Le Nouveau Testament en langue vuté

Au Cameroun, il existe 22 langues[1] outre l’Anglais et le Français qui sont les deux langues officielles du pays[2].

 

Le projet a commencé en 1973 avec l’arrivée à Yoko d’un couple de linguistes américains, Rhon et Ronda Twing. L’étude phonologique que ce couple amorce aboutira à la mise sur pied d’un système d’écriture et aux premières classes d’alphabétisation. Ceci après la formation de quelques traducteurs à la SIL[3]. Lorsque le couple Twing quitte Yoko en 1981, l’évangile de Luc est imprimé. Au même titre que quelques livres destinés à l’alphabétisation de la langue vuté. Des passages parallèles figurent dans les Evangiles, et quelques dessins bien placés, soulignent et facilitent la compréhension de certains enseignements bibliques.

 

Le projet va connaître une traversée de désert pendant 6 ans. Jusqu’à l’arrivée, en 1991, d’un autre couple de linguistes américains, Pam et James Maxery. Avec eux, et grâce à l’appui de deux traducteurs vutés que sont Jean Soussam et Alfred Oumarou, le projet reprend. En 2002 toutes les épîtres et l’Apocalypse sont traduites et vérifiées. L’ébauche est envoyée à la United Bible Societies à Naïrobi au Kenya en 2005 pour une première édition test, puis en Corée du Sud pour l’édition finale. C’est ainsi que le 2 décembre 2007, Dieudonné Aroga Bessong, conseiller en traduction à l’Alliance Biblique Universelle pour le Cameroun et le Gabon, a déclaré publiquement à Yoko[4] que « la tradition du Nouveau Testament en langue vuté est conforme aux textes initiaux grecs ».

 

Le 1er décembre 2007, tout le pays a fêté cette bonne nouvelle en se réunissant et en manifestant sa joie d’avoir enfin la Parole de Dieu accessible pour tous…


Notes :

[1] Il existe un 23ème dialecte, le Camfranglais qui est un mélange linguistique, qui ne retiens essentiellement que les mots vulgaires et grossiers des différentes langues et dialectes.

[2] Les 22 langues sont le Bamiléké (famille de langues semi-bantoues, parlée par environ 3 millions de personnes au Cameroun), le Bulu (langue africaine, parlée principalement au Cameroun par 800 000 locuteurs, dont 200 000 personnes pour lesquelles il s’agit de la langue maternelle), le Douala (ou Bwambo ba Duala, appartient au groupe des langues bantoues. C’est une langue tonale, et elle possède quelques dialectes), Le Ewondo (à peu près similaire à quelques exceptions près, à d’autres dialectes du Cameroun comme l’Eton, le Nanga, le Bulu, le ntumu[fang]), le Ghomala (fait office de langue écrite commune à plusieurs dialectes bamilékés parlés), le Haoussa (aussi appelé hausawa, hausa, abakwariga, mgbakpa, habe, kado) est une des principales langues commerciales d’Afrique de l’Ouest; elle est parlée par environ 50 millions de personnes), le Kwa’, le Massa (masana ou masa) est une langue parlée au Tchad et au Cameroun. Elle compte environ 200 000 locuteurs), le Medumba (serait d’origine Egyptienne et à la source du Bamiléké), le Mengaka, le Moundang (langue parlée au Tchad et au Cameroun et écrite avec l’alphabet latin depuis que les missionnaires J.I. KAARDAL et Donald RAUN ont traduit l’Evangile de Marc en 1937, le Nouveau Testament en 1948 et la Bible entière en 1983), le Moussey (langue parlée au Tchad et au Cameroun, comptant environ 200 000 locuteurs), Nda’nda’, le Ngiemboon, le Ngomba, le Ngombale, le Ngwe (proche du Yemba et du Ngiemboon), le Ntoumou, le Nufi (également connu sous le nom de Fe’fe’ ou Bafang), le Peul (Le peul est une langue parlée dans une vingtaine d’États d’Afrique occidentale et centrale, des rives du Sénégal à celles du Nil, par les ethnies peuls, toucouleurs et laobés), Le Toupouri (parlée au Tchad et au Cameroun. Le Toupouri ou Tupuri ou encore Tpuri compte environ 200 000 locuteurs) et le Yemba. Beaucoup de ces langues sont à l’origine de plusieurs dialectes.

[3] SIL International (Summer Institute of Linguistics, “Institut Linguistique d’Eté”) a été fondé en 1934 pour former des jeunes gens à l’étude de langues de groupes ethniques à travers le monde pour la traduction de textes de la Bible (voire de la Bible entière). Les premières sessions se déroulèrent dans une ferme du Khansas, aux Etat-Unis (2 étudiant la première année, et 5 la deuxième). Par le passé, les équipes de la SIL ont participées à l’étude de plus de 2300 langues ; aujourd’hui, la SIL est implantée dans plus de 50 pays, et ses équipes travaillent sur plus de 1400 langues.

[4] Ville du Cameroun.

Une réflexion sur “Le Nouveau Testament en langue vuté

  1. Un grand merci Eddy pour tes recherches si précieuses, que notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ te permet de continuer son œuvre avec tant de zèle, à Dieu seul la gloire, la l’honneur et la puissance pour l’éternité.
    Amen.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s