette époque, l’Espagne se trouve entre deux crises. Entre 1818 et 1830, les colonies espagnoles d’Amérique latine obtiennent leur indépendance sauf Porto Rico, Cuba et les Philippines ; la mort de Ferdinand VII (1833) entraîne une crise dynastique qui débouche sur une guerre civile ; le règne d’Isabelle II (1843-1868) est impopulaire et agité.

[13] Le caló, la langue des gitans d’Espagne, vient du romaní, une langue qui appartient à la famille indo-iranienne. Le romaní est la langue des gitans. Ils sont généralement bilingues car ils parlent la langue du pays où ils s’installent. Leur langue reçoit donc les influences de la langue du pays d’accueil. Le caló, la langue des calés c’est à dire des gitans espagnols, a des traits du castillan.

[14] Le basque (euskara) est une langue parlée au Pays basque (France et Espagne). Le nombre total de locuteurs n’a cessé de baisser et est aujourd’hui de 1 063 700 (statistique 2006).

[15] Les indulgences sont des rémissions totales ou partielles qu’accorde l’église catholique pour des péchés déjà pardonnés et effacés. Elles sont dénoncées d’abord par John Wyclif (1320-1384) et Jan Hus (1369-1415), qui remettent en cause les abus. Parmi ceux-ci, on peut citer l’indulgence accordée en 1506 pour quiconque aiderait à la construction de la nouvelle basilique Saint-Pierre. C’est également l’époque du scandale lié au dominicain Johann Tetzel, chargé en 1516-1517 de vendre les indulgences au nom d’Albert de Brandebourg, archevêque de Mayence, intéressé à la vente par une commission de 50% promise par la Curie. On lui attribue alors le slogan : « aussitôt que l’argent tinte dans la caisse, l’âme s’envole du Purgatoire ». La pratique des indulgences est donc de plus en plus perçue comme une forme de corruption au cours du 16ème siècle. Martin Luther attaque, quant à lui, le principe même de la pratique dans ses 95 Thèses de Wittenberg

Quand le feu intervient

Rien ne laissait supposer le drame, en cet après-midi d’avril 1956. Comme de coutume, lors d’une réunion, on communiquait des extraits de courrier aux collaborateurs de l’oeuvre réunis pour la prière quotidienne:

…Un Péruvien converti par la lecture journalière de son Nouveau Testament… Une équipe d’explorateurs dans l’Arctique réconfortés par la lecture d’un traité intitulé « Face à chaque jour » …Un missionnaire qui dans un autobus remet le traité « la Vie éternelle » à un Arabe, lequel après lecture, descend au prochain arrêt pour engager la conversation et recevoir deux évangiles.

Bref, des nouvelles comme il en arrive tout au long de l’année à Londres aux locaux de la Société pour la diffusion des Saintes Ecritures. Mais soudain, celui qui préside la réunion est poussé à répéter à diverses reprises, « ne crains pas » insistant même: « Ces mots se trouvent 53 fois dans l’Ecriture, une fois pour chaque semaine, et une fois supplémentaire parce qu’on ne sait jamais quand on en aura besoin! ». Il est 15 h 30. L’heure du thé, selon la coutume, rassemble pour quelques instants les équipes dans une pièce située à l’arrière du bâtiment. Dieu l’a prévu, car à 15 h 33 une formidable explosion ébranle l’édifice. Une partie s’effondre, alors qu’un gigantesque incendie enflamme le bâtiment. Des ouvriers travaillant à une conduite de gaz dans la rue sont tués sur le coup, de même qu’un étranger entré quelques instants auparavant à la librairie de la Mission. L’un des collaborateurs est enseveli sous les décombres, mais pourra en être dégagé. Un autre est transporté d’urgence à l’hôpital où il restera plusieurs mois. Mais, véritable miracle, aucune autre personne travaillant sur place -une cinquantaine -n’est touchée.

Le lendemain, les journaux londoniens titrent: « La plus formidable explosion à Londres depuis la deuxième Guerre mondiale ». La télévision, elle, répercute dans tous les foyers de Grande-Bretagne les images spectaculaires de flammes s’élevant à des dizaines de mètres de hauteur. Ainsi est porté devant tous le nom de la SCRIPTURE GIFT MISSION, dont une partie des bâtiments est anéantie.

Un journal de Toronto, au Canada, raconta comment le responsable de la Mission avait alerté ses collaborateurs à l’étranger par un télégramme portant cette seule référence biblique d’Esaïe qui résumait la situation: « notre maison… est brûlée par le feu » (64,11).

D’emblée un immense courant de sympathie chrétienne et de libéralité afflua vers la Société pour la diffusion des Saintes Ecritures provisoirement accueillie dans d’autres locaux. Et de tous les coins du monde parvinrent des dons touchants et aussi des promesses d’aide concrète.

En effet il n’y eut pas que des pertes dans les stocks de littérature biblique, mais aussi parmi les précieux manuscrits de traductions en cours, résultant souvent d’années d’efforts de missionnaires consacrés. Car la Société imprime et diffuse régulièrement la Parole divine en 400 langues. Plus, elle a déjà publié des textes bibliques en 768 langues et dialectes, dont 146 l’ont été alors que ces langues et dialectes n’avaient jamais fait l’objet d’une seule publication précédemment.

L’année 1987 fut une année record pour la Mission: 16 316 791 publications bibliques furent diffusées en 337 langues dans 165 pays.

La Bible de Genève une traduction oubliée

Lors de sa parution, en 1560, la Bible de Genève (en anglais) offrait déjà des aspects bien pratiques encore très exceptionnels à l’époque !

 

Peu de gens la connaissent aujourd’hui. Pourtant, à son époque cette traduction remarquable figurait au palmarès des meilleures ventes. Sa réputation d’exacti­tude ainsi que sa présentation novatrice lui valurent la faveur des lecteurs, jusqu’aux dramaturges anglais Shakespeare et Marlowe, qui en tirèrent leurs citations bibliques.

 

Comment se fait-il que cette édition anglaise du 16ème siècle ait vu le jour à Genève, ville francophone située en Suisse ? Qu’est-ce qui la différenciait des autres versions de la Bible ? Comment expliquer qu’elle ait sombré dans l’oubli ? Enfin, quel héritage précieux nous a-t-elle laissé ?

 

La Bible de Genève est l’œuvre d’un groupe d’exilés qui ont fui la persécution religieuse et le risque d’une exécu­tion lorsque Marie Tudor est arrivée au pouvoir en An­gleterre, en 1553. Les hommes lettrés furent bien accueil­lis par la communauté protestante de Genève, lieu où la traduction et la diffusion de la Bible étaient alors en plein essor.

 

La Bible de Genève, fruit du travail de William Whittingham et de ses assistants, parut en 1560. Peu de temps après, on la lisait avec pas­sion en Angleterre. Plus facile à par­courir que les versions qui l’avaient précédée, cette bible en anglais était la première à être divisée en versets nu­mérotés, un système aujourd’hui uni­versellement adopté. Elle présentait également des hauts de pages — quel­ques mots-clés eu haut de chaque page, pour aider les lecteurs à retrouver un passage précis dans le texte figurant au-dessous. Enfin, au caractère gothique, épais, inspiré de l’écriture manuscrite, ses auteurs avaient préféré une police de caractères plus nette, semblable à celle qui prévaut dans les bibles anglo-­saxonnes d’aujourd’hui.

 

Jusque-là, les bibles étaient conçues pour reposer sur un lutrin d’église et n’existaient que dans le format folio, plutôt encombrant. La Bible de Genève, dont le format était moitié moindre, était non seulement plus pratique pour la lecture et l’étude individuelles, mais aussi d’un prix nettement plus abor­dable.

 

Les traducteurs de la Bible de Genève se sont particulièrement efforcés de conserver la saveur et le sens de l’origi­nal hébreu. Le nom de Dieu, figure en quelques endroits, parmi lesquels Exode 6 : 3; 17 : 5 et Psaume 83 : 18.

 

Les mots que les traducteurs ont jugé nécessaire d’ajouter apparaissent en ita1ique tandis que le texte inséré dans un souci de clarté grammaticale figure entre crochets.

 

La Bible de Genève ne tarda pas à être adoptée comme traduction officielle en Ecosse. Elle était aussi d’un usage répandu en Angleterre et l’on pense que c’est cette traduction que les Pères pèlerins emportèrent en 1620, lors de leur voyage vers ce qui deviendrait les Etats-Unis. La Bible de Genève gagna les autres colonies britanniques — y compris la plus éloignée, la Nouvelle ­Zélande, où en 1845 un exemplaire vint étoffer la collection du gouverneur, sir George Grey.

 

Les nombreuses annotations conte­nues dans la Bible de Genève lui assurè­rent un succès durable auprès des lec­teurs. Les traducteurs les avaient ajoutées parce qu’ils s’étaient aperçus que la bible comportait des passa­ges ardus, difficiles à comprendre. Le genre de notes marginales n’avait rien de nouveau. Tyndale[1] lui-même en avait inséré dans son « Nouveau Testament » en 1534. Par ailleurs, la Bible de Ge­nève contenait des illustrations, des re­marques introductives et des cartes — toutes destinées à en faciliter la com­préhension. En fin d’ouvrage figuraient des tables généalogiques, des résumés, et même une partie encourageant à lire la Bible chaque jour.

