Qui est Théophile ?

Quand on réalise que les renseignements pour identifier le « très excellent Théophile » (Lc 1 : 3) sont rares, la salutation et le style d’écriture de l’auteur deviennent alors des indices précieux pour déterminer le public auquel l’évangile de Luc est destiné.

 

Luc commence ses deux ouvrages en soulignant la réalité de son récit. Il a suivi ces événements, c’est- à-dire qu’il a lu attentivement ce que d’autres avaient écrit et qu’il a suivi lui-même les récits trouvés dans son Evangile quand c’était possible. Ce propos doit être pris au sérieux car la recherche moderne confirme l’exactitude de beaucoup écrits par Luc. L’évangéliste s’efforce de démontrer la fiabilité des sujets qu’il présente. Il fait un large emploi du principe traditionnel juif de l’argument et de la preuve tiré de la « règle des deux témoins » du Deutéronome (Dt 19 : 15) et du Livre des Nombres (Nb 35 : 30). Ce principe est fréquent avant le 1er siècle dans les groupes d’étude de la Torah. Parmi les preuves avancées par Luc, on trouve les paroles des prophètes, l’inspiration divine et les miracles qui jouent un rôle considérable.

 

Le passage du chapitre 4 des Actes (Ac 4 : 20 ; voir aussi Ac 26 : 10) dit que les Apôtres en tant que témoins sûrs, dignes de confiance, portent témoignage seulement sur ce qu’ils ont « vu » et « entendu ». Dans la pratique linguistique du judaïsme de l’époque de Jésus et des premiers siècles de notre ère, les termes « vu » et « entendu » ont une résonance légale précise. Ils sont employés en relation avec le témoin non seulement d’un événement, mais aussi de paroles et d’enseignements. Luc établit et structure son Evangile sur des bases juives et sur l’Ancien Testament :

  • Après le prologue, Luc débute son évangile par l’épisode du prêtre Zacharie offrant de l’encens dans le sanctuaire du Temple de Jérusalem tandis que le peuple prie dans la cour. Cette scène se rapproche de celles qui annoncent la naissance de personnages de l’Ancien Testament tels Isaac, Samson et Samuel, dans l’histoire du peuple de Dieu.
  • Les descriptions d’événements surnaturels sont associées à des figures importantes dans l’histoire juive.
  • L’apparition d’anges et leurs messages font entièrement partie de l’élaboration de la pensée juive en ce qui concerne l’idée messianique.
  • Les prévisions selon lesquelles la naissance du messie serait annoncée par les anges correspond à la pensée populaire juive du 1er siècle.
  • Le baptême de Jésus rapporté par Luc rappelle l’expérience du prophète Ézéchiel (Ez 1 : 1) : Jean baptise Jésus ; les cieux s’ouvrent et la descente spectaculaire de la colombe accompagne l’événement miraculeux. Dieu parle : Jésus est reconnu et son œuvre commence.
  • Luc dit que Jésus s’abstint de toute nourriture et de toute boisson pendant son jeûne de quarante jours. Ce récit d’un événement miraculeux est significatif pour un public juif qui sait que Dieu a nourri Moïse et Élie au cours de leur jeûne de quarante jours.
  • La tentation suit le jeûne. Seuls les Juifs pouvaient savoir que Luc fait référence au livre de l’Exode (Ex 34 : 28) et au Premier Livre des Rois (1 Rs 19 : 8), et qu’une appréciation totale des tentations devait être basée sur le Deutéronome (Dt 6 à 8).
  • Dans l’évangile de Luc l’histoire de Jésus résonne de la foi juive concernant le plan de salut de Dieu et l’arrivée promise d’un messie libérateur. Le texte s’enracine dans la riche diversité de la pensée messianique juive qui caractérise la période du Second Temple[1].

 

Plusieurs auteurs et exégètes (Gerhardsson[2], Adolf Schatter[3], Johannes Weiss[4], Bertil Gartner[5]…) concluent leurs études en affirmant que le caractère du texte et d’autres signes indiquent que l’auteur appartient à l’Eglise juive. En 1892, Johannes Weiss disait que les Evangiles doivent être étudiés en gardant à l’esprit que les idées énoncées sont exprimées dans des termes qui étaient et sont intelligibles pour tous les lecteurs. Par conséquent, nous devons conclure que les idées de Luc ont été exprimées en termes compréhensibles pour « l’excellent Théophile » qui devait certainement être un Juif de haut rang et d’une grande richesse.

