L’inscription au-dessus de Jésus sur la croix

Les quatre évangiles, Matthieu, Marc, Luc et Jean nous parlent de l’inscription qui se trouvait au-dessus de Jésus, sur la croix :

« Pour indiquer le sujet de sa condamnation, on écrivit au-dessus de sa tête: Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. » (Mt 27 :37)

« L’inscription indiquant le sujet de sa condamnation portait ces mots: Le roi des Juifs. » (Mc 15 :26)

« Il y avait au-dessus de lui cette inscription[1]  : Celui-ci est le roi des Juifs. » (Lc 23 :38)

« Pilate fit une inscription, qu’il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs. » (Jn 19 :19)

Nous voyons que cela pourrait paraître contradictoire ! Les quatre Evangiles qui affirment quatre faits différents au sujet de l’inscription sur la croix. En fait, il ne faut pas mettre la citation de Marc avec les autres. En effet, Marc écrivait aux chrétiens de Rome, et son souci est l’essentiel du message qu’a apporté Jésus. On le remarque à la longueur de son Evangile. Allant au principal, il ne cite que « Le roi des Juifs », ce que disent tous les autres.

En fait, les trois autres Evangiles ne se contredisent pas du tout, bien au contraire : ils se complètent ! Il faut remarquer dans le verset suivant de Jean :

« Beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, parce que l’endroit où Jésus fut crucifié était près de la ville l’inscription était en hébreu, en latin et en grec. » (Jn 19 :20)

Nous voyons que l’inscription était en trois langues. Et nous avons de quoi penser que les trois auteurs des Evangiles nous ont rapporté l’inscription    dans ses trois langues.

Pour Matthieu :

Matthieu était un péager (Mt 9 :9) et était donc habitué à travailler avec les romains. Or la langue utilisée à cette époque dans l’administration romaine était le latin. Nous avons vu plus haut que l’une des langues de l’inscription était le latin ! Nous pouvons donc être assuré que c’est cette inscription qui frappa le regard de Matthieu. C’est donc le message qu’il nous a retranscrit !

Pour Luc:

Luc était médecin (Col 4 :14). Il a donc été habitué à lire le grec lors de ses études de médecine. En effet, à l’époque les études se faisaient en grec, quelque soit la discipline. Ainsi, il nous a retranscrit dans son Evangile l’inscription grecque !

Pour Jean:

Jean, lui, était pêcheur (Mt 4 :21), et donc pour lui, la langue qu’il a toujours utilisée est l’hébreu, ou l’araméen. Ainsi, pour lui, la partie la plus frappante de l’inscription de la croix était celle écrite en hébreu ou en araméen car le terme « en hébreu », dans le Nouveau Testament, s’applique aussi bien à l’araméen (Jean 5:2 ; 19:13 et 17) qu’à l’hébreu proprement dit (Apocalypse 9:11 et 16:16). C’est donc celle-ci qu’il nous a retranscrite dans son Evangile !

Ainsi, ce qui pouvait apparaître comme une contradiction notoire, n’est qu’une précision extraordinaire de la Parole de Dieu. Il suffit de regarder de près, de rechercher, de demander, de se documenter,… et surtout de prendre la Parole de Dieu dans son ensemble car « toute écriture est inspirée de Dieu et utile à enseigner » (2 Ti 3 :16)

Avec toutes ces remarques, nous pouvons reconstituer, à peu près, l’écriteau qui était au-dessus de Jésus, sur la croix :

En latin, d’après Matthieu:

HIC EST JESUS REX JUDAEORUM;

en grec, d’après Luc:

HOUTOS ESTIN HO BASILEUS TON IOUDAION;

et en hébreu, d’après Jean

YESHOUA HANOTSRI VEMELECK HAYEHOUDIM[2].

De plus, si Pilate avait voulu mettre la citation complète en latin ou en grec, il n’aurait pas eu assez de place sur un écriteau car cela aurait été très long, trop long ! Cela est un argument de plus en faveur de l’exactitude de la Bible comme Parole inattaquable.

 

Notes

[1] Dans la version Louis Second, l’omission de quelques mots rentre dans une logique dangereuse de modification du message de la Parole de Dieu (Cf. Mt 25-13, Mc 12-29, Lc 1-28 ; 4-4 et 8 ; 11-2, 4 et 44 ; 20-23 ; 21-4) :

  • Traduction King James 1611 : “And a superscription also was written over him in letters of Greek, and Latin, and Hebrew, THIS IS THE KING OF THE JEWS”
  • Traduction d’Ostervald, de 1744, revue en 1996 : « Et il y avait cette inscription au-dessus de sa tête, en grec, en latin et en hébreu: CELUI-CI EST LE ROI DES JUIFS. »
  • Traduction Louis Second : retranscrite ici.

Traduction Darby revue en 1991 : « Et il y avait aussi au-dessus de lui un écriteau en lettres grecques, romaines, et hébraïques: Celui-ci est le roi des Juifs. »

[2]   Yeshoua Hanotsri Vemeleck Hayehoudim. Les premières lettres de chaque mot forment le tétragramme  YHVH de Dieu ce qui a littéralement fait explosé les pharisiens qui, habitués à lire les premières lettres des mots ou des phrases dans les psaumes n’ont pas du tout été étonné de cela mais ont demandé de changer un seul mot en ajoutant « il a dit qu’il est roi des juifs » ce qui annulait la puissance de la présence du tétragramme.

Il est souvent dit que Belschatsar n’aurait jamais existé !

Une des histoires les plus intéressantes dans la Bible est celle qui se trouve dans le livre de Daniel, chapitre 5. Dans cette histoire, il est question de Belschatsar, le dernier roi de Babylone. il a donné un grand festin auquel il avait invité mille personnes. Il leur a servi du vin dans des coupes qui avaient été volées du temple de Jérusalem.

 

Tout d’un coup, une main est apparue et a écrit quatre mots sur la muraille du palais royal. Ensuite, la main est disparue. Le roi effrayé a cherché à savoir l’explication des mots. Finalement, on a fait venir Daniel. Parce que Dieu avait révélé à Daniel l’explication de chaque mot, il a pu en faire part au roi (Daniel 5.26). Bref, Dieu avait mis fin au règne du roi Belschatsar. Cette nuit-là, Belschatsar a été tué et les Mèdes et les Perses se sont emparés de Babylone. Pendant de nombreuses années, les incrédules ont dit que l’histoire ne pouvait pas être vraie parce que Belschatsar n’était pas le dernier roi de Babylone. Selon les anciens écrits historiques, c’est Nabonide qui était le dernier roi — et il n’y a jamais eu de roi nommé Belschatsar.

 

Mais au cours de ce siècle, les archéologues qui ont fait des fouilles dans l’ancienne ville d’Ur ont découvert de nombreuses tablettes sur lesquelles les Babyloniens avaient écrit. Certaines de ces tablettes dataient de l’époque de Nabonide. Et devine ce qui y était écrit… Le roi Nabonide a quitté le pays pendant plusieurs années. Durant son absence, c’est son fils qui a régné à sa place. Le nom de son fils était Belschatsar. Il a été tué le jour que les Mèdes et les Perses se sont emparés de Babylone.

 

En fait, c’est exactement ce qu’avait affirmé le livre de Daniel.

Un sceau mentionnant Achaz, roi de Juda

Ces dernières années, un collectionneur réussissait à acquérir plusieurs impressions de sceaux. Quelle surprise de lire en toute certitude, sur l’une d’elles, l’inscription suivante: « À Achaz, (fils de) Yehotam, roi de Juda! »


Empreinte de la bulle

L’empreinte du sceau apparaît sur une bulle (petite boule de glaise collée à des ficelles attachant un rouleau de papyrus). Les marques des fibres du papyrus et des ficelles sont encore bien visibles au dos de la bulle. L’écriture est très soignée, élégante même, selon le style de la deuxième moitié du VIIIe siècle av. J.-C. Des points (.), séparent les mots comme sur les longues inscriptions officielles et publiques. Le propriétaire doit donc être un personnage illustre.