 

Tout en reconnaissant en privé l’excellence de la traduction, les hauts dignitaires de l’Eglise d’Angleterre la critiquaient en public, parce qu’ils trou­vaient le ton des notes marginales trop révolutionnaire, Matthew Parker, alors archevêque de Cantorbéry, en parIait comme de « diverses notes préjudi­ciables ». Le roi Jacques 1er estimait que ces notes étaient « très partisa­nes, mensongères, séditieuses ». Qui s’en étonnera, puisque certaines no­tes contestaient le « droit divin » de la monarchie !

 

En 1604, le roi Jacques autorisa la publication d’une nouvelle traduc­tion qui, espérait-il, bouterait dé­finitivement hors d’Angleterre la Bible de Genève. L’historien et théo­logien Alister McGrath raconte que « l’obstacle majeur auquel la Bible du roi Jacques dut faire face tan­dis qu’elle cherchait à gagner la fa­veur du public au 17ème siècle, ce fut le succès persistant de la Bible de Genève ». De nombreuses années durant, le public préféra la Bible de Genève, laquelle demeurait la bi­ble officielle en Ecosse. Jusqu’en 1644 on continua d’en publier de nouvelles éditions.

 

La Société biblique britannique et étrangère a fait remarquer qu’un « examen de la Bible du roi Jacques de 1611 révèle que ses traducteurs  étaient bien plus influencés par la Bible de Genève que par toute autre version anglaise ». De nombreuses innovations de la Bible de Genève en matière de présenta­tion et de traduction ont été reprises dans la Bible du roi Jacques.

 

Bien qu’elle ait fini par être supplantée par la version autorisée, ou Bible du roi Jacques, la bible de Genève occupe une place importante dans l’histoire littéraire. Non seu­lement elle a innové en matière de traduction et de pré­sentation, mais elle demeure un chaînon essentiel dans l’œuvre de révision des bibles en langue anglaise au cours des années. Elle a favorisé la lecture et l’étude de la Bible chez toute une partie de la population qui, autrement, n’y aurait pas eu accès.

 

En frayant la voie à la Bible du roi Jacques, la Bible de Ge­nève a permis à certaines expressions bibliques d’entrer dans la littérature et dans la langue anglaise… Ainsi, bien que tombée dans l’oubli, la Bible de Genève a assurément laissé son empreinte.


Note :

[1] Voir « La Bible de William Tyndale ou la Bible de Matthieu »

La Bible en Tibétain

Le petit Yoseb Gergan, âgé de sept ans, répétait d’une voix monotone les mots de sa prière : « Ah, le bijou dans le lotus, le bijou dans le lotus… » tout en secouant avec respect sa roue de prière[1]. Son père ne semblait pas se sou­cier de ce qu’il soit ou non religieux. Tout ce qu’il faisait, c’était de s’as­seoir avec les missionnaires, Heyde et Pagell autour d’un livre étrange.

 

Yoseb était né en 1878 au Cachemire, une très jolie terre de montagnes, de lacs et de jardins, dans la région fraîche du nord de l’Inde. Son père, bien que fugitif du Tibet, était riche ; aussi avaient-ils une très jolie et vaste maison. Yoseb aimait aller sur les péniches qui naviguaient, avec leurs « jardins flottants » sur les nombreux canaux et rivières. Un vieil homme lui permettait de pêcher du haut de son petit bateau appelé « shikari », et lui donnait à boire du thé au gingembre.

Quelquefois, Yoseb dépensait de l’argent en allant sur un « doonga[2] » pour s’acheter des oeufs durs, des raisins et des morceaux de noix ce coco qu’il mangeait avec appétit. A la maison, sa mère faisait des « chapatties[3] » qu’elle servait avec un bol de lait caillé.

 

En hiver, alors que la neige tombait, embellissant le Cachemire, Yoseb sortait couvert d’un chaud manteau, tandis que les paysans s’emmitouflaient dans les couvertures de laine, charriant avec eux un petit poêle à charbon de bois sous les couvertures. Il sentaient la fumée et étaient toujours sales.

 

Le père de Yoseb avait acheté la « roue de prière » au Tibet où les gens ne connaissaient qu’une seule prière. Les Tibétains sont Bouddhistes et croient que s’ils font quelque chose de mauvais, ils meurent et renaissent sous la forme d’un serpent ou d’un âne. Cette idée faisait frissonner Yoseb. Etait-ce vrai ? Ses voisins au Cachemire n’avaient pas les mêmes croy­ances. Ils étaient Musulmans. Ils s’agenouillent pour prier en se tournant vers l’Est et ceci cinq fois par jour. « Il n’y a qu’un seul Dieu, Allah, et Mahomet est son prophète », récitaient-ils de leur voix chantonnante.

 

Quelle était la vraie prière ? Quelle était la vraie religion ? Tout cela tracassait Yoseb jusqu’au jour où il fit une merveilleuse découverte. Il trouva un petit livre ; l’Evangile de Jean en Tibétain. Il était capable de le lire car son père lui avait appris beaucoup de choses et entre autres différen­tes langues.

 

Yoseb se mit à lire la vie du Fils du Dieu qui se fit homme, vécut sur la Terre et paya pour les péchés des hommes en versant son sang. Et Yoseb lut dans l’Evangile de Jean « Si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés » (Jn 8 : 24). Yoseb savait bien ce qu’était le péché car il avait fait beaucoup de vilaines choses telle que désobéir à son père, par ex­emple. Il n’avait pas envie de mourir dans ses péchés et aspirait à ce qu’ils lui soient pardonnés.

 

Yoseb apprit que le Fils de Dieu s’appelait Jésus et qu’il avait promis le pardon des péchés et la vie éternelle à ceux qui l’acceptaient comme Sau­veur. Yoseb navait jamais entendu une chose aussi merveilleuse et son cœur lui disait que c’était vrai. Sur le moment, Yoseb ne dit à personne qu’il croy­ait en Jésus et qu’il était devenu chrétien. Et les missionnaires, eux, étaient allés s’établir à Leh[4], à 80 kilomètres de là.

 

Un jour, subitement, le père de Yoseb tomba malade. Tandis que Yoseb était à son chevet, son père lui dit : « Tu sais, je crois aussi en Jésus. » Le coeur de Yoseb fut réjoui ! Puis le père implora « Envoie chercher les mis­sionnaires et demande leur de t’envoyer dans une école chrétienne. »

Le temps que les missionnaires arrivent, ayant eu à traverser un défilé montagneux de 5 400 mètres d’altitude, le père de Yoseb était mort.

A l’âge de douze ans, Yoseb était un enfant réfléchi et calme. Il dé­sirait alors que les autres sachent qu’il croyait en Jésus, le Fils parfait de Dieu. Il alla dans une école dirigée par des chrétiens à Srinagar[5], la plus grande ville du Cachemire. Il était le seul chrétien dans une école de cent garçons. Ses camarades « l’embêtaient » et lui lançaient des pier­res et de la boue.

 

Un jour, en classe, un enfant « Brahmane[6] » dit au maître :

 

« Pourquoi vous, étrangers, venez-vous ici pour nous changer et nous enlever notre religion ?

 

– Nous voulons seulement changer ce qui est faux, reprit le maître. Vo­tre religion dit que si votre père meurt, votre mère doit être brûlée vive à ses funérailles. Pensez-vous que cela soit juste ?

 

– Oui ! Oui ! Bien sûr ! crièrent tous les garçons en colère. Ça, c’est notre religion ! »

 

Yoseb bondit et s’adressant à un garçon lui dit :

 

« Aimerais-tu voir ta jolie sœur mariée brûlée vive si son mari venait à mourir ?

 

– Pourquoi pas ? répondit froidement le garçon. Notre religion nous le commande. »

 

Yoseb retint sa langue. Un jour, il ferait quelque chose pour changer cela. Si seulement ils avaient la Bible, si seulement son pays, le Tibet, avait la Bible car c’était encore pire là-bas. En effet, il y avait cinq millions et demi de gens qui avaient besoin du Seigneur Jésus et n’en avaient jamais enten­du parler.

 

Yoseb continuait à travailler dur. Il étudiait beaucoup et prenait part à toutes sortes de sports pour fortifier son corps. Mais, par-dessus tout, il priait, lisait les Evangiles et grandissait dans la foi chrétienne.

 

Yoseb réfléchissait beaucoup au sujet des différentes religions qu’il connaissait et de leurs mauvaises voies. Le christianisme était différent. Le vrai Dieu disait « Soyez saints car je suis saint »[7], et Il donnait le pouvoir de vivre comme le Christ.

 

Yoseb avait à parcourir trois kilomètres et demi pour aller à l’école et sou­vent il passait devant la Mosquée de Hazrathal[8]. Pour les musulmans, la mosquée était un lieu sacré. A l’intérieur, il y avait, sous clef, derrière des portes d’argent, un coffret dans lequel se trouvait une bouteille de verre qui contenait un simple cheveu de, Mahomet.

 

Un cheveu ! Et les gens l’adoraient ! Comment pouvaient-ils faire çà ? Yoseb réfléchit. Un cheveu n’a pas de pouvoir !

