Pratiques anti-bibliques à Pensacola

Lévitation et projection

 

L’évangéliste Stephen Hill, associé du pasteur John Kilpatrick, qui amena ce « réveil » dans son église, déclare que mis à part le fait de « tomber dans l’Esprit », certains chrétiens expérimentent encore d’autres phénomènes : ils sont, dit-il, soulevés de terre et même projetés contre les murs ou sur leurs bancs. D’autres encore tombent les uns sur les autres, et cela avant que le service d’ordre ne soit capable de les retenir.[1]

 

Inutile de dire que certaines personnes sont alors physiquement blessées. Mais puisque ce sont des actes de Dieu, comme ils disent, ce n’est plus le pro­blème des responsables. Ils rejettent donc la responsabilité des conséquences de ces phénomènes dangereux sur le Seigneur. Quel raisonnement !

 

Etre projeté surnaturellement contre un mur est non seulement contraire aux Ecritures, mais encore à la nature même de Jésus. Dans Ephésiens 5: 25-29, il est question d’un parallèle entre les relations d’un mari avec sa femme et celles de Christ avec son épouse, l’Eglise. L’apôtre Paul nous recommande d’aimer, de nourrir et de prendre soin de nos épouses comme Christ le fait pour son Eglise. Un mari chrétien projettera-t-il son épouse contre un mur pour lui démontrer son amour ? Il ne le fera pas, tout simplement parce que Christ ne fera jamais une telle chose avec son épouse, l’Eglise.

 

Comment le Saint-Esprit pourrait-il être appelé « le Consolateur », si ses méthodes d’actions étaient de projeter les chrétiens contre les murs ? L’évangéliste Stephen Hill affirme même que pendant une réunion, l’onction de Dieu était si forte, qu’il fut soulevé de terre puis projeté au sol à plusieurs reprises.

 

Si Dieu était à l’origine de telles manifestations, alors le texte d’Ephésiens 5 que nous venons de considérer, ainsi que bien d’autres dans les Ecritures, ne devraient pas seulement être réinterprétés, mais réécrits. Une autre réalité alar­mante est celle-ci : dans les sociétés occultes, de telles pratiques d’agitations physiques, de personnes projetées et blessées ne sont pas rares. Satan agit juste­ment de cette manière dans ces milieux.

 

L’évangéliste Stephen Hill dit encore à ce sujet : « Le service d’ordre est impuissant devant une femme projetée par la puissance de Dieu contre un mur et qui se réveille avec des blessures à la tête ».[2] Il y a seulement quelques années en arrière, les églises pentecôtistes auraient identifié ce phénomène comme démoniaque et s’y seraient systématiquement opposées. Comme les temps ont changé !

 

Nous pouvons tomber sous la puissance de l’Esprit, si l’on est certain que cela est bien causé par le Saint-Esprit, et que la personne en reçoit un bénéfice. Cela s’est produit à plusieurs reprises, mais quand on tombe sous la puissance de l’Esprit, cela produit des résultats positifs : salut, baptême dans l’Esprit, réception de dons de l’esprit, guérison, délivrance, miracle, réponse à un besoin… En outre, le fruit de l’Esprit grandit (Ga 5 : 22-23).

 

Les cris et les rugissements

 

Plusieurs témoignages nous rapportent les manifestations de cris et de rugissements de personnes lors des réunions dirigées par des pasteurs du mouvement de la bénédiction de Toronto ou de Pensacola. Ils expliquent que les rugissements entendus lors de ces réunions sont causés par le Saint-Esprit : « Ce n’est rien ! C’est simplement le lion de Juda qui rugit ! » Il n’y a qu’un seul Lion de Juda, Jésus-Christ. Quand Il rugit, Il S’adresse clairement au monde et annonce le jugement de Dieu. Ce n’est pas Lui qui pousse les gens à rugir. Il les pousse à adorer Dieu. Il les pousse à louer Dieu. Pierre nous dit qui est celui qui rugit aujourd’hui : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera » (1 Pi 5 : 8). Dans le Mouvement Vineyard, on accueille volontiers ce rugissement.

 

Les rires incontrôlables

 

Le fait de rire n’est pas dérangeant non plus. Beaucoup de gens ont besoin d’être restaurés dans la joie, car « la joie du Seigneur est notre force » (Ne 8 : 10). Mais l’Ecclésiaste (Ecc 3 : 4) nous rappelle qu’il y a « un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser. » Mais quand les choses se passent d’une manière déplacée, quand le rire devient incontrôlable, quand il dérange, ou qu’il empêche la prédication de l’Evangile, ce rire ne vient pas de Dieu.