Il s’agit, en effet, de l’empreinte du sceau personnel d’Achaz, roi de Juda, à Jérusalem, au temps d’Esaïe (2 R 15,38; 736-716 av. J.-C.). C’est à lui que le prophète annonce la naissance d’un prince héritier, Emmanuel, parfaite incarnation du roi que Yahweh désire tant pour son peuple (Es 7,14-16; voir aussi 9,1-6; 11,1-9). Une si haute espérance du prophète révèle, du même coup, la profonde déception créée par Achaz lui-même. Ne résume-t-on pas ainsi son règne: « Il ne fit pas ce qui est agréable à Yahweh, son Dieu, comme avait fait David, son ancêtre » (2 Rs 16,2).

Nous tenons en main la première signature connue d’un roi du peuple de Dieu! Après des dizaines d’années de fouilles et la découverte de centaines d’impressions, nous voici en présence d’une première signature royale au sens strict. Non seulement nous avons sous les yeux la signature, mais peut-être même l’empreinte digitale du signataire sur le rebord gauche de la bulle: la glaise conserve intacte la marque d’un doigt (le pouce?) qui tenait en place la minuscule boule appliquée sur les ficelles retenant les papyrus enroulés.

Quel dommage que le papyrus ait disparu! Notre imagination a libre cours pour en rétablir le contenu: un texte administratif? une lettre à un fonctionnaire? une question du roi angoissé à Isaïe? Car ce pauvre Achaz, jeune et sans grande autorité, vit sous la menace de voisins puissants: les Israélites du Nord et les Araméens. En 732, il fera appel au roi d’Assyrie; Tiglat-Phalasar III profitera de l’occasion pour annexer la Galilée! Achaz se soumet au puissant Assyrien (2 Rs 16,5-9). Il figure en bonne place dans les Annales de ce roi en tant que fils soumis. C’était là la seule mention connue de son nom dans un document ancien; nous en avons une toute nouvelle, et qui plus est, il s’agit de sa propre signature!

Qui est Théophile ?

Quand on réalise que les renseignements pour identifier le « très excellent Théophile » (Lc 1 : 3) sont rares, la salutation et le style d’écriture de l’auteur deviennent alors des indices précieux pour déterminer le public auquel l’évangile de Luc est destiné.

 

Luc commence ses deux ouvrages en soulignant la réalité de son récit. Il a suivi ces événements, c’est- à-dire qu’il a lu attentivement ce que d’autres avaient écrit et qu’il a suivi lui-même les récits trouvés dans son Evangile quand c’était possible. Ce propos doit être pris au sérieux car la recherche moderne confirme l’exactitude de beaucoup écrits par Luc. L’évangéliste s’efforce de démontrer la fiabilité des sujets qu’il présente. Il fait un large emploi du principe traditionnel juif de l’argument et de la preuve tiré de la « règle des deux témoins » du Deutéronome (Dt 19 : 15) et du Livre des Nombres (Nb 35 : 30). Ce principe est fréquent avant le 1er siècle dans les groupes d’étude de la Torah. Parmi les preuves avancées par Luc, on trouve les paroles des prophètes, l’inspiration divine et les miracles qui jouent un rôle considérable.

 

Le passage du chapitre 4 des Actes (Ac 4 : 20 ; voir aussi Ac 26 : 10) dit que les Apôtres en tant que témoins sûrs, dignes de confiance, portent témoignage seulement sur ce qu’ils ont « vu » et « entendu ». Dans la pratique linguistique du judaïsme de l’époque de Jésus et des premiers siècles de notre ère, les termes « vu » et « entendu » ont une résonance légale précise. Ils sont employés en relation avec le témoin non seulement d’un événement, mais aussi de paroles et d’enseignements. Luc établit et structure son Evangile sur des bases juives et sur l’Ancien Testament :

  • Après le prologue, Luc débute son évangile par l’épisode du prêtre Zacharie offrant de l’encens dans le sanctuaire du Temple de Jérusalem tandis que le peuple prie dans la cour. Cette scène se rapproche de celles qui annoncent la naissance de personnages de l’Ancien Testament tels Isaac, Samson et Samuel, dans l’histoire du peuple de Dieu.
  • Les descriptions d’événements surnaturels sont associées à des figures importantes dans l’histoire juive.
  • L’apparition d’anges et leurs messages font entièrement partie de l’élaboration de la pensée juive en ce qui concerne l’idée messianique.
  • Les prévisions selon lesquelles la naissance du messie serait annoncée par les anges correspond à la pensée populaire juive du 1er siècle.
  • Le baptême de Jésus rapporté par Luc rappelle l’expérience du prophète Ézéchiel (Ez 1 : 1) : Jean baptise Jésus ; les cieux s’ouvrent et la descente spectaculaire de la colombe accompagne l’événement miraculeux. Dieu parle : Jésus est reconnu et son œuvre commence.
  • Luc dit que Jésus s’abstint de toute nourriture et de toute boisson pendant son jeûne de quarante jours. Ce récit d’un événement miraculeux est significatif pour un public juif qui sait que Dieu a nourri Moïse et Élie au cours de leur jeûne de quarante jours.
  • La tentation suit le jeûne. Seuls les Juifs pouvaient savoir que Luc fait référence au livre de l’Exode (Ex 34 : 28) et au Premier Livre des Rois (1 Rs 19 : 8), et qu’une appréciation totale des tentations devait être basée sur le Deutéronome (Dt 6 à 8).
  • Dans l’évangile de Luc l’histoire de Jésus résonne de la foi juive concernant le plan de salut de Dieu et l’arrivée promise d’un messie libérateur. Le texte s’enracine dans la riche diversité de la pensée messianique juive qui caractérise la période du Second Temple[1].

 

Plusieurs auteurs et exégètes (Gerhardsson[2], Adolf Schatter[3], Johannes Weiss[4], Bertil Gartner[5]…) concluent leurs études en affirmant que le caractère du texte et d’autres signes indiquent que l’auteur appartient à l’Eglise juive. En 1892, Johannes Weiss disait que les Evangiles doivent être étudiés en gardant à l’esprit que les idées énoncées sont exprimées dans des termes qui étaient et sont intelligibles pour tous les lecteurs. Par conséquent, nous devons conclure que les idées de Luc ont été exprimées en termes compréhensibles pour « l’excellent Théophile » qui devait certainement être un Juif de haut rang et d’une grande richesse.

 

L’Evangile de Luc et le livre des Actes sont composés dans un style et selon des techniques utilisés dans les ouvrages historiques de l’Ancien Testament et, peut-être aussi, dans des œuvres historiques juives postérieures telles que le Premier Livre des Maccabées, et qu’il fut écrit dans une forme familière au peuple hébreu. Bertil Gartner conclut que les écrits de Luc « ressemblent beaucoup aux deux premiers livres des Maccabées qui présentent certaines caractéristiques en commun avec les récits historiques grecs[6] bien qu’ils soient considérés comme part entière d’une tradition typiquement juive ». Il ajoute que les mentions historiques présentées sont marquées par la foi dans l’intervention de Dieu, les conséquences du péché, la réparation et le pardon. Mais ils sont également désireux d’enseigner et de publier à l’étranger leur foi qui repose sur la confiance en Dieu ; c’est toute la fonction essentielle de leurs discours. Leur style n’obéit pas à l’idéal rhétorique mais appartient plutôt à la tradition de l’Ancien Testament. L’enchaînement des événements, dont le premier est l’annonciation de Jean, est vu par Luc comme une série d’exemples d’actes et d’actions de la puissance divine. Ses écrits mettent en valeur la puissance de Dieu, et dans ce sens limité, Luc rejoint l’évaluation de Paul sur « la puissance de l’œuvre accomplie à la croix »[7]. Il le fait pour démontrer la véracité de l’information à Théophile qui a entendu parler de la récente intervention de Dieu dans l’histoire humaine. Le pouvoir de Dieu est manifesté par les miracles qu’Il accomplit par l’intermédiaire de ses représentants, dont il authentifie le rôle.