 

Onze années s’étaient écoulées et Yoseb avait fini sa scolarité. Son professeur lui dit :

 

« Maintenant tu peux devenir policier ou officier de la douane, te faire une bonne situation et gagner beaucoup d’argent.

 

La pensée du cheveu sacré et des veuves brûlées lui revinrent en mémoire ainsi que les roues de prière tibétaine avec leurs vaines redites, et les cinq millions et demi de personnes qui n’avaient jamais vu la Bible.

 

« Je ne désire ni richesse, ni grandeur, répondit-il, j’ai donné ma vie au Seigneur Jésus et je veux le servir. Je vais me consacrer à traduire la Bible, ainsi elle pourra atteindre mon peuple au Tibet et ce sera comme si elle avait des jambes pour pénétrer dans ce pays. Elle annoncera à ce peuple l’amour de Dieu qui pardonne les péchés. »

Yoseb avait travaillé très dur dans l’étude des langues et avait bien réussi. Il connaissait l’anglais, l’ourdou[9], le cachemire et beaucoup d’autres langues indiennes à côté du tibétain. Pour subvenir à ses besoins, il enseignait dans une école missionnaire, mais son principal travail était la traduction.

 

Le tibétain n’est pas une langue qui a seulement vingt-six lettres faciles comme celles de notre alphabet mais il a une écriture en forme de boucles, copiée de la langue indienne il y a environ 1 300 ans. Il est très difficile à apprendre et encore plus à écrire.

 

Comment Jean 3:16[10] pouvait-il être traduit en tibétain ? « Car Dieu a tant aimé… » Quel mot pouvait être utilisé pour Dieu dans cette langue ? Pas Shiva[11] ni Bouddha ni Allah[12] ni Vishnu[13]. Ce mot devrait vouloir dire Seigneur des seigneurs, le Dieu de toute la création, un Dieu qui les aima jusqu’à mourir pour eux, un Dieu Saint. Chaque mot devait être choisi avec beaucoup de soin.

 

Yoseb devait faire attention à ce que la signification du mot soit claire. « Dieu a tellement aimé le monde… » Comprendraient-ils cette sorte d’amour ? Les dieux païens n’aimaient pas les gens et les gens ne les aimaient pas.

 

Yoseb mit 35 ans à traduire la Bible en tibétain…

 

Un jour, il écrivit une lettre à un ami missionnaire :

« Je suis en train d’écrire chez moi, à la lueur des bougies, en plein midi, Car ma maison est enfouie sous la neige. Quand je veux faire de l’exercice je dois grimper, passer par un trou dans le toit, et marcher sur la neige. »

 

Quand la Bible fut finie, il l’envoya en Angleterre où pendant six ans des personnes compétentes l’examinèrent avec attention pour qu’il n’y ait pas d’erreur. C’est alors que la deuxième guerre mondiale se déclara et la Bible tibétaine fut cachée durant le bombardement de Londres jusqu’en 1945, dans le sous-sol de la Cathédrale Ripon[14].

 

Yoseb, lui, attendait, et continuait d’attendre. Verrait-il jamais son précieux livre imprimé ? Il était maintenant âgé de soixante ans. La fin de la guerre arriva et, à nouveau, le papier d’imprimerie fut abondant. La Bible entière devait être copiée sur un papier spécial couvert de jaunes d’œufs battus et de produits chimiques. Yoseb travaillait nuit et jour, prenant à peine le temps de manger. Il se fatiguait et s’affaiblissait. Trois autres hommes l’aidaient dans ce travail. Et tous travaillaient beaucoup et dormaient peu.

Enfin, le 16 août 1946, le livre pour lequel Yoseb avait prié « qu’il ait des jambes » fut achevé. Et, cinq jours plus tard, Yoseb Gergan mourait.

 

La Bible finie fut transportée à dos de mulet jusqu’à Lahore, cinquante-deux jours de voyage, pour être préparées avant l’impression. Ce qui représentait un dange­reux voyage gravir des pics montagneux, descendre des ravins, traverser des gorges, franchir des planches de bois, passer à gué des rivières froides.

 

Des fautes dans la copie à la main furent trouvées et le livre renvoyé à Leh pour les corrections. Hélas la Bible fut perdue dans le transport et dut être recopiée entièrement. Quel travail pour tous ces chrétiens !

 

La Bible fut envoyée par la poste une seconde fois. Mais un employé du bureau de poste renversa accidentellement de l’eau sur le paquet et toutes les pages furent endommagées. Il fallut à nouveau la recopier !

 

La Bible fut pour la troisième fois postée ; c’était l’année 1947 et la guerre entre l’Inde et le Pakistan avait éclaté. Des bandits attaquaient les routes de montagne, aussi était-il impossible d’envoyer du courrier. La Bible était perdue quelque part au Cachemire…

 

Un des amis missionnaires de Yoseb, à Lahore, Monsieur Chandu Ray, avait très à cœur de voir la Bible tibétaine arriver au Tibet. Il reconnut que tou­tes ces difficultés étaient dues à Satan, l’ennemi de Dieu. Alors Chandu Ray rassembla tous les chrétiens de Lahore et ils passèrent toute une journée à prier pour la Bible tibétaine.

Pendant que les croyants de Lahore priaient, un écrivain chrétien, Gapel vivant à 3 280 kilomètres de là, dans les montagnes neigeuses de Leh, fut soudain con­scient que Dieu parlait à son cœur. Gapel ne savait rien de cette réunion de prière à Lahore mais Dieu l’aida à trouver la Bible. « Porte la Bible à Lahore », semblait lui dire Dieu.

 

Affrontant la tempête de neige avec le poids de la Bible sur son dos, dix-huit kilos, il tenta l’impossible. A plusieurs reprises, les soldats paki­stanais essayèrent de l’attraper, mais il connaissait mieux les sentiers de montagne qu’eux, et chaque fois, il s’échappait et disparaissait dans la neige et la grêle. Il n’y avait personne pour l’aider. Tous les missionnaires avaient quitté le pays à cause de la guerre.

 

Gapel était déterminé à accomplir sa mission aussi vite que possible car il savait que des millions de gens au Tibet avaient besoin de la Parole de Dieu. Aussi, glissant, tombant, écorchant ses mains et son visage, affamé, saignant et souffrant, Gapel poursuivit sa route et arriva au pont qui traverse l’Indus, rivière du Cachemire. Là, il fut attrapé par des soldats in­diens et fait prisonnier pendant quatre mois et demi.

 

Le sort du précieux livre semblait perdu. Gapel griffonna une note et paya un messager pour la porter à Chandu Ray à Lahore. Il n’osa pas signer, ni faire mention de l’endroit où il se trouvait, car il était considéré comme es­pion par ceux qui l’avaient arrêté.

 

Quand le messager arriva, haletant, il dit :

 

« Je viens du pont de l’autre côté de l’Indus au Cachemire. Un homme âgé m’a payé pour vous apporter cette note. »

 

Se dépêchant d’aller au petit aéroport voisin, Chandu Ray demanda un vol pour le Cachemire.

 

« Voler sur le territoire ennemi, pendant la guerre ! s’ex­clama le pilote. Cet avion est le dernier et j’ai reçu des ordres pour annuler le vol. »

 

Chandu Ray pria silencieusement.

 

« Comment allez-vous faire pour rembourser leurs billets à tous les passagers ? » demanda-t-il très vite. Le pilote décida alors de partir tout de suite…

En arrivant au Cachemire, Chandu Ray marcha trois jours avant d’attein­dre le pont. Gapel l’attendait de l’autre côté. Des troupes indiennes arrêtè­rent Monsieur Ray, mais il leur distribua des Evangiles dans leur propre lan­gue, ce qui procura de la joie.

 

L’un des officiers accompagna Monsieur Ray de l’autre côté du pont dé­fendu où il trouva Gapel. Comment allaient-ils pouvoir rentrer à Lahore main­tenant ? Un avion chargé de soldats indiens blessés était sur le point de dé­coller pour Dehli[15] qui se trouvait très loin de leur destination. Chandu Ray et Gapel reçurent deux permis spéciaux. C’était encore là un miracle !

A Dehli, les deux hommes prirent un vieux train délabré pour le nord, et restèrent debout tout le voyage entassée avec des centaines d’autres personnes. Ayant traversé la frontière entre l’Inde et le Pakistan, ils louèrent un vieux taxi pour se rendre à Lahore. Quelles péripéties pour arriver à la maison ! Mais le livre était sauf.

 

 

La Bible tibétaine fut mise sous presse et des hommes y travaillèrent nuit et jour. Les machines, elles, ne s’arrêtèrent que lorsque le travail fut fini et Gapel reçut la première copie de la Bible tibétaine, puis il s’en alla chez lui.

 

Il avait été absent plusieurs mois et ses amis le croyaient mort. Quand il atteignit son village, il montra la Bible à ses amis et ils se mirent à pleurer de joie. Ils s’agenouillèrent pour remercier et louer Dieu de leur avoir donné la Bible car ils étaient tous tibétains.

 

Les Bibles tibétaines se vendirent aussi vite qu’elles avaient été im­primées. Les missionnaires n’avaient pas pu pénétrer au Tibet mais les prières de Yoseb avaient été exaucées. « Le livre qui a des jambes » a pu y pénétrer, transporté par des chrétiens de l’autre côté de la frontière.