 

L’Evangile de Luc et le livre des Actes sont composés dans un style et selon des techniques utilisés dans les ouvrages historiques de l’Ancien Testament et, peut-être aussi, dans des œuvres historiques juives postérieures telles que le Premier Livre des Maccabées, et qu’il fut écrit dans une forme familière au peuple hébreu. Bertil Gartner conclut que les écrits de Luc « ressemblent beaucoup aux deux premiers livres des Maccabées qui présentent certaines caractéristiques en commun avec les récits historiques grecs[6] bien qu’ils soient considérés comme part entière d’une tradition typiquement juive ». Il ajoute que les mentions historiques présentées sont marquées par la foi dans l’intervention de Dieu, les conséquences du péché, la réparation et le pardon. Mais ils sont également désireux d’enseigner et de publier à l’étranger leur foi qui repose sur la confiance en Dieu ; c’est toute la fonction essentielle de leurs discours. Leur style n’obéit pas à l’idéal rhétorique mais appartient plutôt à la tradition de l’Ancien Testament. L’enchaînement des événements, dont le premier est l’annonciation de Jean, est vu par Luc comme une série d’exemples d’actes et d’actions de la puissance divine. Ses écrits mettent en valeur la puissance de Dieu, et dans ce sens limité, Luc rejoint l’évaluation de Paul sur « la puissance de l’œuvre accomplie à la croix »[7]. Il le fait pour démontrer la véracité de l’information à Théophile qui a entendu parler de la récente intervention de Dieu dans l’histoire humaine. Le pouvoir de Dieu est manifesté par les miracles qu’Il accomplit par l’intermédiaire de ses représentants, dont il authentifie le rôle.

 

Existe-t-il, au 1er siècle de notre ère, un Juif de haut rang et très riche qui pourrait être sensible aux idées exprimées dans l’Évangile ? Quelques spécialistes font remarquer que Théophile signifie « ami de Dieu » et qu’en employant ce terme, Luc s’adresse à un personnage imaginaire qui représente le type de personne à qui s’adresse son évangile. Cependant, il est improbable qu’un auteur ancien tel que Luc ait accompagné sa salutation d’un « très excellent » s’il s’agissait d’une personne fictive. C’est la mention d’une telle salutation qui amène la plupart des spécialistes à conclure que Théophile est bien un personnage réel, occupant une certaine position et possédant des biens dans le monde romain.

Puisque les propositions pour la rédaction de l’évangile de Luc vont de 40 au plus tôt à 140 après J.-C. au plus tard, n’importe où dans le monde romain de cette époque, notre recherche de Théophile se limitera à cette période et à cette zone géographique. Existait-il alors dans cet empire, une personne d’un certain rang et/ou d’une certaine richesse portant ce nom et pour laquelle la salutation de « très excellent » aurait été appropriée ?

Grâce à une liste de 2 040 noms masculins juifs du 1er siècle utilisés depuis la période du Second Temple jusqu’à l’époque de la Mishna[8], dressée à partir de diverses sources (les écrits de l’historien juif Flavius Josèphe, le Nouveau Testament, la littérature rabbinique ainsi que les papyri et les inscriptions diverses retrouvées), nous savons  que le nom de Théophile apparaît trois fois, ce qui en fait un prénom très rare[9]. Tous les exemples que nous rapportons dans cette étude font référence à la même personne.

Selon Flavius Josèphe, un homme du nom de Théophile a servi comme Grand Prêtre de 37 à 41 après J.-C. Ce Théophile appartenait à la plus importante et la plus riche famille juive. En plus de cette mention dans les écrits de Josèphe, un autre exemple établit de manière décisive l’existence historique de Théophile le Grand Prêtre. Lors de fouilles archéologiques à Hizma[10], il a été retrouvé un ossuaire en calcaire[11] qui identifie les ossements qui s’y trouvent avec ceux de Yehohanah, petite-fille du Grand Prêtre Théophile. L’inscription sur trois lignes se lit ainsi :

Yehohanah

Yehohanah fille de Yehohanan

fils de Théophile le Grand Prêtre

Théophile n’est pas un nom commun, et lorsqu’il est associé à celui de Yohanah, l’identification se confirme et explique pourquoi Luc est le seul évangéliste à citer Yohanah dans ses écrits. Yohanah a certainement été l’un des témoins oculaires qui renseigna Luc.