 

Existe-t-il, au 1er siècle de notre ère, un Juif de haut rang et très riche qui pourrait être sensible aux idées exprimées dans l’Évangile ? Quelques spécialistes font remarquer que Théophile signifie « ami de Dieu » et qu’en employant ce terme, Luc s’adresse à un personnage imaginaire qui représente le type de personne à qui s’adresse son évangile. Cependant, il est improbable qu’un auteur ancien tel que Luc ait accompagné sa salutation d’un « très excellent » s’il s’agissait d’une personne fictive. C’est la mention d’une telle salutation qui amène la plupart des spécialistes à conclure que Théophile est bien un personnage réel, occupant une certaine position et possédant des biens dans le monde romain.

Puisque les propositions pour la rédaction de l’évangile de Luc vont de 40 au plus tôt à 140 après J.-C. au plus tard, n’importe où dans le monde romain de cette époque, notre recherche de Théophile se limitera à cette période et à cette zone géographique. Existait-il alors dans cet empire, une personne d’un certain rang et/ou d’une certaine richesse portant ce nom et pour laquelle la salutation de « très excellent » aurait été appropriée ?

Grâce à une liste de 2 040 noms masculins juifs du 1er siècle utilisés depuis la période du Second Temple jusqu’à l’époque de la Mishna[8], dressée à partir de diverses sources (les écrits de l’historien juif Flavius Josèphe, le Nouveau Testament, la littérature rabbinique ainsi que les papyri et les inscriptions diverses retrouvées), nous savons  que le nom de Théophile apparaît trois fois, ce qui en fait un prénom très rare[9]. Tous les exemples que nous rapportons dans cette étude font référence à la même personne.

Selon Flavius Josèphe, un homme du nom de Théophile a servi comme Grand Prêtre de 37 à 41 après J.-C. Ce Théophile appartenait à la plus importante et la plus riche famille juive. En plus de cette mention dans les écrits de Josèphe, un autre exemple établit de manière décisive l’existence historique de Théophile le Grand Prêtre. Lors de fouilles archéologiques à Hizma[10], il a été retrouvé un ossuaire en calcaire[11] qui identifie les ossements qui s’y trouvent avec ceux de Yehohanah, petite-fille du Grand Prêtre Théophile. L’inscription sur trois lignes se lit ainsi :

Yehohanah

Yehohanah fille de Yehohanan

fils de Théophile le Grand Prêtre

Théophile n’est pas un nom commun, et lorsqu’il est associé à celui de Yohanah, l’identification se confirme et explique pourquoi Luc est le seul évangéliste à citer Yohanah dans ses écrits. Yohanah a certainement été l’un des témoins oculaires qui renseigna Luc.

 

La parabole de l’homme riche et de Lazare (Lc 16 : 19 à 31), typiquement juive et correspond la structure hébraïque du récit de Luc, n’est rapporté que par Luc car celui-ci connaissait bien le destinataire de l’Evangile.

 

  • L’homme riche fait appel à Abraham, en croyant peut-être, à tort, que son héritage le sauvera ; mais Jean le Baptiste avait déjà prévenu contre ce faux espoir (Lc 3 : 8). Luc perçoit Abraham comme le père et les Juifs ses enfants (Lc 1 : 73 ; 13 : 16 ; 19 ; 9), comme c’est le cas de tout juif, en référence à la promesse de Dieu à Abraham (Gn 17 : 4 et 5 et Ac 7 : 17). L’espoir en la résurrection était répandu dans le Judaïsme.
  • La rétribution divine après la vie est un concept juif fondamental. Les discussions des Juifs sur la vie après la vie impliquaient la possibilité pour le défunt de voir et de converser avec les autres.
  • Les vêtements de l’homme riche décrits par Luc (Lc 16 : 19) correspondent à ceux du Grand Prêtre.

 

Bien que Lazare ait été un nom très courant en Palestine, sa signification échappe au public païen… Lazare est la forme abrégée d’Éléazare qui, en hébreu, signifie « Dieu aide ». C’est certainement une juxtaposition de ce sens et de l’action demandée par l’homme riche qui donne à ce texte un sens particulier pour un juif hébraïsant lorsqu’il dit à Abraham : « Je te prie alors, Père, d’envoyer Lazare dans la maison de mon père, car j’ai cinq frères. Qu’il les avertisse pour qu’ils ne viennent pas eux aussi dans ce lieu de tourment » (Lc 16 : 27 et 28). Cette phrase fait aussi référence à la maison de Anne, le Grand Prêtre.

 

Nous connaissons l’existence du Grand Prêtre Anne par les Evangiles (Lc 3 : 2, Jn 18 : 13 et 24), le livre des Actes (Ac 4 : 6) et Flavius Josèphe[12]. Ce dernier nous apprend que le Grand Prêtre Anne est en vie et encore très respecté à la veille de la révolte contre Rome[13], mais aussi que « cet Anne l’Ancien est le plus béni des hommes car il a cinq fils », qui ont tous exercé les fonctions de Grand Prêtre, ainsi que leur beau-frère, Caïphe (Mt 26 : 3, Ac 4 : 6).

 

Mais « très excellent Théophile » comprend-il que cette parabole de l’homme riche et de Lazare s’adresse directement à lui ? Certainement car il avait un frère nommé Éléazare qui servit, lui aussi, comme Grand Prêtre ! Nous comprenons pourquoi Luc relate ce récit qu’il juge essentiel alors que les autres Evangiles ne le font pas !

 

Les commentateurs avouent ne pas connaître le destinataire de l’Evangile de Luc et les Actes des Apôtres. Certains ont avancé que Théophile était une personne de haut rang dans le groupe à qui Luc s’adressait. Nombreux sont ceux qui ont conclu que Théophile était un officier romain mais nombreux sont ceux aussi qui ont souligné que Théophile était un nom grec.
Cette supposition est correcte mais elle n’empêche pas que le porteur de ce nom soit le Grand Prêtre qui, désigné par le procurateur, soit, de fait, un officier romain qui s’avérait être un Juif palestinien et à qui Luc s’adresse correctement en l’appelant « très excellent Théophile ».

 

À l’époque du Second Temple, le Grand Prêtre n’est pas seulement le chef religieux d’Israël et du Temple, il est aussi à la tête de la théocratie et le représentant officiel de la nation auprès des dirigeants perses et, plus tard, des romains. Il se distingue des prêtres ordinaires de plusieurs manières. Son service au Temple se singularise par l’autorisation qu’il a reçue d’offrir un sacrifice expiatoire sur l’autel intérieur et d’entrer dans le Saint des saints. Les offrandes sont faites pour racheter les péchés personnels, pour ceux jugés par le sanhédrin et pour les fautes de la communauté. Son service le plus solennel se fait le jour des propitiations. Lorsqu’il est rempli correctement, le service permet de racheter les péchés de toute la nation juive.