 

Les prêtres dans les monastères se mirent, avec empressement, à lire la Bible tibétaine. Des marchands, des moines vinrent à la frontière et en empor­tèrent des copies au Tibet ; et même des troupes chinoises communistes achetè­rent des copies de la Bible tibétaine. Ils voulaient apprendre le tibétain, aussi comparaient-ils ces copies avec celles de la Bible chinoise et de cette façon apprenaient la langue.

Avec beaucoup de travail et de sacrifices de la part des chrétiens, la Bible tibétaine put être finalement envoyée au Tibet. « Dieu ne permettra pas que sa Parole retourne à lui sans effet, sans avoir accompli ses desseins. » (Es 55 : 11)

 

Le « Livre qui a des jambes » avait voyagé à travers quatre pays : l’Inde, le Cachemire, l’Angleterre et le Pakistan. Maintenant, il était dans un cinquième pays : le Tibet ! Des miracles s’étaient succédés les uns après les autres, et beaucoup de prières avaient été exaucées.

 

Le Tibet est toujours un pays[16] interdit aux missionnaires, mais il n’est pas entièrement fermé parce que Jésus, la Lumière du monde, y est, et le « Livre qui a des jambes », parlant d’un Sauveur qui nous aime et qui est mort pour nous sauver de nos péchés, s’y trouve aussi. Il a pénétré au Tibet parce qu’un gar­çon de sept ans avait mis sa confiance en Jésus-Christ et lui avait donné sa vie.

 

Voici quelques chiffres montrant comment Dieu agit. D’après un rapport portant sur six années[17], plus d’un million et demi de Bibles ou por­tions de 1’Ecriture en tibétain ont été distribuées. L’armée Rouge de Chine a transporté des Bibles au Tibet pour enseigner à leurs troupes à lire la langue tibétaine pendant des années.


Notes :

[1] Il s’agit de roues (Il en existe de grandes dans tous les temples bouddhistes tibétains) à l’intérieur desquelles sont enroulés des parchemins sur lesquels ont été écrites des prières. Lorsque ces roues à prières tournent dans le sens de l’horloge, les prières écrites sur des parchemins roulés à l’intérieur sont considérées comme étant prononcées, apportant ainsi des mérites à ceux qui les font tourner.

[2] Un bateau-restaurant.

[3] Des gâteaux frits.

[4] Leh (sle en tibétain) est la ville la plus importante du Ladakh, située à 3500 m d’altitude, dans la vallée de l’Indus. La ville appartient maintenant au district Leh dans l’état de Jammu et Cachemire en Inde.

[5] Srinagar ou Shrînâgar – de nâgar, ville et shrî, sainte – est la capitale de l’ États indien du Jammu-Kashmir. La ville est située à 1768 m d’altitude, sur le lac Dal, formé par la Jhelum et célèbre pour ses houseboats, des bateaux d’habitation à l’aménagement souvent luxueux.

[6] Le brahmane est un membre d’une des quatre castes en Indes : avec les brahmanes, il y a les prêtres, les enseignants et les hommes de loi. Les brahmanes font partie des Castes supérieures en Inde. Ce sont les hommes les plus importants. Ils sont très respectés.

[7] Lv 11 : 45, 1 Pi 1 : 15 et 16.

[8] Construite par l’empereur Shah Jehan qui construisit aussi le Tadj Mahall en Inde.

[9] L’ourdou ou urdu est une langue indienne. Il est parlé au Pakistan, dont il est la langue officielle, ainsi que dans le nord de l’Inde, où il est également une langue officielle reconnue par la Constitution. Environ 160 millions de personnes utilisent l’ourdou, dont 60 à 80 millions qui l’utilisent comme première langue.

[10] « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

[11] Shiva transcrit parfois par Siva ou Çiva, « le bon, le gentil, qui porte bonheur », est un dieu hindou. Il est la personnification de l’Absolu, le principe destructeur et en même temps régénérateur du monde, dispensateur de mort et de renaissance.

[12] Le dieu des musulmans.

[13] Vishnu ou Vishnou, également appelé Hari, est un dieu hindou, associé à la conservation et à la protection. Il forme avec Brahma et Shiva la base des divinités hindoues. C’est une divinité de vie-mort-renaissance.

[14] Ripon : ville située au nord de Londres.

[15] New Delhi est la capitale de l’Inde.

[16] Le Tibet a été annexé par la Chine en 1951… Depuis les années 1975 à 1985, l’oppression chinoise est très importante… Le réveil spirituel qui a suivi la diffusion de la Bible en tibétain a préparé des centaines de milliers de personnes aux grandes difficultés et à la persécution.

[17] Société biblique en Inde 1969 à 1975.

La première Bible en portugais

« Qui persévère réussira. » Cette devise apparaît sur la page de titre d’un pamphlet religieux du 17ème siècle écrit par Joâo Fer­reira de Almeida. Difficile d’imaginer une maxime qui convienne mieux pour un homme qui a consacré sa vie à la tra­duction et à la publication de la Bible en portugais !

 

Almeida naît en 1628 à Torre de Tava­res, un village du nord du Portugal. Or­phelin depuis l’enfance, il est élevé à Lisbonne, la capitale, par un oncle qui est membre d’un ordre religieux. D’après la tradition, Almeida reçoit une excel­lente éducation le préparant à la prê­trise, ce qui lui permet de développer très jeune son aptitude exceptionnelle pour les langues.

 

Cependant, s’il reste dans son pays, il ne pourra probablement pas mettre ses talents à profit pour traduire la Bible. En effet, tandis que la Ré­forme inonde le nord et le centre de l’Europe de bibles en langues verna­culaires, le Portugal demeure sous la forte influence de l’Inquisition catholi­que. Le simple fait de posséder une bible dans la langue du peuple peut valoir une comparution devant le tribunal de l’Inquisition[1].

 

Vraisemblablement désireux d’échap­per à cette atmosphère répressive, Ai­meida s’installe aux Pays-Bas au début de son adolescence. Peu après, alors qu’il a tout juste 14 ans, il entreprend un voyage en Asie via Batavia (à pré­sent Jakarta). Cette ville indonésienne est à l’époque le centre administratif de la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales en Asie du Sud-Est.

 

La dernière étape de son voyage en Asie mar­que un tournant dans la vie d’Almeida. Tandis qu’il navigue de Batavia à Melaka (une ville de Malaisie occidentale), il trouve par hasard un pamphlet protestant écrit en espagnol et inti­tulé « Diferencias de la Cristiandad » (Les différen­ces dans la chrétienté). Non seule­ment ce pamphlet s’attaque aux doctrines religieuses erronées, mais il contient une déclaration qui impressionne tout particuliè­rement le jeune voyageur : « L’uti­lisation à l’église d’une langue inconnue, même à la gloire de Dieu, n’apporte aucun bienfait à celui qui écoute sans compren­dre. » (Voir 1 Co 14 : 9)

 

Almeida en conclut naturelle­ment que le seul moyen de dé­masquer l’erreur religieuse est de rendre la Bible compréhensible à tous. À son arrivée à Melaka, il de­vient membre de l’Église hollan­daise réformée et il se met immé­diatement à traduire des portions des Évangiles de l’espagnol en portugais. Puis il fait bénéficier de son travail « ceux qui manifestent un désir sin­cère de connaître la vérité ».

 

Deux ans plus tard, Almeida est prêt à se lan­cer dans une entreprise plus ambitieuse encore : la traduction de l’intégralité des Écritures grec­ques chrétiennes à partir du texte latin de la Vulgate. Il atteint son objectif en moins d’un an, ce qui est un véritable exploit pour un jeune homme de 16 ans ! Courageusement, il remet un exemplaire de sa traduction au gouverneur général néerlandais de Batavia afin qu’elle soit publiée. Selon toute apparence, le manuscrit est envoyé par l’Église réformée à Amsterdam, où il est confié à un pasteur âgé, mais il disparaît à la mort de ce pasteur.

 

En 1651, quand on demande à Almeida de fournir une copie de sa traduction à l’Église ré­formée de Ceylan (aujourd’hui le Sri Lanka), il se rend compte que l’original a disparu des archives de l’Église. Sans se décourager, il par­vient à mettre la main sur une copie, peut-être un brouillon, et l’année suivante il termine sa version révisée des Évangiles et du livre des Ac­tes. À Batavia, le consistoire[2] le rétribue de 30 florins. C’est « une somme dérisoire pour la tâche colossale qu’il a effectuée », écrit l’un de ses collègues.

 

Malgré ce semblant de reconnaissance of­ficielle, Almeida persévère. En 1654, il soumet au consistoire une révision de sa traduction du Nouveau Testament dans son intégralité, dont la publication est à nouveau envisagée. Cepen­dant, rien de concret ne se produit, mis à part la réalisation de copies manuscrites à l’usage de quelques églises.

 

Au cours des dix années suivantes, Almeida se consacre à l’œuvre pastorale et missionnaire de l’Église réformée. Il reçoit l’ordination en 1656. Il accomplit d’abord son ministère à Cey­lan — où il manque d’être piétiné par un élé­phant —, et par la suite en Inde, où il est l’un des premiers missionnaires protestants à aller.