 

La parabole de l’homme riche et de Lazare (Lc 16 : 19 à 31), typiquement juive et correspond la structure hébraïque du récit de Luc, n’est rapporté que par Luc car celui-ci connaissait bien le destinataire de l’Evangile.

 

  • L’homme riche fait appel à Abraham, en croyant peut-être, à tort, que son héritage le sauvera ; mais Jean le Baptiste avait déjà prévenu contre ce faux espoir (Lc 3 : 8). Luc perçoit Abraham comme le père et les Juifs ses enfants (Lc 1 : 73 ; 13 : 16 ; 19 ; 9), comme c’est le cas de tout juif, en référence à la promesse de Dieu à Abraham (Gn 17 : 4 et 5 et Ac 7 : 17). L’espoir en la résurrection était répandu dans le Judaïsme.
  • La rétribution divine après la vie est un concept juif fondamental. Les discussions des Juifs sur la vie après la vie impliquaient la possibilité pour le défunt de voir et de converser avec les autres.
  • Les vêtements de l’homme riche décrits par Luc (Lc 16 : 19) correspondent à ceux du Grand Prêtre.

 

Bien que Lazare ait été un nom très courant en Palestine, sa signification échappe au public païen… Lazare est la forme abrégée d’Éléazare qui, en hébreu, signifie « Dieu aide ». C’est certainement une juxtaposition de ce sens et de l’action demandée par l’homme riche qui donne à ce texte un sens particulier pour un juif hébraïsant lorsqu’il dit à Abraham : « Je te prie alors, Père, d’envoyer Lazare dans la maison de mon père, car j’ai cinq frères. Qu’il les avertisse pour qu’ils ne viennent pas eux aussi dans ce lieu de tourment » (Lc 16 : 27 et 28). Cette phrase fait aussi référence à la maison de Anne, le Grand Prêtre.

 

Nous connaissons l’existence du Grand Prêtre Anne par les Evangiles (Lc 3 : 2, Jn 18 : 13 et 24), le livre des Actes (Ac 4 : 6) et Flavius Josèphe[12]. Ce dernier nous apprend que le Grand Prêtre Anne est en vie et encore très respecté à la veille de la révolte contre Rome[13], mais aussi que « cet Anne l’Ancien est le plus béni des hommes car il a cinq fils », qui ont tous exercé les fonctions de Grand Prêtre, ainsi que leur beau-frère, Caïphe (Mt 26 : 3, Ac 4 : 6).

 

Mais « très excellent Théophile » comprend-il que cette parabole de l’homme riche et de Lazare s’adresse directement à lui ? Certainement car il avait un frère nommé Éléazare qui servit, lui aussi, comme Grand Prêtre ! Nous comprenons pourquoi Luc relate ce récit qu’il juge essentiel alors que les autres Evangiles ne le font pas !

 

Les commentateurs avouent ne pas connaître le destinataire de l’Evangile de Luc et les Actes des Apôtres. Certains ont avancé que Théophile était une personne de haut rang dans le groupe à qui Luc s’adressait. Nombreux sont ceux qui ont conclu que Théophile était un officier romain mais nombreux sont ceux aussi qui ont souligné que Théophile était un nom grec.
Cette supposition est correcte mais elle n’empêche pas que le porteur de ce nom soit le Grand Prêtre qui, désigné par le procurateur, soit, de fait, un officier romain qui s’avérait être un Juif palestinien et à qui Luc s’adresse correctement en l’appelant « très excellent Théophile ».

 

À l’époque du Second Temple, le Grand Prêtre n’est pas seulement le chef religieux d’Israël et du Temple, il est aussi à la tête de la théocratie et le représentant officiel de la nation auprès des dirigeants perses et, plus tard, des romains. Il se distingue des prêtres ordinaires de plusieurs manières. Son service au Temple se singularise par l’autorisation qu’il a reçue d’offrir un sacrifice expiatoire sur l’autel intérieur et d’entrer dans le Saint des saints. Les offrandes sont faites pour racheter les péchés personnels, pour ceux jugés par le sanhédrin et pour les fautes de la communauté. Son service le plus solennel se fait le jour des propitiations. Lorsqu’il est rempli correctement, le service permet de racheter les péchés de toute la nation juive.