Le Grand Prêtre est nommé à vie, et même lorsque les Romains commencèrent à le désigner, l’ancien Grand Prêtre conservait certaines prérogatives. La mort du Grand Prêtre en exercice ou de l’ancien Grand Prêtre a une signification rédemptrice. Les personnes poursuivies pour homicide involontaire et qui ont trouvé refuge dans une autre ville sont autorisées à revenir chez elles après la mort du Grand Prêtre sans crainte d’être arrêtées. Même après sa destitution, le Grand Prêtre conserve son titre et son autorité ; c’est la raison pour laquelle, même un ancien Grand Prêtre peut être qualifié de « très excellent » lorsqu’on s’adresse à lui. En outre, beaucoup de spécialistes reconnaissent aujourd’hui que le grec était largement utilisé au 1er siècle en Palestine aussi bien par les chrétiens que par les autres juifs. Jean rappelle que l’inscription au-dessus de la croix était rédigé en grec, en latin et en hébreu (Jn 19 : 20). Or les inscriptions funéraires sont probablement le meilleur indicateur de la langue parlée par le petit peuple, et, à ce titre, il est intéressant de noter que leur grande majorité a été rédigée en grec. Jésus a grandi à Nazareth près de la cité grecque de Sépphoris et à proximité d’autres villes grecques. Le grec était couramment parlé à l’instar de l’araméen. Après sa mort et sa résurrection, les disciples ont prêché et rédigé leurs évangiles en grec. Dès lors, il n’est pas surprenant que beaucoup de Grands Prêtres de cette époque aient porté des noms grecs.

 

Si donc Théophile est le Grand Prêtre, pourquoi Luc lui dédie-t-il son évangile et ses Actes ? L’évangéliste a écrit une œuvre irénique[14], [15] qu’il adresse au Grand Prêtre pour lui annoncer et lui expliquer que de nombreuses prophéties se sont accomplies[16]. Il explique la signification des paroles et des actions de Jésus dans le contexte prophétique de l’Ancien Testament, dont les arguments ne peuvent émouvoir qu’un public qui croyait déjà et respectait le texte qu’il considérait comme sacré. Seul un juif pouvait écouter et comprendre un récit basé sur l’accomplissement des promesses faites à David à travers Jésus le Messie.

L’attente juive de l’arrivée d’un roi davidique est particulièrement forte chez les Juifs du premier siècle. Le statut royal de Jésus comme descendant de David n’aurait en rien impressionné un gentil, mais le Grand Prêtre, lui, aurait prit en compte un tel argument. Il y a un miracle accompli par Jésus qui a été très impressionnant et dont le Grand Prêtre en a eu connaissance. Lorsque les gardes du Temple viennent arrêter Jésus, Pierre sort une épée et coupe l’oreille du serviteur du Grand Prêtre. Jésus, dans l’évangile de Luc, guérit ce serviteur en lui touchant l’oreille (Lc 22 : 51). Tous les évangiles rapportent l’arrestation de Jésus, mais seul celui de Luc mentionne le miracle de l’oreille.

Une nouvelle aussi incroyable ne peut être faite au Grand Prêtre à moins d’être vraie. Cette guérison miraculeuse de l’oreille a joué le même rôle que la résurrection de Lazare dans l’évangile de Jean. C’était la manifestation de la puissance de Dieu en tant que prélude à sa résurrection. Paul, à l’instar de Luc et de Jean, considérait la résurrection comme le signe le plus éclatant de la puissance divine.

Cette action divine est constamment mise en avant par Luc ; il souligne davantage que Matthieu et Marc le plan de Dieu et son action dans l’histoire. Il développe ce thème avec prudence étant donné les croyances du Grand Prêtre et le statut marginal de l’immortalité et de la résurrection[17] dans les croyances du judaïsme au Ier siècle[18].

 

Le style d’écriture relève de la tradition de l’Ancien Testament. Les idées exprimées par Luc auraient été compréhensibles au très excellent Théophile, le Grand Prêtre. En réalité, la signification d’un certain nombre de passages ne pouvait être comprise que par ce dernier. Les deux mentions brèves de Yohana dans l’évangile de Luc (Lc 8 : 3 et 24 : 10) peuvent être reconnues maintenant comme ayant joué un rôle plus important qu’on ne le croyait jusqu’ici. Luc a utilement cité Yohana, la petite-fille de Théophile le Grand Prêtre, comme l’un des témoins. Dans sa présentation, il a observé le principe traditionnel juif de l’argument et de la preuve supporté par de nombreuses citations de l’Écriture pour démontrer que la puissance de Dieu a rendu possible tout ce que Théophile a vu et entendu.

 

Le plus extraordinaire dans le texte de Luc, marque de la perfection de l’inspiration divine, c’est qu’il peut être lu par un païen, un juif d’origine grecque, un juif imprégné de la culture biblique ou le Grand Prêtre Théophile. Il sera toujours compris et transmet à tous le message de la puissance de Dieu révélé dans l’œuvre de Jésus-Christ. Comme l’a écrit Johannes Weiss[19], la marque de l’inspiration divine se voit dans « l’intelligibilité universelle » du texte.

 

NOTES

[1] Le Second Temple était le Temple de Jérusalem, reconstruit en 515 avant JC, après la captivité de Babylone, comme rapporté dans le livre de Néhémie, et détruit en 70 après JC par les Romains, au terme d’une révolte ayant duré quatre ans.

[2] Exégète luthérien et professeur à la faculté de théologie de Lund, en Suède. Il a écrit de nombreux ouvrages sur les origines et la transmission des Evangiles via la structure rythmique et mnémotechnique de la transmission des écrits de l’Ancien Testament.

[3] Adolf Schlatter (1852 -1938) était un théologien allemand, professeur protestant qui enseigna le Nouveau Testament et la systématique dans plusieurs universités.

[4] Théologien protestant allemand et auteur de plusieurs ouvrages sur les Evangiles et la confiance que l’on peut donner aux textes.

[5] Exégète et auteur de plusieurs ouvrages de référence concernant les Evangiles et leur historicité.

[6] Ecrits biographiques ou relatant des faits qui ne dépendent pas de l’auteur et dans lequel l’auteur ne s’engage pas.

[7] L’intérêt de Luc pour la puissance de Dieu est illustré par le fait qu’il utilise le mot   dunamis (traduit par puissance, miracle, capacité, force, pouvoir…) 15 fois dans son évangile, 10 fois dans les Actes ; le verbe dunamai (être capable, avoir le pouvoir de…) 26 fois dans son évangile, 21 fois dans les Actes ; l’adjectif dunatos (capable, puissant, fort… Il est aussi utilisé pour « Tout-Puissant » dans le Dieu Tout-Puissant en Lc 1 : 49 par exemple) 4 fois dans son évangile et 6 fois dans les Actes. Il s’agit d’une réaffirmation forte du monothéisme juif traditionnel.

[8] La Mishna est un ensemble de textes correspondant à une compilation de la tradition orale juive. On la trouve dans le talmud où elle est associée à la guemara (commentaires). Elle comporte six grands thèmes : – agriculture / – fêtes / – relations conjugales / – droit civil / – sacrifice / – lois de pureté. Les premiers textes datent de 330 avant à 200 après J.-C : elle est la première et la plus importante des sources rabbiniques obtenues par compilation écrite des lois orales juives, projet défendu par les pharisiens, et considéré comme le premier ouvrage de littérature rabbinique.

[9] Yehohanah est la variante araméenne du nom Yohanah, notre « Jeanne » (Lc 8 : 3 et 24 : 10). Le nombre total de toutes les femmes juives de Palestine dont on connaît le nom, depuis la période du Second Temple jusqu’à celle de la Mishna, se chiffre à 247. Ici aussi, ce nombre a été fixé grâce à l’étude des différentes sources de cette époque dont Flavius Josèphe, le Nouveau Testament, la littérature rabbinique, les inscriptions et les papyri. Les huit occurrences de Yohanah identifiées dans cette étude, dont l’exemple donné par Barag et Flusser et ceux trouvés chez Luc représentent 3,24 % du total. Yohanah est le cinquième nom le plus commun présent dans cette étude. Les trois occurrences de Théophile identifiées dans l’étude des noms masculins juifs, en excluant celle donnée par Barag et Flusser et celles de Luc (Lc 1 : 3) et des Actes (Ac 1 : 1) représentent 0,01 % du total des noms réunis grâce aux mêmes sources utilisées pour l’étude des noms de femmes. Cette remarque a aussi était faite dans « A Lexicon of Jewish Names: part I: Palestine 330 avant JC à 200 après JC » de Ilan et  » Notes on the Distribution of Jewish Women’s Names in Palestine in the Second Temple and Mishnaic Periods » dans Journal of Jewish Studies n°40 de 1989.