 

De nombreux membres des communautés de langue portugaise à qui il rend visite consi­dèrent ce protestant converti comme un apos­tat et un traître… d’autant plus qu’il est au ser­vice d’une puissance étrangère. Le fait qu’il dénonce sans détour la corruption morale du clergé et qu’il remette en question la doctrine de l’Église catholique lui vaut aussi de fréquents démêlés avec les missionnaires de cette confes­sion. Ces conflits atteignent leur paroxysme en 1661 lorsque le tribunal de l’Inquisition de Goa, en Inde, le condamne à mort pour hérésie. En son absence, il est brûlé en effigie. Probable­ment alarmé par son ardeur belliqueuse, le gou­verneur général néerlandais le rappelle à Bata­via peu après.

 

Almeida est un missionnaire zélé, mais il ne perd jamais de vue la nécessité de disposer de la Bible en portugais. Au contraire, les résultats de l’ignorance biblique — bien trop manifeste au­tant parmi le clergé que parmi les laïcs — ne font que le conforter dans son opinion. Il an­nonce à ses lecteurs dans la préface d’un tract religieux daté de 1668 : « J’espère […] bientôt vous honorer de la Bible complète dans votre langue, le don le plus beau et le trésor le plus précieux que quiconque puisse jamais vous re­mettre. »

 

En 1676, Almeida soumet sa version finale du Nouveau Testament au consistoire de Batavia pour révision. Dès le début, ses relations avec les réviseurs sont tendues. Le biographe Ian Swellengrebel rapporte que les collègues néer­landophones du traducteur ont des difficultés à saisir certaines nuances sur le fond et le style. La controverse porte également sur le niveau de langue. La Bible doit-elle employer la langue courante, ou alors un langage recherché que beaucoup auraient du mal à comprendre ? En­fin, l’empressement d’Almeida à voir la tâche terminée est une source constante de frictions.

 

Le travail de vérification progresse très lente­ment, sans doute en raison de ces querelles ou du manque d’intérêt de la part des réviseurs. Quatre ans plus tard, ils en sont encore à se dé­battre avec les premiers chapitres de l’Évangile de Luc. Irrité par cette lenteur, le traducteur en­voie une copie de son manuscrit aux Pays-Bas afin qu’elle soit publiée à l’insu des réviseurs.

 

En 1681, en dépit des tentatives du con­sistoire visant à empêcher sa publication, le Nouveau Testament d’Almeida est mis sous presse à Amsterdam, et les premiers exemplaires imprimés arrivent à Batavia l’année suivante. On peut imaginer à quel point Almeida est déçu de constater qu’aux Pays-Bas des réviseurs ont apporté des modifications à sa traduction. Ne maîtrisant pas le portugais, ces réviseurs ont introduit « des tournures maladroites et contradictoires qui obscurcissent la nature du Saint-Esprit », pour reprendre les propos d’Ai­meida.

 

Le gouvernement néerlandais est lui aussi mécontent ; il ordonne la destruction de l’édi­tion complète. Almeida réussit tout de même à obtenir des autorités qu’elles en épargnent quelques exemplaires sous réserve que les erreurs les plus graves soient corrigées à la main. Ces exemplaires seront utilisés jusqu’à ce qu’une édition révisée soit prête.

 

À Batavia, les réviseurs se réunissent pour re­prendre leur travail de vérification des Écritures grecques chrétiennes, et pour préparer les livres des Ecritures hébraïques au fur et à mesure qu’Almeida en termine la traduction. De crainte que l’impatience du traducteur ne prenne le dessus, le consistoire décide de conserver les pa­ges signées de la version finale dans le trésor de l’Église. Il va sans dire qu’Almeida conteste cette décision.

 

Des décennies de dur labeur et les rigueurs du climat tropical ne manquent pas de l’affaiblir. En 1689, en raison d’une santé déficiente, il se retire des activités ecclésiales pour se livrer en­tièrement à la traduction des Écritures hébraï­ques. Malheureusement, il meurt en 1691 tan­dis qu’il est en train de traduire le dernier chapitre du livre d’Ézéchiel.

 

La deuxième édition du Nouveau Testament d’Almeida, achevée peu avant sa mort, est pu­bliée en 1693. Apparemment, son oeuvre souf­fre une fois de plus aux mains de réviseurs in­compétents. Dans son livre « A Biblia em Portugal » (La Bible au Portugal), Guilherme Santos Fer­reira écrit : « Les réviseurs […] ont apporté des modifications importantes à l’excellent travail d’Almeida, défigurant et altérant par là même toute beauté de l’original qui aurait échappé aux réviseurs de la première édition. »

 

Avec la mort d’Almeida, la révision et la publication de la Bible en portugais perdent leur force d’impulsion. C’est une société londo­nienne dont le but est de promouvoir la con­naissance chrétienne qui, en 1711, finance la troisième édition du Nouveau Testament d’Ai­meida. Elle le fait à la demande de missionnai­res danois affectés à Tranquebar, une ville du sud de l’Inde.

 

Cette société entreprend d’installer une pe­tite imprimerie à Tranquebar même. Toutefois, le navire qui transporte le matériel d’impres­sion ainsi qu’une cargaison de bibles en portu­gais est détourné par des pirates français et abandonné finalement au Brésil, dans le port de Rio de Janeiro. Santos Ferreira écrit : « Dans des circonstances inexplicables que beaucoup tiennent pour miraculeuses, les caisses contenant le matériel d’impression ont été retrouvées intactes au fond de la cale, et elles ont conti­nué leur voyage jusqu’à Tranquebar à bord du même navire. » La traduction d’Almeida des au­tres livres bibliques est soigneusement révisée par les missionnaires danois, puis publiée. La Bible en portugais paraît en un volume en 1751, près de 110 ans après qu’Almeida s’est lancé dans la traduction des Saintes Écritures.

 

Très jeune, Almeida a compris la nécessité de la Bible en portugais : les gens du peuple avaient besoin de la Bible dans leur propre langue pour découvrir la vérité. Malgré l’op­position de l’Église catholique, l’indifférence de ses pairs, les difficultés de révision appa­remment sans fin et une santé déficiente, il a résolument poursuivi son objectif tout au long de sa vie. Et sa persévérance a été récom­pensée.

 

Nombre des communautés d’expression portugaise auxquelles Almeida a prêché ont disparu avec le temps, mais sa Bible a survécu. Au 19ème siècle, la Société biblique britannique et étrangère ainsi que la Société biblique amé­ricaine ont distribué des milliers d’exemplai­res de la version d’Almeida au Portugal et dans les villes côtières du Brésil. En consé­quence, les Bibles qui ont pour base le texte original de cette version sont à ce jour parmi les plus populaires et les plus largement diffu­sées dans le monde lusophone.

 

Nous devrions être encore plus reconnais­sants à Dieu « qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Ti 2 : 3 et 4) En définitive, c’est Lui qui a préservé sa Parole et qui l’a mise à notre disposition. Puissions-­nous toujours chérir et étudier assidûment ce trésor le plus précieux qui nous vient de notre Père céleste !


Notes :

[1] Dans la seconde moitié du 16ème siècle, en éditant l’Index des livres interdits, l’Église catholique impose de sévères restrictions à l’utilisation de bibles en langues vernaculaires, arrêtant efficacement le travail de traduction de la Bible durant les deux siècles suivants.

[2] L’assemblée de ministres religieux qui dirigent l’Église réformée.

La vie de William Tyndale

Nous savons peu de choses sur cet homme remarquable, sinon que c’est à lui qu’on doit l’impression de la première traduction de la Bible en anglais. Il naquit aux environs de 1492, fit des études aux Universités d’Oxford et de Cambridge; les connaissances acquises lui permirent de lire les Saintes Ecritures en grec, il apprit ainsi à les aimer et à mettre sa confiance en elles.

 

A cette époque, il était formellement interdit de traduire aucune portion des textes bibliques en langue anglaise sans l’autorisation de l’évêque: «Cela seul m’induisit à traduire le Nouveau Testament », écrivit alors Tyndale.

 

Il considérait ce travail comme le service le plus noble qu’il pût rendre à son pays; lorsqu’il eut pris cette décision, il prononça ces paroles bien connues.: «Si Dieu me prête vie, d’ici peu d’années je ferai en sorte que le garçon qui tient les cornes de la charrue en saura plus long que toi sur les Saintes Ecritures ».

 

Il se rendit à Londres dans ce but, mais ne tarda pas à se rendre compte d’une chose, à savoir qu’il n’y avait pas « dans le palais de Monseigneur de Londres une seule pièce appropriée à la traduction du Nouveau Testament, que même, dans l’Angleterre entière, il ne trouverait pas un seul endroit pour y travailler ». Aussi se décida-t-il de partir pour Hambourg; il ne devait jamais revoir sa terre natale.

 

Thomas More qui le connut en Allemagne affirme que «Tyndale était connu comme un homme de bien, rangé dans ses habitudes, studieux et bien versé dans les Ecritures». Et Foxe déclare qu’il possédait sept langues: l’anglais, le français, l’italien, l’espagnol, l’hébreu, le grec et le latin, et que, quelle que fût celle qu’il parlait, on aurait cru que c’était sa langue maternelle.