Le Grand Prêtre est nommé à vie, et même lorsque les Romains commencèrent à le désigner, l’ancien Grand Prêtre conservait certaines prérogatives. La mort du Grand Prêtre en exercice ou de l’ancien Grand Prêtre a une signification rédemptrice. Les personnes poursuivies pour homicide involontaire et qui ont trouvé refuge dans une autre ville sont autorisées à revenir chez elles après la mort du Grand Prêtre sans crainte d’être arrêtées. Même après sa destitution, le Grand Prêtre conserve son titre et son autorité ; c’est la raison pour laquelle, même un ancien Grand Prêtre peut être qualifié de « très excellent » lorsqu’on s’adresse à lui. En outre, beaucoup de spécialistes reconnaissent aujourd’hui que le grec était largement utilisé au 1er siècle en Palestine aussi bien par les chrétiens que par les autres juifs. Jean rappelle que l’inscription au-dessus de la croix était rédigé en grec, en latin et en hébreu (Jn 19 : 20). Or les inscriptions funéraires sont probablement le meilleur indicateur de la langue parlée par le petit peuple, et, à ce titre, il est intéressant de noter que leur grande majorité a été rédigée en grec. Jésus a grandi à Nazareth près de la cité grecque de Sépphoris et à proximité d’autres villes grecques. Le grec était couramment parlé à l’instar de l’araméen. Après sa mort et sa résurrection, les disciples ont prêché et rédigé leurs évangiles en grec. Dès lors, il n’est pas surprenant que beaucoup de Grands Prêtres de cette époque aient porté des noms grecs.

 

Si donc Théophile est le Grand Prêtre, pourquoi Luc lui dédie-t-il son évangile et ses Actes ? L’évangéliste a écrit une œuvre irénique[14], [15] qu’il adresse au Grand Prêtre pour lui annoncer et lui expliquer que de nombreuses prophéties se sont accomplies[16]. Il explique la signification des paroles et des actions de Jésus dans le contexte prophétique de l’Ancien Testament, dont les arguments ne peuvent émouvoir qu’un public qui croyait déjà et respectait le texte qu’il considérait comme sacré. Seul un juif pouvait écouter et comprendre un récit basé sur l’accomplissement des promesses faites à David à travers Jésus le Messie.

L’attente juive de l’arrivée d’un roi davidique est particulièrement forte chez les Juifs du premier siècle. Le statut royal de Jésus comme descendant de David n’aurait en rien impressionné un gentil, mais le Grand Prêtre, lui, aurait prit en compte un tel argument. Il y a un miracle accompli par Jésus qui a été très impressionnant et dont le Grand Prêtre en a eu connaissance. Lorsque les gardes du Temple viennent arrêter Jésus, Pierre sort une épée et coupe l’oreille du serviteur du Grand Prêtre. Jésus, dans l’évangile de Luc, guérit ce serviteur en lui touchant l’oreille (Lc 22 : 51). Tous les évangiles rapportent l’arrestation de Jésus, mais seul celui de Luc mentionne le miracle de l’oreille.

Une nouvelle aussi incroyable ne peut être faite au Grand Prêtre à moins d’être vraie. Cette guérison miraculeuse de l’oreille a joué le même rôle que la résurrection de Lazare dans l’évangile de Jean. C’était la manifestation de la puissance de Dieu en tant que prélude à sa résurrection. Paul, à l’instar de Luc et de Jean, considérait la résurrection comme le signe le plus éclatant de la puissance divine.

Cette action divine est constamment mise en avant par Luc ; il souligne davantage que Matthieu et Marc le plan de Dieu et son action dans l’histoire. Il développe ce thème avec prudence étant donné les croyances du Grand Prêtre et le statut marginal de l’immortalité et de la résurrection[17] dans les croyances du judaïsme au Ier siècle[18].