[10] Hizma ou Bet ‘Azmaweth est à 7,25 km environ au nord/nord-est de Jérusalem.

[11] Les ossuaires étaient des récipients destinés aux enterrements secondaires juifs et furent en usage de 100 avant à 100 après J.C. Ils étaient réalisés en creusant un simple bloc de calcaire doux que l’on trouve dans les environs de Jérusalem.

[12] C’est à Anne seul que Luc reconnaît la qualité de grand prêtre ; Caïphe était nommé à la suite, sans indication de son rôle. La même particularité se retrouve en Ac 4 : 6. Or selon Flavius Josèphe, en la quinzième année du principat de Tibère, le grand-prêtre reconnu par Rome était Caïphe. En effet Anne qui avait été institué grand-prêtre en l’an 6 à l’arrivée de Quirinius, exerça le pontificat jusqu’en 15 de notre ère, puis ses fils assurèrent la continuité pendant les deux décennies suivantes, sans compter les intermèdes dont celui de Caïphe de18 à 36. Dans ces conditions, pourquoi Luc dit-il qu’à la fin des années 20, Anne portait toujours le titre, et il exerçait l’autorité au sein du Sanhédrin ? (Ac 4 : 6 ; 5 : 21 et 27).  Il est inconcevable qu’il ait commis une erreur grossière en s’adressant à Théophile ! En fait, si le pouvoir romain nommait et destituait le grand-prêtre, dans la hiérarchie sacerdotale, on reconnaissait une moindre autorité à celui qui n’avait été investi qu’officiellement de cette charge ; le vrai grand-prêtre était celui qui avait été consacré par l’onction sainte et éternelle : « Le grand-prêtre oint de l’huile d’onction précède [dans la hiérarchie] le grand prêtre distingué (des autres prêtres)  seulement par l’investiture. Entre le pontife oint par l’huile d’onction et celui qui l’est par un titre, la différence consiste en ce que le premier seul est tenu d’offrir en expiation un taureau pour la communauté. Entre le pontife en exercice et celui qui l’a remplacé provisoirement, la distinction consiste  en ce que le premier offre le taureau du grand pardon et la dîme d’épha (Talmud traité Meg. I-10). (le second étant suppléant dans le cas où le premier ne pourrait tenir son rôle pour une raison ou une autre, un décès dans sa famille par exemple)

[13] Qui s’est achevée par la prise de Jérusalem et la destruction du Temple par l’armée de Titus en 70.

[14] Qui a pour but d’établir la paix.

[15] “The Book of Acts in the Setting of Hellenistic History” de Hemer, et “The Lord of the Banquet” de Baur F. C. et Moessner.

[16] L’accomplissement des prophéties était d’un intérêt majeur pour Luc qui souligne sans cesse que « cette théologie de la « preuve-par-la-prophétie » est un concept théologique central, ce que l’on trouve dans ses deux ouvrages.

[17] La première référence explicite à la résurrection contenue dans la Bible hébraïque est Daniel 12 : 1 à 3, or la date de rédaction du livre de Daniel est tardive dans l’histoire du peuple juif.

[18] On peut se demander si Luc, par ses nombreuses références aux anges, en s’adressant à Théophile le Grand Prêtre, un sadducéen qui croyait aux anges, ne lui pose pas implicitement la question : « si vous croyez aux anges, pourquoi ne croyez vous pas en la résurrection ? Et donc dans l’œuvre de Jésus-Christ, ressuscité ? ».

[19] A savoir que les Evangiles doivent être étudiés en gardant à l’esprit que les idées énoncées sont exprimées dans des termes qui étaient et sont intelligibles pour le lecteur.

Zacharie et Siméon, deux personnages bibliques qui ont laissé leur nom…

Zacharie, le père de Jean-Baptiste, et Siméon, ce vieillard touchant qui reçut dans ses bras le bébé Jésus, au Temple, viennent de connaître une certaine notoriété, dans des circonstances pour le moins inattendues.

Nous sommes dans la vallée du Cédron, située entre Jérusalem et le mont des Oliviers. Un jeune photographe s’amuse à prendre des clichés de monuments funéraires à la lumière rasante du soleil couchant. Au développement du film, des inscriptions en grec deviennent visibles. Une telle découverte ne peut être reléguée aux oubliettes!

Depuis des siècles, la vallée du Cédron est un lieu de sépultures. Au Ier siècle avant notre ère, à l’époque hellénistique, de magnifiques monuments funéraires, encore visibles, y furent construits. À compter du Moyen Âge, on associe trois de ces tombeaux à des personnages connus : Absalom, fils maudit du roi David; Jacques, frère de Jésus et premier évêque de Jérusalem, et Zacharie, père de Jean-Baptiste. Évidemment, une telle désignation fait sourire les historiens!

Les inscriptions

Sur la tombe dite d’Absalom, le photographe a cueilli trois inscriptions gravées au-dessus de la porte d’entrée. Ces épitaphes sont en caractères grecs, sans espacement des mots. La première, à gauche du monument, est perpendiculaire. Elle ne comporte qu’un mot : psichè (âme), traduction grecque du néfèsh hébreu signifiant « stèle funéraire ». Ce mot ne veut donc préciser que le type du monument.

La deuxième inscription, au centre, s’étend sur deux lignes horizontales. Sans difficulté majeure, on peut lire : « Ceci est le tombeau de Zacharie, martyr, prêtre très pieux, père de Jean ». Il s’agit bien ici du père de Jean-Baptiste, d’après Luc 1,6-7.11-13, et le Protévangile de Jacques 23,3, daté de la fin du IIe ou du début du IIIe siècle, un texte qui évoque le martyre de ce même Zacharie.
À droite, les six lignes verticales de la troisième inscription se lisent facilement : « Le sépulcre de Siméon, qui était un homme juste et un vieillard très religieux et (qui) attendait la consolation du peuple ». De toute évidence, l’inscription est inspirée de Luc 2,25; l’évangéliste parle ainsi du vieillard Siméon, lors de la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem. On s’entend pour dater ces inscriptions de la fin du IVe ou du début du Ve siècle.

Les tombeaux

Entre 330 et 350, Constantin édifie des églises aux lieux de la naissance, de la mort et de la résurrection de Jésus : Bethléem et Jérusalem. Les chrétiens cherchent alors à identifier d’autres lieux importants pour la foi chrétienne. C’est ainsi que, selon des témoins de la fin du IVe siècle, une tombe de la vallée du Cédron renferme les restes de Zacharie, de Siméon et de Jacques. Cette vieille tradition refait donc surface, mais les changements survenus par la suite appellent une explication.

Depuis le Moyen Âge, une croyance veut que la tombe porteuse d’inscriptions soit celle d’Absalom, fils de David. La mémoire de Jacques et celle de Zacharie se retrouvent dans les deux monuments voisins. Et Siméon disparaît dans un total oubli! Quant au nom de Jacques, absent, de « nos » inscriptions, il pourrait se trouver, à peine visible, ailleurs sur le monument.

Concluons par deux observations. Tout d’abord, puisque les monuments sont antérieurs à ces figures du Nouveau Testament, les inscriptions laissent entière la question du lieu de sépulture de Zacharie, de Siméon et de Jacques. Elles disent seulement que leur souvenir a été logé sur ce monument après le IVe siècle. C’est aussi la première fois qu’un texte évangélique figure sur un monument ancien.

La deuxième remarque porte sur le nom d’Absalom attaché, pour des raisons inconnues, à cette tombe aux inscriptions, à la même époque du Moyen Âge. Cette identification explique sans doute que Zacharie et Siméon aient été relogés dans des monuments voisins. Comme cet Absalom était honni de tous, juifs, chrétiens et musulmans lapidaient ce monument, lui causant bien des dommages. Serait-ce là la cause de l’absence d’une inscription dédiée à Jacques? On peut le penser.