 

Dès 1526, les premiers exemplaires de sa traduction parvinrent en Angleterre; des marchands britanniques les passèrent en contrebande dans leurs bateaux chargés de blé, et les volumes circulèrent aussitôt de mains en mains.

 

Bien qu’exilé, Tyndale n’en restait pas moins sujet du roi, Henri VIII, qui essaya de le persuader de revenir au pays, mais le chrétien refusa en répliquant à l’envoyé: «S’il était conforme au bon plaisir du Roi de donner le simple texte des Saintes Ecritures à son peuple dans la traduction qui plairait à Sa Majesté, je ferais immédiatement la promesse de ne plus écrire et de ne pas rester deux jours de plus ici; je retournerais immédiatement dans son royaume et là, je me jetterais aux pieds de Sa Majesté royale, offrant mon corps pour qu’on lui inflige n’importe quelle douleur ou torture, et même n’importe quelle mort que Sa Majesté ordonnerait, pourvu que j’obtienne cela».

 

Tyndale parle peu de sa vie privée. Il fait de lui-même la description suivante: «Peu favorisé des biens de ce monde, sans grâce aux yeux des hommes, timide, d’aspect rude, monotone et sans esprit ». D’Allemagne il se rendit en Hollande, où il eut à coeur de visiter les réfugiés anglais malades et pauvres; le dimanche il prêchait à un petit auditoire.

 

Malheureusement trahi, il fut jeté en prison, où il languit pendant près d’une année.

 

Au cours de sa captivité il adressa au gouverneur une lettre que voici:

«Je présumé, honoré seigneur, que vous n’ignorez pas le sort qui m’attend. Je supplie donc votre seigneurie, au nom de Jésus-Christ, que, si je dois demeurer ici tout l’hiver, elle veuille bien intercéder auprès du Procureur pour qu’il prenne, parmi ceux de mes biens qu’il détient en sa possession, un bonnet plus chaud, car je souffre cruellement de froid à la tête, étant affligé d’un catarrhe continuel qui ne fait que s’aggraver dans cette cellule. Et aussi qu’il m’octroie un manteau plus chaud, car celui que je porte est des plus minces; puis une pièce d’étoffe pour raccommoder mes guêtres, mon manteau est tout usé, mes chemises aussi. Qu’il veuille bien me faire remettre une chemise de laine qu’il a en sa possession, ainsi que des guêtres plus épaisses et un bonnet chaud pour la nuit. J’implore aussi la grâce que l’on m’accorde une lampe pour la soirée, car il est très pénible de rester seul dans l’obscurité. Mais, par dessus tout, je supplie instamment votre Hautesse d’insister auprès du Procureur pour qu’il m’autorise à avoir ma Bible hébraïque, ma grammaire hébraïque et mon dictionnaire hébreu, afin que je puisse utiliser mon temps à étudier. En retour, puissiez-vous obtenir la réalisation de vos voeux les plus chers, pourvu qu’ils soient en harmonie avec le salut de votre âme. Mais si, avant la fin de l’hiver, on prend une autre décision à mon endroit, j’aurai patience et j’attendrai de voir la volonté de Dieu à mon sujet, afin que tout tourne à la gloire de la grâce du Seigneur Jésus-Christ, dont je souhaite que l’esprit dirige toujours votre coeur. Ainsi soit-il! W. Tyndale.»

 

Ses amis anglais écrivirent des lettres d’appel pour obtenir sa grâce, mais ce fut en vain. Le 6 octobre 1536 Tyndale fut conduit à l’échafaud où il fut étranglé, puis brûlé. Avant de subir le supplice, il cria d’une voix puissante: «Seigneur, daigne ouvrir les yeux du roi d’Angleterre!»

 

Cette prière fut exaucée une année après, quand le roi donna l’autorisation de publier et de vendre la Bible en anglais. Cette nouvelle édition contenait la traduction faite par Tyndale des cinq livres de Moïse, des livres historiques jusqu’au second livre des Chroniques, et du Nouveau Testament.

 

De son oeuvre Tyndale avait écrit ce qui suit: « J’appelle Dieu à témoin, au jour où nous comparaîtrons devant son trône pour rendre compte de nos actes, que je n’ai pas altéré la moindre syllabe de sa Parole le sachant et le voulant, et ne le ferais pas aujourd’hui, même si l’on m’offrait toutes les richesses, tous les honneurs et tous les plaisirs du monde.»

 

Cela est si vrai que sa traduction servit de base à celles de ses successeurs, notamment à la version la plus populaire en Angleterre, celle faite sur l’ordre du roi Jacques (King James)[1].


Note :

[1] Voir «La traduction en letton de Ernst Gluck »

La traduction de la Bible en letton de Ernst Gluck

Il y a de cela plus de trois siè­cles, Ernst Glück s’est chargé d’une tâche à laquelle peu d’hommes à travers l’Histoire ont osé s’atteler : il a décidé de traduire la Bible dans une lan­gue qu’il ne connaissait pas.

 

Gluck naquit vers 1654 dans la petite ville de Wettin, près de Halle, en Allemagne. Son père était pasteur luthérien. L’atmosphère pieuse dans laquelle baignait le jeune Ernst fit naître en lui des aspirations spirituelles. Après avoir achevé ses études de théologie en Allemagne, à l’âge de 21 ans, il partit s’installer dans ce qui est aujourd’hui la Lettonie. À cette époque, la plupart des habitants de ces contrées avaient peu d’instruction. Il n’existait que de rares li­vres dans leur langue[1]. Glück écrivit : « Lorsque, jeune homme, je suis arrivé dans ce pays, la première anomalie que j’ai constatée, c’est que l’Église de Lettonie ne disposait pas de la Bible ! […] C’est ce qui m’a amené à m’engager devant Dieu à étudier la langue jusqu’à la maîtriser à fond. » Glück était déterminé à fournir aux Let­tons la Bible dans leur langue.

 

Préparatifs en vue de la traduction

 

La région où Glück s’était installé portait alors le nom de Livonie et se trouvait sous do­mination suédoise. Le représentant du roi de Suède s’appelait Johannes Fischer. Cet homme poursuivait deux objectifs : améliorer le niveau d’instruction de la population, et gagner de l’argent. Glück lui parla de son projet de traduc­tion de la Bible en letton. Fischer possédait une imprimerie à Riga, la capitale. En imprimant la Bible en letton, il pourrait contribuer à l’ins­truction du peuple… et, avec un peu de chance, en tirer un joli bénéfice. Il demanda donc au roi Charles XI de Suède l’autorisation de faire tra­duire la Bible, et il l’obtint, en même temps que le financement du projet. Une ordonnance royale, datée du 31 août 1681, donna officielle­ment le coup d’envoi aux travaux.

 

Dans l’intervalle, Glück se préparait. Avec ses origines allemandes, il aurait pu se contenter d’utiliser la traduction de Marfin Luther pour produire la Bible en letton. Mais il voulait obte­nir le meilleur résultat possible et, pour lui, cela exigeait de travailler à partir des langues origi­nales, l’hébreu et le grec. N’ayant qu’une con­naissance limitée de ces langues, il retourna en Allemagne, à Hambourg, pour les étudier. Jânis Reiters, un pasteur de Livonie, l’aida, semble-t-il, dans son apprentissage du letton ainsi que du grec biblique.

 

Années de labeur — années d’attente

 

En 1680, après avoir terminé ses études lin­guistiques, Glück rejoignit la Lettonie, où il commença son pastorat. Rapidement, il s’attela à son travail de traduction. En 1683, il se vit at­tribuer une paroisse plus large, celle d’Alùksne[2], dont le nom en vint à être étroitement associé au projet de traduction.

 

À l’époque, la langue n’offrait pas un vocabu­laire suffisamment étendu pour traduire tous les concepts et expressions bibliques. Glück em­ploya donc certains vocables allemands. Mais il fit tout son possible pour que la Parole de Dieu soit disponible en letton, et les spécialistes re­connaissent que sa traduction est d’une grande qualité. Il créa même certains mots, dont beau­coup sont encore largement utilisés aujour­d’hui en Lettonie. Parmi eux figurent les mots pour « exemple », « banquet », « géant », « es­pionner » ou « témoigner ».

La correspondance que Johannes Fischer entretenait régulièrement avec le roi de Suède au sujet de l’avancée des travaux révèle que, vers 1683, Glück avait terminé la traduction des Écritures grecques chrétiennes. Il acheva la traduction de la Bible dans son intégralité vers 1689. Cette entreprise monumentale avait duré tout juste huit années[3]. Il fallut attendre longtemps avant la publication de l’ouvrage. Mais, en 1694, Glück atteignait enfin son objec­tif. La diffusion de la Bible en letton venait en effet d’être autorisée par le gouvernement.

Certains historiens ont mis en doute le fait que Glück ait été le seul auteur de sa traduction. Il est certain qu’il consulta la traduction de Lu­ther et qu’il utilisa certaines portions de la Bi­ble qui avaient déjà été traduites en letton à son époque. Mais ces apports ne constituent qu’une petite partie de son ouvrage. Y aurait-il eu d’autres traducteurs à ses côtés ? Glück avait un assistant. Des correcteurs et des réviseurs tra­vaillèrent sur son texte. Mais, selon toute appa­rence, aucun de ces intervenants ne contribua directement à la traduction, qui semble bien avoir été effectuée par le seul Ernst Glück.