 

Le style d’écriture relève de la tradition de l’Ancien Testament. Les idées exprimées par Luc auraient été compréhensibles au très excellent Théophile, le Grand Prêtre. En réalité, la signification d’un certain nombre de passages ne pouvait être comprise que par ce dernier. Les deux mentions brèves de Yohana dans l’évangile de Luc (Lc 8 : 3 et 24 : 10) peuvent être reconnues maintenant comme ayant joué un rôle plus important qu’on ne le croyait jusqu’ici. Luc a utilement cité Yohana, la petite-fille de Théophile le Grand Prêtre, comme l’un des témoins. Dans sa présentation, il a observé le principe traditionnel juif de l’argument et de la preuve supporté par de nombreuses citations de l’Écriture pour démontrer que la puissance de Dieu a rendu possible tout ce que Théophile a vu et entendu.

 

Le plus extraordinaire dans le texte de Luc, marque de la perfection de l’inspiration divine, c’est qu’il peut être lu par un païen, un juif d’origine grecque, un juif imprégné de la culture biblique ou le Grand Prêtre Théophile. Il sera toujours compris et transmet à tous le message de la puissance de Dieu révélé dans l’œuvre de Jésus-Christ. Comme l’a écrit Johannes Weiss[19], la marque de l’inspiration divine se voit dans « l’intelligibilité universelle » du texte.

 

NOTES

[1] Le Second Temple était le Temple de Jérusalem, reconstruit en 515 avant JC, après la captivité de Babylone, comme rapporté dans le livre de Néhémie, et détruit en 70 après JC par les Romains, au terme d’une révolte ayant duré quatre ans.

[2] Exégète luthérien et professeur à la faculté de théologie de Lund, en Suède. Il a écrit de nombreux ouvrages sur les origines et la transmission des Evangiles via la structure rythmique et mnémotechnique de la transmission des écrits de l’Ancien Testament.

[3] Adolf Schlatter (1852 -1938) était un théologien allemand, professeur protestant qui enseigna le Nouveau Testament et la systématique dans plusieurs universités.

[4] Théologien protestant allemand et auteur de plusieurs ouvrages sur les Evangiles et la confiance que l’on peut donner aux textes.

[5] Exégète et auteur de plusieurs ouvrages de référence concernant les Evangiles et leur historicité.

[6] Ecrits biographiques ou relatant des faits qui ne dépendent pas de l’auteur et dans lequel l’auteur ne s’engage pas.

[7] L’intérêt de Luc pour la puissance de Dieu est illustré par le fait qu’il utilise le mot   dunamis (traduit par puissance, miracle, capacité, force, pouvoir…) 15 fois dans son évangile, 10 fois dans les Actes ; le verbe dunamai (être capable, avoir le pouvoir de…) 26 fois dans son évangile, 21 fois dans les Actes ; l’adjectif dunatos (capable, puissant, fort… Il est aussi utilisé pour « Tout-Puissant » dans le Dieu Tout-Puissant en Lc 1 : 49 par exemple) 4 fois dans son évangile et 6 fois dans les Actes. Il s’agit d’une réaffirmation forte du monothéisme juif traditionnel.

[8] La Mishna est un ensemble de textes correspondant à une compilation de la tradition orale juive. On la trouve dans le talmud où elle est associée à la guemara (commentaires). Elle comporte six grands thèmes : – agriculture / – fêtes / – relations conjugales / – droit civil / – sacrifice / – lois de pureté. Les premiers textes datent de 330 avant à 200 après J.-C : elle est la première et la plus importante des sources rabbiniques obtenues par compilation écrite des lois orales juives, projet défendu par les pharisiens, et considéré comme le premier ouvrage de littérature rabbinique.

[9] Yehohanah est la variante araméenne du nom Yohanah, notre « Jeanne » (Lc 8 : 3 et 24 : 10). Le nombre total de toutes les femmes juives de Palestine dont on connaît le nom, depuis la période du Second Temple jusqu’à celle de la Mishna, se chiffre à 247. Ici aussi, ce nombre a été fixé grâce à l’étude des différentes sources de cette époque dont Flavius Josèphe, le Nouveau Testament, la littérature rabbinique, les inscriptions et les papyri. Les huit occurrences de Yohanah identifiées dans cette étude, dont l’exemple donné par Barag et Flusser et ceux trouvés chez Luc représentent 3,24 % du total. Yohanah est le cinquième nom le plus commun présent dans cette étude. Les trois occurrences de Théophile identifiées dans l’étude des noms masculins juifs, en excluant celle donnée par Barag et Flusser et celles de Luc (Lc 1 : 3) et des Actes (Ac 1 : 1) représentent 0,01 % du total des noms réunis grâce aux mêmes sources utilisées pour l’étude des noms de femmes. Cette remarque a aussi était faite dans « A Lexicon of Jewish Names: part I: Palestine 330 avant JC à 200 après JC » de Ilan et  » Notes on the Distribution of Jewish Women’s Names in Palestine in the Second Temple and Mishnaic Periods » dans Journal of Jewish Studies n°40 de 1989.