Le sceau du commissaire de Jérémie, Seraja

Une signature officielle apparaît sur un sceau trouvé récemment et dont l’inscription comporte deux noms: Seraja/Nérija, le second étant celui du père. S’agirait-il du commissaire de Jérémie que la Bible appelle ainsi? (Jr 51 : 59) Ce même Seraja serait le frère de Baruk (Jr 36 : 4), ami et secrétaire de Jérémie dont on a aussi retrouvé le sceau.

Reproduction de l’empreinte du sceau

 

Jérémie faisait sans doute partie du cercle d’amis de Nérija. Voilà pourquoi il mettra toute sa confiance en deux de ses fils, Seraja et Baruk. L’époque était sombre. Jérémie annonçait que Jérusalem allait être détruite par ses ennemis. Le peuple refusait d’y croire et ne supportait plus Jérémie à cause de ses messages menaçants. Il persécutait aussi Baruk qui écrivait et lisait publiquement ses messages.

 

Alors Baruk s’est mis à se plaindre de son sort : « Malheur à moi ! – disait-il – car l’Eternel a ajouté le chagrin à ma douleur ; je me suis fatigué dans mon gémissement, et je n’ai pas trouvé de repos » (Jr 45 : 3). Certes, il aurait préféré écrire des messages de victoire et de paix.

 

Un jour pourtant, Baruk a reçu de Dieu un message qui était pour lui. En quelque sorte, l’Eternel lui disait : « Vois-tu, Baruk, cette ville va être détruite, alors ne recherche pas de grandes choses. Contente-toi de ce que je te donne à faire et de ma promesse : tu vivras ! »

 

Sommes-nous satisfaits de ce que le Seigneur nous donne ? Avons-nous tendance à nous apitoyer sur notre sort ? Non, chassons cet état d’esprit car il laisse supposer que le Seigneur est injuste à notre égard. Jésus, alors qu’il était incompris et rejeté, savait louer le Père pour toutes ses décisions. Puissions-nous l’imiter !

 

Une preuve de l’existence du roi David sur la Pierre de Moab (ou stèle de Mésa)

Conservée au musée du Louvre cette stèle de 1,13 m de haut est écrite avec les fameux caractères alphabétiques cananéens. Elle mentionne entre autres les noms de l’Eternel (YAHVEH) et du roi David. L’inscription en est parfaitement intelligible. Elle provient de Mécha (ou Mésa), roi de Moab, mentionné dans 2 Rois 3:4-27 et confirme et complète de façon remarquable le récit biblique. Elle prouve qu’à cette époque-là (environ 850 avant J.-C., après la mort du roi Achab) l’écriture alphabétique était connue dans les pays du Jourdain. D’autre part, la forme des lettres de la Pierre de Moab montre que l’écriture alphabétique avait déjà dû être longtemps en usage. La langue de l’inscription est remarquable ; entre elle et l’hébreu les différences sont rares et petites. Cela confirme que les Moabites étaient apparentés aux Israélites au point de vue de la langue comme de la race (la Bible les présente comme descendants de Lot, le neveu d’Abraham).

 

Goliath a-t-il existé ?

Une inscription portant le nom du géant Goliath dans une antique langue cananéenne a été découverte dans le site archéologique de Tel Tsafit au mois de novembre 2005, près de Kiryat Malakhi, par un groupe d’archéologues de l’université de Bar Ilan, dirigés par le Pr. Aaron Meir.

Le site identifié comme Gat, ville peuplée de Phlistins, a été reconnu par les chercheurs comme une des cinq villes de ces ennemis jurés du peuple d’Israël du temps de la Bible et comme étant la ville d’origine de Goliath.

Ce site renferme des découvertes des dix phases de l’époque philistine de 586 à 100 avant l’ère chrétienne. Entre autres, y ont été découvertes les preuves du siège de la ville par le roi d’Aram Hazael, décrit dans le livre des Rois (2 Rois 10).

 

La céramique, où a été déchiffrée le nom Goliath a été décryptée par le Pr. Aaaron Dameski de l’université de Bar Ilan et le Dr Stefan Wimer de l’université de Munich.

 

« Il s’agit de la preuve écrite la plus antique de l’existence d’un Philistin répondant au nom de Goliath, découverte qui plus est dans sa ville d’origine », a déclaré le P. Meir. LD

 

Source Aroutz 7

Samson et Dalila ont-ils vraiment existé ?

Ascalon, une ville philistine sur la côte méditerranéenne, au nord de la bande de Gaza, fut sauvagement détruite par Nabuchodonosor, roi de Babylone, en 604 av. J.-C. L’incident est rapporté dans Jérémie 47 : 5-7 et dans les Annales babyloniennes. Récemment, des archéologues américains ont montré qu’il en fut bien ainsi, révélant aussi que la ville fut abandonnée jusqu’à la fin du IVe siècle av. J.-C.

Un chantier de fouilles à Ascalon
(photo : BiblePlaces.com)

C’est dans le niveau de cette destruction qu’un fragment de jarre fut aussitôt remarqué : il était inscrit! L’encre est parfois presque effacée, car il se trouvait proche de la surface du sol pendant une bien longue période. Ce n’est pas un faux, comme il en circule plusieurs à l’heure actuelle ; il fait bien partie du niveau de destruction!

L’ostracon et ses inscriptions

Voici ce que l’on peut lire, après une longue étude : « À Hanno de Gaza : la tête de l’hébreu Samson, qui est attaché à Dalila, j’ai mis dans les mains d’Agga, le fils d’Aquish d’Ascalon, le roi. » Quelle surprise, qui mérite quelques explications!

L’auteur de ce billet ne peut être qu’un messager qui avait l’ordre de remettre cette tête à Ascalon. Donc, mission accomplie! Ce fait peut aussi expliquer bien des gaucheries de rédaction. Ainsi il dessine une « tête » en début de ligne 2, devant « hébreu Samson »; après le nom de Dalila, à la fin de la ligne 3, il dessine une tête de femme. Surtout, après une première rédaction, il ajoute des notes explicatives à deux reprises : les lignes 1A et 5B. En 5B, qui précise qu’il s’agit du fils du roi d’Ascalon, il dessine un grand et un petit bonhomme! Vraiment, c’est là l’oeuvre d’un apprenti!

Pour sûr, nous sommes renvoyés à un incident des premiers siècles (XIIe et XIe) de l’histoire d’Israël, au temps des Juges. Un de ces chefs de tribus est Samson l’hébreu, qui donna beaucoup de fils à retordre aux Philistins, occupant toute la côte méditerranéenne (Juges 13-16). Après un mariage avorté avec une israélite, il s’éprend follement d’une philistine, la fameuse Dalila! Ses charmes lui feront révéler le secret de sa force, sa longue chevelure (Jg 16). Et on connaît la suite. Écrasé avec les Philistins sous les ruines du temps, ses parents viennent chercher son corps qu’ils enterrent dans leur village (Jg 16 :31). On ne dit pas que ce corps est décapité!

Mais le jeune David ne décapita-t-il pas Goliath, ce géant philistin, pour ensuite déposer sa tête à Jérusalem, sans doute dans un lieu saint (1 Sm 17 :46, 51, 54)? De plus, après la défaite de Saül contre les Philistins, ces derniers décapitèrent Saül et ses trois fils; après une parade des têtes à travers leur pays, ces Philistins les déposèrent dans un temple (1 Sm 31 : 2, 9-10). Nous sommes toujours aux premiers siècles de l’histoire d’Israël, et dans le même contexte culturel : Israël et la Philistie! Samson a sans doute subi le même sort.