 

L’œuvre de Glück a contribué largement au développement de la langue écrite en Lettonie, mais, plus important encore, elle a enfin per­mis aux habitants du pays de lire la Parole de Dieu dans leur langue et de faire leurs les en­seignements vitaux qu’elle contient. Ils n’ont d’ailleurs pas oublié ce qu’Ernst Glück a fait pour eux. A Alùksne, depuis plus de trois siè­cles, les Lettons prennent grand soin de deux chênes nommés Glika ozoli, c’est-à-dire « les chênes de Glück ». Ce sont ceux qu’avait plan­tés le traducteur pour marquer la parution de la Bible en letton. La ville possède en outre un pe­tit musée où l’on trouve différentes versions de la Bible, parmi lesquelles un exemplaire de la première édition de la traduction de Glück. Les armoiries d’Alùksne arborent une bible et une date : 1689, l’année où Glück achevait son oeuvre.

 

Il ne s’arrête pas là

 

Peu de temps après son arrivée en Lettonie, Glück s’était mis à étudier le russe. En 1699, il écrivait qu’il était en train de réaliser un nou­veau projet : traduire la Bible dans cette lan­gue. Par une lettre datée de 1702, on apprend qu’il avait commencé la révision de sa traduc­tion en letton. Malheureusement, le contexte avait changé, et les conditions n’étaient plus fa­vorables à la traduction de la Bible. Après avoir connu une longue période de paix, la Lettonie devint un champ de bataille. En 1702, l’armée russe écrasa les Suédois et prit Alùksne. Glück fut déporté en Russie avec sa famille. Dans la confusion qui s’ensuivit, il perdit les manus­crits de sa nouvelle version de la Bible en letton et de la traduction en russe. Il mourut à Moscou en 1705.

 

La disparition de ces versions lettone et russe fut une perte énorme. Il n’en reste pas moins que tous ceux qui lisent la Bible en letton ti­rent, aujourd’hui encore, profit de la traduction d’origine de Glück.


Notes :

[1] Les premiers témoignages écrits du letton datent du 17ème siècle et ils appartiennent aux pasteurs et linguistes allemands. Parmi eux, le nom de Rehehusen, considéré comme l’auteur de la première grammaire lettone, occupe une place toute particulière. Ernst Glück quant à lui réalisa la première traduction de la Bible en langue lettone en 1694. Plus tard, en 1756, fut publiée une autre traduction biblique, signée par Gotards Fredrikis Stenders. Lettisches Lexicon, paru en 1789 en tant que dictionnaire, fut la seule source pour apprendre le letton jusqu’en 1872, l’année où G. Ulman publie son dictionnaire letton (Lettisches Worterbuch).

[2] Aluksne (vieux nom allemand – Marienburg) est située au nord-est de la Lettonie sur l’élévation d’Aluksne au bord du lac d’Aluksne. La ville est à 200 km de Riga, la plus grande ville des états baltes, appelée autrefois « la Paris du Nord ».

[3] À titre de comparaison, en 1611, la Version autorisée (ou Bible du roi Jacques) en anglais fut le fruit d’un travail de sept années, mené par 47 spécialistes. Voir « T0079 La vie de William Tyndale » et « T0358 La Bible de William Tyndale ou la Bible de Matthieu »

Test en pleine brousse

Invité, un matin de 1938, à an­noncer l’Evangile dans un vil­lage de la forêt ivoirienne où il ne l’a encore jamais été, le missionnaire André Roux[1] se trouve confronté à une situation délicate… Voici ce qu’il écrivit lui-même de cette expérience :

 

‘’ Que dois-je dire, et comment le di­re pour que ceux qui se pressent autour de moi, qui n’ont jamais eu l’occasion d’apprendre à lire et qui ne savent rien de la Bible, entendent une parole de Dieu? Jeune missionnaire, tout juste arrivé, après un premier séjour au Dahomey, dans un pays, une région dont je ne connais encore ni la langue ni les coutumes, et traduit par un jeune catéchiste venu lui aussi depuis peu d’une tribu assez lointaine où l’on par­le bien sûr une autre langue, j’é­prouve comme je ne l’ai encore jamais fait ce que Karl Barth[2] a pu appeler la « détresse » de la prédication évangélique.

 

Et comme si cela ne suffisait pas, voici qu’on me demande, avant toute autre chose, de ré­concilier deux jeunes époux qui se sont disputés cette nuit. Dans ce pays où règne la poly­gamie et où les parents décident seuls du mariage de leurs en­fants, que signifie pour eux le foyer, le couple, et à quel sens de la fidélité, de l’amour, pour­rais-je en appeler ? Mais d’abord pourquoi me pré­sente-t-on cette affaire ? A quel test me soumet-on ainsi ?

 

Toutes ces questions se pressent à mon esprit, me harcèlent mais une chose est claire, c’est que je dois agir, parler, sentant bien que de mon comportement, de mes paroles, dépendra largement la façon dont, ensuite, l’Evangile sera accueilli dans ce village.

 

Ou plutôt même que ma répon­se a une question qui peut pa­raître parfaitement étrangère à une première annonce de l’E­vangile doit être elle-même une parole d’Evangile.

 

Je parle alors simplement du Dieu au nom duquel je suis ici. De ce Dieu qui nous aime tous, même quand nous ne le savons pas. Qui nous aime tant qu’il a envoyé sur la terre son Fils, Jé­sus-Christ, pour qu’il nous an­nonce la bonne nouvelle de cet amour.

 

A ces hommes pour lesquels la notion de sacrifice de propitia­tion, d’expiation, est au cœur même de leur religion tradition­nelle, je parle de Jésus qui a ac­cepté de mourir pour nous afin que, à cause même de l’amour qu’il a montre ainsi, Dieu nous pardonne et nous reçoive tous, nous adopte tous comme ses en­fants.., pourvu que nous nous re­pentions de ce que nous avens fait de mal et que nous croyons vraiment que Dieu veut nous accueillir ainsi et qu’il le fait. Mais voici que, quand nous cro­yons cela, Dieu nous donne un cœur nouveau qui nous rend capables d’aimer à notre tour, et de pardonner, comme lui, a ceux qui nous ont fait du mal. Pendant que je parle ainsi, je sens toujours plus clairement que la tâche même qui m’a été proposée et qui, au début, m’a pris au dépourvu – réconcilier, après leur dispute, un homme et une femme que me sont parfai­tement inconnus – m’a en fait introduit au cœur même de ce ministère dont j’ai la charge : le ministère de la réconciliation, cette réconciliation qui leur deviendra possible, vraie en pro­fondeur, quand chacun d’eux se sera d’abord réconcilié avec Dieu.

 

Oui, mais, encore une fois, com­ment cela peut-il être entendu par ceux qui m’écoutent ? La ré­ponse m’est donnée d’une façon bien inattendue. Un vieillard vraiment très âgé, se lève, vient vers moi et dit : « Si cette paro­le que tu dis est vraie, c’est un miracle. Aujourd’hui, je viens avec toi ».

 

Qu’est-ce à dire ? Je ne le com­prendrai que quelques mois plus tard quand, à l’heure de son baptême, je demanderai à cet homme ce qu’il a voulu dire ce jour-là, ce qui l’a poussé à s’en­gager ainsi, et qu’il répondra par ces paroles si simples : « On nous a toujours dit que Zo[3], le dieu qui a tout créé, et qui au­trefois, vivait avec les hommes, dans leurs villages, s’est fâché avec eux parce qu’ils avaient fait du mal, et qu’il est parti. Alors nous sommes seuls, seuls devant la foudre et la variole, devant l’inondation et la séche­resse, les bêtes sauvages et tous nos ennemis, morts ou vivants, et nous avons peur. Mais tu nous as dit que Dieu nous ai­mait – et pour dire Dieu, pour parler de ce Dieu que nous a révélé Jésus-Christ, il emploie bien sûr, comme le catéchiste l’a fait, le nom « Zo », qu’il nous aimait et nous prenait pour ses enfants. Alors ça chan­ge tout, je n’ai plus peur ».

 

Ainsi, à ce vieillard, au travers de paroles pourtant bien mala­droites, Dieu avait fait entendre une parole vivante, créatrice. Il lui avait donné de faire de fa­çon proprement immédiate l’ex­périence de l’amour de Dieu dont parle Jean dans sa première épître, cet amour qui bannit toute crainte du cœur  de ceux qui l’écoutent.

 

« Détresse et promesse de la pré­dication évangélique », dit si justement Karl Barth. » ‘’


Notes :

[1] Le pasteur André Roux a été trente-cinq ans missionnaire en Afrique et en Océanie. Il a été directeur adjoint de la Société des missions évangéliques.

[2] Karl Barth (Bâle, 10 mai 1886 – Bâle, 10 décembre 1968) est un théologien protestant suisse. En 1921, il devient professeur de théologie à Göttingen. et entreprend une réflexion théologique systématique qui deviendra une référence majeure pour son siècle. En 1934, il est le principal auteur de la Déclaration théologique de Barmen, texte fondamental d’opposition chrétienne à l’idéologie nazie. Suspendu à cause de son refus de prêter serment au Führer, puis expulsé d’Allemagne, il devient professeur de théologie systématique à Bâle.

