La Bible traduite en polonais

Le 6 juillet 1525, le duc Albert de Brandebourg décrète que la religion d’Etat devient le luthérianisme[1]. Le duché de Prusse[2], alors fief du royaume de Pologne sous le contrôle du trente-septième grand maître de l’Ordre teutonique[3], devient ainsi le premier État d’Europe à adopter officiellement les enseignements de Martin Luther.

 

Albert de Brandebourg veut faire de la capitale de la Prusse-Orientale, Königsberg, un centre culturel protestant. Il y fonde une université et soutient financièrement l’impression des écrits de Luther en plusieurs langues. En 1544, le duc décrète également qu’on devrait lire aux Polonais qui vivent sur ses terres des portions des Saintes Écritures dans leur langue. Toutefois, il n’existe encore, à ce moment-là, aucune traduction de la Bible en polonais.

 

Pour remédier à la situation, le duc Albert se met en quête de quelqu’un qui puisse réaliser une traduction des Écritures grecques chrétiennes en polonais. Aux alentours de 1550, il loue les services d’un homme à la fois écrivain, libraire et imprimeur, appelé Jan Seklucjan. Diplômé de l’université de Leipzig, Seklucjan, en tant que théologien et pasteur luthérien, est connu pour irriter l’Église catholique en répandant les enseignements protestants. D’ailleurs, par le passé, il a dû se rendre à Königsberg pour échapper à un procès qui lui avait été intenté parce qu’il propageait ses croyances religieuses.

 

La mission consistant à traduire les Écritures en polonais enthousiasme Jan Seklucjan. Un an suffit pour que les premiers exemplaires de l’Évangile selon Matthieu soient imprimés. Cette édition inclut un commentaire détaillé et de précieuses notes marginales qui présentent, pour certains passages, d’autres options de traduction possibles. Peu après, Seklucjan supervise l’impression d’une édition contenant les quatre Évangiles. En trois ans à peine, il publie l’intégralité des Écritures grecques chrétiennes.

Début du chapitre 3 de l’Evangile de

Matthieu traduit par Stanislaw Murzynowski.

 

Par souci d’exactitude, le traducteur se réfère aux textes grecs. La préface de l’édition de 1551 signale par ailleurs que des traductions latines et « des traductions en d’autres langues ont été consultées ». Stanislaw Rospond[4], auteur d’un ouvrage consacré à la langue polonaise du 16ème siècle, décrit cette traduction comme étant réalisée en « une prose belle et fluide ». Il indique par ailleurs qu’il ne s’est pas astreint à utiliser la « langue littéraire » mais s’est appliqué à employer des mots qui étaient « très proches du parler de tous les jours ».

 

Bien que Seklucjan ait coordonné ce projet, les faits attestent que ce n’est pas lui qui a réalisé la traduction. Qui, alors, était ce traducteur érudit ? Stanislaw Murzynowski, un jeune homme qui n’a guère plus de 20 ans quand Seklucjan l’engage pour qu’il effectue cette tâche difficile.

 

Murzynowski naît dans un village, mais dès que son père l’estime suffisamment grand, il l’envoie à Königsberg pour entreprendre l’étude du grec et de l’hébreu. Par la suite, Murzynowski entre à l’université de Wittenberg, en Allemagne, où il rencontre probablement Martin Luther[5] et Melanchthon[6]. Après avoir complété ses études en Italie, Murzynowski retourne à Königsberg et offre ses services au duc Albert.

 

Murzynowski a travaillé avec application et efficacité mais il n’a jamais attiré l’attention sur lui, ni cherché une position en vue et encore moins que son nom figure sur la page de titre de sa traduction. Comme l’a si souvent écrit Jean Sébastien Bach, « Soli Deo Gloria », expression latine tirée de la version latine de la Bible, dite la Vulgate, du Nouveau Testament (1 Ti 1 : 17 et Jud 1 : 25) et signifiant à Dieu seul la gloire.


Notes :

[1] Le luthérianisme (ou luthéranisme) est la théologie fondée à partir des écrits et des pensées de Martin Luther.

[2] La fondation du duché de Prusse résulte d’une négociation engagée, sur les conseils de Martin Luther, par Albert de Brandebourg-Ansbach, trente-septième grand maître de l’Ordre teutonique, pour sauver les possessions de l’État teutonique qu’il dirigeait.

[3] L’ordre de la Maison de Sainte-Marie-des-Teutoniques, plus connu sous le nom d’ordre des Chevaliers teutoniques, d’ordre Teutonique ou de maison des chevaliers de l’hôpital de Sainte-Marie-des-Teutoniques à Jérusalem, est un ordre militaire chrétien issu du Moyen Âge. Cet ordre est aujourd’hui un institut religieux clérical de droit pontifical.

[4] Rospond Stanislaw (1906 – 1982) était un linguiste polonais, professeur à l’Université de Wroclaw.

[5] Wittenberg est célèbre pour ses liens étroits avec Martin Luther et l’aube de la Réforme : plusieurs de ses bâtiments sont associés aux événements de ce temps. Une partie du monastère augustin dans laquelle Luther a demeuré, d’abord en tant que moine puis comme propriétaire avec son épouse et sa famille, est préservée, et a été transformée en musée de Luther. Il contient de nombreuses reliques de Luther, ainsi que des portraits et d’autres peintures par Cranach. L’Augusteum, construit entre 1564 et 1583 en raison de la présence du monastère, est maintenant un séminaire théologique.

[6] Melanchthon (1497 – 1560) est souvent appelé le « Précepteur » de la Germanie et « un inspirateur de l’Église territoriale luthérienne ». Il est surtout un des maîtres du protestantisme et était très proche de Luther.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s