Deux raisons nous incitent à croire à l’authenticité de cette inscription. La première est le nom propre du roi de Gaza : Hanno. Ce nom est inconnu dans la Bible, mais il figure à deux reprises comme nom du roi de cette même ville, un siècle et demi plus tôt. Le grand roi d’Assyrie, Téglat-Phalasar III (745-727 av. J.-C.), raconte dans ses Annales qu’il livra un dur combat contre un certain Hanunu, roi de Gaza, qui dût lui payer un bien lourd tribut. Nous sommes assurés que c’est la forme assyrienne du Hanno philistin de notre inscription. Il y aurait peut-être eu un dynastie de Hanno à Gaza.

La seconde raison concerne le nom du roi d’Ascalon, Agga. Ce nom est aussi inconnu dans la Bible, mais il est bien attesté dans un texte babylonien, au temps de Nabuchodonosor lui-même. À Babylone, on a trouvé la liste des rois et des princes tenus captifs dans cette grande capitale, et qui peuvent recevoir des rations de vivre. On y rencontre le nom de Joiakîn, roi de Jérusalem, et celui d’Agga, d’Ascalon! Notons que le nom de son père, Aquish, est aussi celui du roi philistin de Gat, au temps de David (1 Sm 21 :11 ; 1 Rs 2 :39). Nous sommes donc en terrain bien connu.

Nous connaissons les réserves récentes sur la valeur historique des textes de la Bible concernant l’ancien Israël, avant le VIIIe siècle av. J.-C. L’époque des juges (VIIIe et XIe siècles) est souvent qualifiée de « pure légende ». Et pourtant, si le livre des Juges est souvent considéré comme s’apparentant à des récits légendaires, Samson étant donné comme le plus bel exemple, nous avons là la preuve que le personnage lui-même est réel.

Les sept années de famine annoncées par Joseph

Dans le chapitre 41 du livre de la Genèse, le récit du songe du pharaon expliqué par Joseph, jeune esclave hébreu, montre comment Dieu a sauvé tout un peuple par son serviteur. Ce passage fait parti de ceux qui sont régulièrement considérés par les détracteurs de la Parole de Dieu comme infondés et surtout sans aucune valeur puisque non vérifiables… Or, comme bien d’autres, des découvertes archéologiques mettent au jour des informations qui viennent contredire un tel raisonnement…

A Louxor[1], l’égyptologue Brugsch-Bey[2] a mis à jour une vieille inscription sur un bloc de granit de 2,5 m de haut et de 3 m de large avec une étonnante inscription relatant une sécheresse de sept années qui fut prédite par un songe donné au pharaon et interprété par un vizir[3]. Cette stèle, appelée « Stèle de la famine » ou « Inscription de Séhel[4] », raconte[5] que le Nil a cessé pendant sept années consécutives d’inonder ses rivages causant par là une effroyable famine dans tout le pays. Le mot à mot des causes ayant provoqué la sécheresse sont les effets attribués au dieu « Khnoum » qui, selon la mythologie égyptienne, détenait en son pouvoir le débit des sources du Nil à Eléphantine[6].

 

Plusieurs éléments permettent de dater assez précisément la stèle et donc les évènements qui y sont relatés…

 

  • Le texte situe les événement sous le règne du roi Djéser qui régna sur l’Egypte aux alentours de 2 630 à 2 610 avant JC.
  • Imhotep est présenté comme grand-prêtre du temple de Rê d’Héliopolis et le « premier après le roi », ce qui en fait le second personnage de l’Etat. Vizir et architecte du roi Djéser, on le dit également médecin et philosophe. Sur le socle d’une statue du roi Djéser[7], il est présenté comme «  Le chancelier du roi de Basse-Égypte[8], le premier après le roi de Haute-Égypte, administrateur du grand palais, noble héréditaire, grand prêtre d’Héliopolis, Imhotep, le constructeur, le sculpteur. »

 

Comparons maintenant les écrits égyptiens[10] et les textes bibliques :

Texte de la Stèle de la famine

Texte biblique

L’inscription commence par la grande détresse du pharaon : « J’ai été en difficulté sur le Grand Trône… » C’est par le rêve que le roi est averti de la future famine. Le matin, Pharaon eut l’esprit agité, et il fit appeler tous les magiciens et tous les sages de l’Égypte. Il leur raconta ses songes. Mais personne ne put les expliquer à Pharaon. (Gn 41 : 8)
Le roi s’adresse à son ministre Imhotep pour connaître les causes de la sécheresse. Pharaon fit appeler Joseph. On le fit sortir en hâte de prison. Il se rasa[11], changea de vêtements, et se rendit vers Pharaon. (Gn 41 : 14)
Le pharaon est préoccupé au sujet de la famine et Imhotep, qui demande le dieu du Nil, pour qu’il puisse s’approcher de lui à propos de la sécheresse : « …Je lui ai demandé qui était le Chancelier, … Imhotep, fils de Ptah. Quel est le berceau du Nil ? Qui est le dieu là bas ? Qui est le dieu ? » Imhotep répond : « J’ai besoin de la direction de celui qui préside la xxx[12]… » Joseph répondit à Pharaon, en disant: Ce n’est pas moi! c’est Dieu qui donnera une réponse favorable à Pharaon. (Gn 41 : 16)
Imhotep réponds au Pharaon au sujet du Dieu du Nil et lui dit où il vit et lui révèle dans un rêve la promesse que le Nil allait couler fort et que le pays serait abondant pendant sept ans, mais après seraient sept années de sécheresse. Voici, il y aura sept années de grande abondance dans tout le pays d’Égypte. Sept années de famine viendront après elles; et l’on oubliera toute cette abondance au pays d’Égypte, et la famine consumera le pays. (Gn 41 : 29 et 30)
L’inscription déclare l’engagement de Djéser au dieu du Nil, Khnoum[13], selon lequel les gens devaient être taxées 1/5ème de tout, sauf pour les prêtres de la « maison du dieu », qui seraient exemptés. Joseph fit de cela une loi, qui a subsisté jusqu’à ce jour, et d’après laquelle un cinquième du revenu des terres de l’Égypte appartient à Pharaon; il n’y a que les terres des prêtres qui ne soient point à Pharaon. (Gn 41 : 26)

Ainsi, il est très simple de faire la corrélation : Le Pharaon du temps de Joseph dont parle la Bible est Djéser[14]. Par ailleurs, il existe des bas reliefs qui représentent une scène de circoncision qui est située sur la pyramide à étage, la première pyramide historique de la planète[15], située à Saqqarah[16], et édifiée sous le règne de Djéser. Or, la circoncision fut prescrite à l’arrière grand père de Joseph, Abraham (Gn 17 : 13) ; et pour que celle-ci figure sur des bas reliefs, il fallait qu’elle soit reconnue par les dignitaires égyptiens.

 

De plus, juste à côté de la pyramide des degrés sur laquelle se trouve la fresque de la circoncision, on trouve une zone de stockage de céréales, comme celles qui furent édifiées par Joseph pour recevoir le cinquième de la surproduction des sept années « grasses » précédant la famine.

 

Une étymologie de Imhotep lui donne le sens de « La voix du dieu Im », Im voulant dire « Être », « Celui qui est »… Or, c’est ainsi que Dieu se fait connaître à Moïse lors du dialogue près du buisson ardent (Ex 3 : 14), comme pour lui rappeler que celui qui parle est bien le même que celui qui a conduit et inspiré Joseph, son ancêtre. De plus, une étymologie égyptienne donne le sens de « la voix du Dieu vivant » au nouveau nom donné à Joseph par le pharaon, Tsaphnath–Paenéach (Gn 41 : 45).

 

C’est Imhotep qui généralise l’utilisation de la pierre comme matériau de construction des temples et tombeaux funéraires alors qu’ils étaient faits auparavant de briques de terre cuite. Il est aussi le premier à utiliser des colonnes dans l’architecture. Il innove architecturalement avec l’invention de la pyramide à degrés comme tombeau du roi[17].