[10] Hizma ou Bet ‘Azmaweth est à 7,25 km environ au nord/nord-est de Jérusalem.

[11] Les ossuaires étaient des récipients destinés aux enterrements secondaires juifs et furent en usage de 100 avant à 100 après J.C. Ils étaient réalisés en creusant un simple bloc de calcaire doux que l’on trouve dans les environs de Jérusalem.

[12] C’est à Anne seul que Luc reconnaît la qualité de grand prêtre ; Caïphe était nommé à la suite, sans indication de son rôle. La même particularité se retrouve en Ac 4 : 6. Or selon Flavius Josèphe, en la quinzième année du principat de Tibère, le grand-prêtre reconnu par Rome était Caïphe. En effet Anne qui avait été institué grand-prêtre en l’an 6 à l’arrivée de Quirinius, exerça le pontificat jusqu’en 15 de notre ère, puis ses fils assurèrent la continuité pendant les deux décennies suivantes, sans compter les intermèdes dont celui de Caïphe de18 à 36. Dans ces conditions, pourquoi Luc dit-il qu’à la fin des années 20, Anne portait toujours le titre, et il exerçait l’autorité au sein du Sanhédrin ? (Ac 4 : 6 ; 5 : 21 et 27).  Il est inconcevable qu’il ait commis une erreur grossière en s’adressant à Théophile ! En fait, si le pouvoir romain nommait et destituait le grand-prêtre, dans la hiérarchie sacerdotale, on reconnaissait une moindre autorité à celui qui n’avait été investi qu’officiellement de cette charge ; le vrai grand-prêtre était celui qui avait été consacré par l’onction sainte et éternelle : « Le grand-prêtre oint de l’huile d’onction précède [dans la hiérarchie] le grand prêtre distingué (des autres prêtres)  seulement par l’investiture. Entre le pontife oint par l’huile d’onction et celui qui l’est par un titre, la différence consiste en ce que le premier seul est tenu d’offrir en expiation un taureau pour la communauté. Entre le pontife en exercice et celui qui l’a remplacé provisoirement, la distinction consiste  en ce que le premier offre le taureau du grand pardon et la dîme d’épha (Talmud traité Meg. I-10). (le second étant suppléant dans le cas où le premier ne pourrait tenir son rôle pour une raison ou une autre, un décès dans sa famille par exemple)

[13] Qui s’est achevée par la prise de Jérusalem et la destruction du Temple par l’armée de Titus en 70.

[14] Qui a pour but d’établir la paix.

[15] “The Book of Acts in the Setting of Hellenistic History” de Hemer, et “The Lord of the Banquet” de Baur F. C. et Moessner.

[16] L’accomplissement des prophéties était d’un intérêt majeur pour Luc qui souligne sans cesse que « cette théologie de la « preuve-par-la-prophétie » est un concept théologique central, ce que l’on trouve dans ses deux ouvrages.

[17] La première référence explicite à la résurrection contenue dans la Bible hébraïque est Daniel 12 : 1 à 3, or la date de rédaction du livre de Daniel est tardive dans l’histoire du peuple juif.

[18] On peut se demander si Luc, par ses nombreuses références aux anges, en s’adressant à Théophile le Grand Prêtre, un sadducéen qui croyait aux anges, ne lui pose pas implicitement la question : « si vous croyez aux anges, pourquoi ne croyez vous pas en la résurrection ? Et donc dans l’œuvre de Jésus-Christ, ressuscité ? ».

[19] A savoir que les Evangiles doivent être étudiés en gardant à l’esprit que les idées énoncées sont exprimées dans des termes qui étaient et sont intelligibles pour le lecteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s