[3] Prononcer Dzo. Dans la langue Attié, Zo est le nom du dieu qui a créé toute chose ; ce dieu n’est pas à confondre avec le dieu tibétain, sorte de taureau hybride issu du croisement d’un yak et d’une vache (dzopkyo) et dont la femelle est dzum.

Le dernier Juif de Rotterdam

Lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit, mon hôtesse, qui me cachait, ouvrit, ne se doutant pas que c’était la Gestapo venue pour m’arrêter. Trois hommes se précipitèrent à l’intérieur, revolvers aux poings. En me voyant, ils crièrent: « Haut les mains! ». Puis ils me passèrent les menottes.

Vers la torture

 

C’était le 1er septembre 1944. Tous les Hollandais de 17 à 40 ans étaient forcés de travailler dans les usines de munitions allemandes. J’avais à ce moment 25 ans. C’était donc une bonne raison pour m’arrêter. Me regardant attentivement, un des hommes me demanda : « Es-tu Juif ? ». Puis il ajouta : « La police le saura bientôt ! En avant. » Aussitôt après mon arrestation, la famille qui me cachait disparut. Heureusement, car la police revint presque immédiatement. Ces amis risquaient la déportation ou la mort. J’ai su cela plus tard, à ma grande joie. En arrivant au poste, l’interrogatoire commença : « Es-tu le fils de l’horloger Katz ? – Non, répondis-je. Je m’appelle Ernest Cassuto. Je suis fils du professeur Cassuto. » Sachant mes parents bien cachés quelque part dans le pays, je pus révéler ma véritable identité.

Les Nazis voulurent aussi connaître le nom des personnes qui m’avaient aidé à me procurer de fausses cartes d’identité et de rationnement. Je refusai obstinément de trahir mes bienfaiteurs non-Juifs. Si j’avais mentionné un seul nom, au moins deux cents personnes de la Résistance hollandaise auraient péri par les mains des Nazis. « Très bien, dirent-ils. Tu vas passer cette nuit en prison et, demain, tu seras expédié au quartier général nazi de Rotterdam et, là, dans la chambre de torture, ils obtiendront de toi tout ce qu’ils veulent savoir. » Je fus jeté dans un cachot, un trou noir dont la porte se referma. Le lendemain, je fus réveillé par trois hommes armés de fusils. Ils m’amenèrent par train à Rotterdam. En arrivant, ils me mirent face au mur jusqu’au moment où je fus introduit devant les interrogateurs. Ils voulurent avoir les noms des amis qui m’avaient aidé. Encore une fois, je refusai. Alors, ils donnèrent l’ordre de m’amener dans la chambre de torture. En route, je priai le Dieu de mes Pères, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, qui garda Daniel dans la fosse aux lions et ses trois compagnons dans la fournaise ardente. Mes prières furent exaucées.

Le nazi qui devait me faire subir la torture venait de commencer son horrible travail quand je lui dis: « Pourquoi vous donnez-vous tant de peine et perdez-vous votre temps ? Tuez-moi plutôt. Je n’ai pas peur de mourir. Je crois en Dieu. Je suis racheté par le Messie qui est mort pour expier les péchés de tous les hommes, même les vôtres, si vous vous repentez. » Je disais la vérité, car, pendant que j’avais été caché, j’avais lu la Bible que mes bienfaiteurs, croyants non-Juifs, m’avaient donnée. En la lisant, mes yeux s’étaient ouverts pour reconnaître en Jésus Celui de qui les prophètes ont parlé. Je n’avais pas pu m’empêcher de croire, de tomber sur ma face devant Lui et de reconnaître que mes péchés avaient été expiés par Lui, comme le dit Esaïe au chapitre 53: « Il a été blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités. Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui. Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. » Je m’étais senti plus blanc que neige, lavé dans le sang de Jésus, l’Agneau de Dieu. Oh ! moment inoubliable !

L’Allemand fut tellement frappé d’entendre un Juif parler ainsi qu’au lieu de continuer sa besogne, il se mit à converser avec moi sur Hitler qu’il admirait. De mon côté, je cherchais à diriger son attention vers Dieu et son Oint.

Pendant la discussion, les aiguilles de l’horloge avaient tourné. La cloche sonna, indiquant que le temps de la torture était terminé. Nous descendîmes. Là, Dieu fit encore un autre miracle en voilant les yeux des interrogateurs, Ils ne remarquèrent pas que je ne portais aucune trace de torture. Ils m’envoyèrent en prison à Rotterdam, en attendant de me déporter à Auschwitz.

En fouillant mes poches, ils trouvèrent la photo de ma fiancée, une ravissante jeune fille. Elle avait trouvé, comme moi, en Jésus, le Messie d’Israél. Nous avions été cachés au même endroit pendant trois mois. Mais, pour des raisons de sécurité, nous avions été obligés de nous réfugier chacun de notre côté. Quelques mois après, un traître la signala à la Gestapo. Lorsque la nouvelle de son arrestation me parvint, je faillis perdre la foi en Dieu! Mon avenir me parut sombre comme un abîme.

Mais Dieu me consola par Sa Parole, dans la Bible, au point que je pus dire, comme Job: « L’Eternel a donné; l’Eternel a ôté. Que le Nom de l’Eternel soit béni! » (Chapitre 1, verset 21)

Je me souviens qu’en regardant la photo de ma fiancée, le nazi a dit: « Je me rappelle très bien de cette jeune fille. C’est celle qui a lu la Bible jusqu’à la dernière minute. » Ces paroles furent pour moi comme un message de Dieu et une assurance qu’Il serait avec moi comme Il avait été avec elle.

J’attendais donc sans frayeur ma déportation et la fin de ma vie dans une chambre à gaz. La présence du Seigneur ne me quittait pas. Sa paix régnait dans mon coeur. Je ne craignais pas la mort. Je passais mon temps dans la prière et la méditation de la Parole de Dieu. Toute la Bible infusait en moi une vie puissante et pure. Comme Jésus l’avait dit autrefois: « Sondez les Ecritures, ce sont elles qui rendent témoignage de moi », en lisant, je Le découvrais partout: dans les Psaumes, dans les Prophètes, dans la Loi. Il est vraiment la clef qui ouvre ces trésors divins et la lampe qui éclaire les chercheurs.

Hitler pouvait me prendre tout, mais il ne pouvait pas fermer la fenêtre du ciel, ouverte sur moi, d’où la lumière jaillissait jusque dans mon cachot noir !

 

Libération

Quelques semaines après mon arrestation, le dernier convoi devait partir pour Auschwitz. Mais, cette nuit, une main mystérieuse enleva l’étoile jaune de dessus ma porte. Elle servait pour indiquer les partants vers les camps d’extermination. Par ce miracle, je fus sauvé. Je fus le seul Juif resté en prison. Les Allemands me surnommèrent « Der letzte Jude von Rotterdam » (le dernier Juif de Rotterdam).

Les troupes alliées, après avoir percé le front et pénétré en Allemagne, perdirent la bataille d’Arnhem, ce qui les empêcha de libérer la Hollande qui resta encore sous la cruelle botte nazie. Mais ils ne purent plus continuer la déportation des Juifs vers la mort. Restait cependant la possibilité de me fusiller. Mais l’Eternel veillait sur moi. « L’Ange de l’Eternel campe autour de ceux qui Le craignent et les arrache au danger. » (Psaume 34-8.)

Les jours, les semaines passèrent dans des conditions parfois insupportables. Les mauvaises pensées m’assaillaient par moment. Cela venait de Satan qui me poussait à la révolte contre Dieu: « Tu fais partie de la race élue. Belle affaire ! Elue pour quel but ? Pour être maudit ! Pourquoi tant souffrir uniquement parce que tu es Juif ? Et que veut dire être Juif ? »

Alors, je me souvenais de ce que m’avait dit un chrétien: « Quel bonheur d’être Juif, d’appartenir à la race élue de Dieu d’où est sorti le Sauveur du monde ! » Je me rappelais également l’amour des non-Juifs qui risquaient leur vie pour nous sauver, nous Juifs, inventant toutes sortes de cachettes chez eux, partageant avec nous leurs dernières réserves de nourriture. Quel était le mobile de tant de dévouement, sinon le fait que nous étions des Juifs, le Peuple élu duquel est issu le Sauveur qui les avait amenés à la foi dans le Dieu d’Israël ? Ce sont aussi eux qui mettaient la Bible dans nos mains pendant que nous étions cachés dans des trous, traqués par des nazis.

Quelques jours avant la libération, les nazis pensèrent qu’il valait mieux exterminer les prisonniers plutôt que nous rendre vivants aux alliés. Mais un vrai chrétien, policier hollandais, appartenant à la Résistance, en fut informé et, sous prétexte de nous conduire aux bains municipaux, nous aida à nous évader.

Peu de temps après, la Hollande fut libérée. Je retrouvai bientôt mes parents et mon plus jeune frère. Des chrétiens les avaient cachés et, comme moi, ils avaient trouvé la foi au Messie par la lecture de la Bible.

A Dieu soit la Gloire !