 

Ayant tout pouvoir sur l’ensemble de l’Egypte et étant identifié à un divinateur grâce à son Dieu, il parait évident que Joseph serait marié à une lignée de prêtres : il est marié à la fille d’un prêtre Egyptien d’On, Poti-phéra, dont la fille s’appelle Asnath[18] (Gn 41 : 45). Cette position lui permet de réformer la religion égyptienne et de proposer de grandes avancées en médecine[19].

 

La culture égyptienne a gardé l’enseignement de Joseph puisque YHVH, le Dieu de Joseph était appelé Ptah par les Egyptiens. Ptah est le dieu créateur par excellence : il est considéré comme le démiurge[21] qui a existé avant toute chose et qui par sa volonté a pensé le monde. Il l’a d’abord conçu par la Pensée puis réalisé par le Verbe : « Ptah conçoit le monde par la pensée de son cœur et lui donne la vie par la magie de son Verbe »[22]. Ce que Ptah a ordonné a été créé ; en lui, les constituants de la nature, faune et flore, sont contenus. Il joue également un rôle dans la préservation de l’univers et la permanence de la fonction royale.

 

Par ailleurs, on retrouve des mentions ou des citations de Imhotep dans presque tous les temples qui jalonnent l’histoire de l’Egypte antique.  Il est même fortement supposé que les enseignements d’Imhotep ont influencé le réveil spirituel vécut par Akhénaton[23].

 

Nous constatons que l’archéologie permet une nouvelle fois de confirmer les textes de la Parole de Dieu, voire d’envisager l’impact de la culture biblique sur le monde : les fameuses pyramides d’Egypte ont été tracées et initialement construites par Joseph et les siens… Mais on comprend ces mots « jusqu’à ce que parut un autre roi, qui n‘avait pas connu Joseph » (Ex 1 : 8, Ac 7 : 18) : l’impact de Joseph (Imhotep) fut tel et les changements si profonds et radicaux, surtout pour le clergé, que le seul moyen pour le pharaon de retrouver son pouvoir « de droit divin » était de réduire voire détruire les descendants de ce Imhotep[24].

 

De même nous comprenons la perception de Moïse qui connaissait l’histoire du peuple égyptien à ces mots de Dieu : « Je suis celui qui est ». Dieu lui propose de devenir « la voix du Vivant » comme Joseph le fut pour le salut de tout un peuple !

POUR EN CONNAÎTRE PLUS :

NOTES

[1] Il s’agit de l’antique cité égyptienne de Thèbes, à ne pas confondre avec le Temple de Louxor.

[2] Heinrich Karl Brugsch (1827 –1894) fut un grand égyptologue allemand qui fut directeur de l’Ecole d’Egyptologie du Caire. Il reçut le titre de Bey (titre turc désignant à l’origine un « chef de clan ») puis de Pacha (définit un office de haut rang dans le système politique de l’Empire ottoman. Ce titre était typiquement accordé aux gouverneurs de provinces et aux généraux) par le gouvernement égyptien pour ses services aux musées de Boulaq et du Caire.

[3] Dans son livre L’Egypte sous les Pharaons, Brugsch mentionne une autre inscription qu’il appelle une « confirmation très remarquable et lumineuse » de la famine de sept années de Joseph. Dans la tombe creusée dans le roc de la famille d’un certain Baba, gouverneur de la ville de El-Kab au sud de Thèbes, fondée sous la 17ème dynastie, contemporaine de la 16ème dynastie du nord, sous laquelle Joseph gouverna, il y a une inscription dans laquelle Baba affirme avoir fait pour sa ville ce que la Bible dit que Joseph fit pour toute l’Egypte. « Je rassemblai du grain, comme un ami du dieu de la moisson, et quand une famine arriva, qui dura de nombreuses années, je distribuai le grain à la ville, chaque année que dura la famine. » Brugsch ajoute : « Etant donné que les famines sont extrêmement rares en Egypte et que Baba vécut environ à la même époque que Joseph, il ne reste qu’une seule déduction plausible : les nombreuses années de famine aux jours de Baba sont les sept années de famine sous Joseph. »

[4] Séhel est une île qui se situe sur le cours du Nil qui y a sculpté de vastes amoncellement de rochers.

[5] Cette mention des sept années de famine a été réinscrite ultérieurement dans les deux temples d’Edfou (ville de Haute-Égypte, située sur la rive ouest du Nil dans une région particulièrement riche en blé, au débouché des pistes caravanières venant du désert et des mines d’or de Nubie) et de Dendérah (petite ville d’Égypte sur la rive ouest du Nil).

[6] Figurent également sur cette stèle la topographie des chutes, la liste des divinités de la Basse Epoque (période de l’histoire de l’Égypte antique allant des environs de -750 à –30), des types de pierres et des minéraux. Le pharaon grec fait mention d’une offrande offerte aux dieux d’Eléphantine…

[7] Aujourd’hui au musée du Caire.

[8] L’Égypte se définit essentiellement par rapport au Nil. La Basse-Égypte est donc « basse » par référence au sens de l’écoulement du fleuve (du sud, plus haut, vers le nord, en aval) et donc à son altitude. Son relief est également peu accusé. C’est la partie la plus au nord de l’Égypte, depuis la Méditerranée, avec le delta du Nil, jusqu’à la région du Fayoum avec Le Caire.

[10] Le texte est remanié à l’avantage du Roi et surtout de la mythologie égyptienne.

[11] Imhotep est toujours représenté rasé.

[12] Mot inconnu.

[13] Ce dieu est présenté comme le Dieu créateur de l’Univers, celui qui forma l’homme à partir de l’argile du sol et lui insuffla le souffle de vie.

[14] Les autres noms de ce pharaon sont Zoser, Dsr, Horus-Netjerikhet, Horus-Netjerichet, Tosorthros ou Sesorthos, Nebu ou Bik-Nebou.

[15] Il s’agit de la pyramide à degrés de Djéser qui est dans l’histoire de l’architecture égyptienne le second ouvrage édifié en pierre de taille. Le complexe funéraire de Djéser est le premier de cette importance et le plus grand jamais construit à notre connaissance en Égypte.

[16] Saqqarah (ou Saqqara ou Sakkarah) est une vaste nécropole de la région de Memphis. Elle connut une occupation ininterrompue tout au long de l’histoire de l’Égypte antique.

[17] La première Pyramide a été construite par Imhotep, c’est à dire Joseph.

[18] Le nom de l’épouse de Imhotep est Ronpetnofret. Jacob était appelé Khanofer.

[19] Ce qui explique les similitudes entre les pratiques des égyptiens de l’époque et les pratiques hygiéniques du peuple d’Israël, comme la circoncision.

[21] Le démiurge, ou le créateur, est la déité responsable de la création de l’univers physique.

[22] À la 25ème dynastie, le pharaon nubien Chabaka fera transcrire sur une stèle un vieux document théologique trouvé dans les archives de la bibliothèque du temple du dieu à Memphis. Ce document connu depuis sous le nom de Théologie memphite (stèle est conservée depuis sa découverte au British Museum), fait du dieu Ptah, le dieu à l’origine de la création de l’univers par la Pensée et par le Verbe.

[23] On situe son règne de -1355 / -1353 à -1338 / -1337. Amenhotep (nom qu’il portait avant d’accéder au trône) revendique les enseignements d’Imhotep et de ses descendants sur plusieurs bas-reliefs (les bas-reliefs sont toutefois souvent abîmés voir totalement détruits par le clergé après la mort de ce roi qui voulut amener l’Egypte à l’adoration du seul dieu créateur de l’univers). On admet que Akhénaton fut assassiné par les religieux de son époque sous prétexte qu’il risquait de les faire disparaître.

[24] L’œuvre de cet homme fut telle que les pharaons ne pouvaient l’effacer de l’histoire : il fut déifié et intégré au panthéon égyptien …