Impossibilité de rendre témoignage

 

Nous constatons, dans les différents témoignages, que ceux qui veulent témoigner de leur expérience en sont empêchés par diverses manifestations. Or la Bible dit clairement qu’un témoignage personnel est très important et très puissant. Jésus veut que nous soyons capables de partager notre témoignage, pour que d’autres puissent croire. « Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1:8). Un témoin est celui qui partage son témoignage. « Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort » (Ap 12:11). Il n’y a qu’une personne qui soit désireuse d’empêcher quelqu’un de donner son témoignage, en utilisant un signe mensonger. Bien entendu, il s’agit du diable.

 

Les tremblements incontrôlables

 

La description du fruit de l’Esprit dans Galates 5 : 23, où il est parlé de maîtrise de soi. Dans toute action du Saint-Esprit, il peut y avoir certaines réactions physiques en réponse à la présence et à l’œuvre du Saint-esprit, mais ces réactions sont rapidement contrôlables par un acte de volonté. Tout au début de l’Eglise primitive, des tremblements incontrôlables étaient considérés comme un excès de la chair, ou une œuvre de l’ennemi, qui tentait d’interférer avec l’œuvre légitime du Saint-Esprit. Hélas, ces manifestations sont aujourd’hui encouragées dans le Mouvement Vineyard, comme si elles étaient causées par le Saint-Esprit. Certaines personnes qui ont assisté à des réunions Vineyard, et qui ont commencé à trembler de manière incontrôlable se doutaient qu’il pouvait y avoir quelque chose de mauvais, mais on leur affirmait le contraire. Il a fallu l’assistance de la prière pour que ces  tremblements cessent. En général, ces gens étaient allés dans une réunion pour rechercher le baptême dans le Saint-Esprit. Au lieu de cela, ils avaient été saisis par ce tremblement violent et incontrôlable, et ils n’ont pas pu parler en langues.

 

Voici une expérience du pasteur G. Williams[3] :

« Dans l’Eglise de la rue Kennedy, quelqu’un répondit à l’appel que j’ai lancé, au cours de la réunion de vendredi soir. Cette femme voulait que je prie pour elle. Avant même que je m’approche d’elle, elle tomba à terre et commença à être secouée violemment. J’ai ordonné à cet esprit de la quitter, et j’ai encouragé cette femme à parler en langues. Elle y parvint avec quelque difficulté. Ce soit-là, je n’eus pas l’occasion de discuter avec cette femme.

 

Le vendredi 18 novembre 1994, je suis retourné prêcher dans la même église. La même femme était présente. Quand je fis un appel, elle s’avança à nouveau, pour recevoir la prière. J’ai commencé à prier pour elle, et elle fut saisie à nouveau de tremblements, mais ils n’étaient pas aussi violents que la première fois. Je pris à nouveau autorité sur cet esprit mauvais. Je lui ordonnai de quitter cette femme, et elle fut libérée. Elle tomba, mais cette fois sous la puissance du Saint-Esprit. Mais elle était dans la paix et dans un plein contrôle de soi, et elle resta un moment étendue en priant en langues.

 

Cette femme attendit pour me parler, lorsque j’eus fini de prier pour tous ceux qui s’étaient avancés. Elle voulait que je lui explique ce qui lui était arrivé. Car chaque fois qu’elle se rendait à une réunion Vineyard, elle attrapait un mauvais esprit. Le premier soir, au moment où j’avais prié pour elle, non seulement elle avait complètement perdu le contrôle d’elle-même, mais elle était empêchée de parler en langues. En outre, quand je lui ai demandé de parler en langues, elle a senti qu’elle était remplie de colère. »

 

Il est clair que les manifestations incontrôlables ne peuvent venir de Dieu et de son Esprit-Saint… elles ne peuvent provenir que du prince des ténèbres, au regard des témoignages comme celui ci-dessus, mais aussi après comparaison de ces manifestations avec celles que l’on trouve dans des religions ou philosophies ténébreuses.


Notes :

[1] The Quaterly Journal, April-June 1997

[2] The Quaterly Journal, April-June 1997

[3] Le Pasteur G. Williams a exercé son ministère pendant plusieurs années en compagnie du Pasteur David Mainse, à l’Eglise du 100, Huntley Street, à Kitchener, au Canada. Il a ensuite été Pasteur de l’Eglise du Bon Samaritain, dans la même ville. Il exerce à présent un ministère d’évangéliste dans tout le Canada.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s