Les sept années de famine annoncées par Joseph

Dans le chapitre 41 du livre de la Genèse, le récit du songe du pharaon expliqué par Joseph, jeune esclave hébreu, montre comment Dieu a sauvé tout un peuple par son serviteur. Ce passage fait parti de ceux qui sont régulièrement considérés par les détracteurs de la Parole de Dieu comme infondés et surtout sans aucune valeur puisque non vérifiables… Or, comme bien d’autres, des découvertes archéologiques mettent au jour des informations qui viennent contredire un tel raisonnement…

A Louxor[1], l’égyptologue Brugsch-Bey[2] a mis à jour une vieille inscription sur un bloc de granit de 2,5 m de haut et de 3 m de large avec une étonnante inscription relatant une sécheresse de sept années qui fut prédite par un songe donné au pharaon et interprété par un vizir[3]. Cette stèle, appelée « Stèle de la famine » ou « Inscription de Séhel[4] », raconte[5] que le Nil a cessé pendant sept années consécutives d’inonder ses rivages causant par là une effroyable famine dans tout le pays. Le mot à mot des causes ayant provoqué la sécheresse sont les effets attribués au dieu « Khnoum » qui, selon la mythologie égyptienne, détenait en son pouvoir le débit des sources du Nil à Eléphantine[6].

 

Plusieurs éléments permettent de dater assez précisément la stèle et donc les évènements qui y sont relatés…

 

  • Le texte situe les événement sous le règne du roi Djéser qui régna sur l’Egypte aux alentours de 2 630 à 2 610 avant JC.
  • Imhotep est présenté comme grand-prêtre du temple de Rê d’Héliopolis et le « premier après le roi », ce qui en fait le second personnage de l’Etat. Vizir et architecte du roi Djéser, on le dit également médecin et philosophe. Sur le socle d’une statue du roi Djéser[7], il est présenté comme «  Le chancelier du roi de Basse-Égypte[8], le premier après le roi de Haute-Égypte, administrateur du grand palais, noble héréditaire, grand prêtre d’Héliopolis, Imhotep, le constructeur, le sculpteur. »

 

Comparons maintenant les écrits égyptiens[10] et les textes bibliques :

Texte de la Stèle de la famine

Texte biblique

L’inscription commence par la grande détresse du pharaon : « J’ai été en difficulté sur le Grand Trône… » C’est par le rêve que le roi est averti de la future famine. Le matin, Pharaon eut l’esprit agité, et il fit appeler tous les magiciens et tous les sages de l’Égypte. Il leur raconta ses songes. Mais personne ne put les expliquer à Pharaon. (Gn 41 : 8)
Le roi s’adresse à son ministre Imhotep pour connaître les causes de la sécheresse. Pharaon fit appeler Joseph. On le fit sortir en hâte de prison. Il se rasa[11], changea de vêtements, et se rendit vers Pharaon. (Gn 41 : 14)
Le pharaon est préoccupé au sujet de la famine et Imhotep, qui demande le dieu du Nil, pour qu’il puisse s’approcher de lui à propos de la sécheresse : « …Je lui ai demandé qui était le Chancelier, … Imhotep, fils de Ptah. Quel est le berceau du Nil ? Qui est le dieu là bas ? Qui est le dieu ? » Imhotep répond : « J’ai besoin de la direction de celui qui préside la xxx[12]… » Joseph répondit à Pharaon, en disant: Ce n’est pas moi! c’est Dieu qui donnera une réponse favorable à Pharaon. (Gn 41 : 16)
Imhotep réponds au Pharaon au sujet du Dieu du Nil et lui dit où il vit et lui révèle dans un rêve la promesse que le Nil allait couler fort et que le pays serait abondant pendant sept ans, mais après seraient sept années de sécheresse. Voici, il y aura sept années de grande abondance dans tout le pays d’Égypte. Sept années de famine viendront après elles; et l’on oubliera toute cette abondance au pays d’Égypte, et la famine consumera le pays. (Gn 41 : 29 et 30)
L’inscription déclare l’engagement de Djéser au dieu du Nil, Khnoum[13], selon lequel les gens devaient être taxées 1/5ème de tout, sauf pour les prêtres de la « maison du dieu », qui seraient exemptés. Joseph fit de cela une loi, qui a subsisté jusqu’à ce jour, et d’après laquelle un cinquième du revenu des terres de l’Égypte appartient à Pharaon; il n’y a que les terres des prêtres qui ne soient point à Pharaon. (Gn 41 : 26)

Ainsi, il est très simple de faire la corrélation : Le Pharaon du temps de Joseph dont parle la Bible est Djéser[14]. Par ailleurs, il existe des bas reliefs qui représentent une scène de circoncision qui est située sur la pyramide à étage, la première pyramide historique de la planète[15], située à Saqqarah[16], et édifiée sous le règne de Djéser. Or, la circoncision fut prescrite à l’arrière grand père de Joseph, Abraham (Gn 17 : 13) ; et pour que celle-ci figure sur des bas reliefs, il fallait qu’elle soit reconnue par les dignitaires égyptiens.

 

De plus, juste à côté de la pyramide des degrés sur laquelle se trouve la fresque de la circoncision, on trouve une zone de stockage de céréales, comme celles qui furent édifiées par Joseph pour recevoir le cinquième de la surproduction des sept années « grasses » précédant la famine.

 

Une étymologie de Imhotep lui donne le sens de « La voix du dieu Im », Im voulant dire « Être », « Celui qui est »… Or, c’est ainsi que Dieu se fait connaître à Moïse lors du dialogue près du buisson ardent (Ex 3 : 14), comme pour lui rappeler que celui qui parle est bien le même que celui qui a conduit et inspiré Joseph, son ancêtre. De plus, une étymologie égyptienne donne le sens de « la voix du Dieu vivant » au nouveau nom donné à Joseph par le pharaon, Tsaphnath–Paenéach (Gn 41 : 45).

 

C’est Imhotep qui généralise l’utilisation de la pierre comme matériau de construction des temples et tombeaux funéraires alors qu’ils étaient faits auparavant de briques de terre cuite. Il est aussi le premier à utiliser des colonnes dans l’architecture. Il innove architecturalement avec l’invention de la pyramide à degrés comme tombeau du roi[17].

 

Ayant tout pouvoir sur l’ensemble de l’Egypte et étant identifié à un divinateur grâce à son Dieu, il parait évident que Joseph serait marié à une lignée de prêtres : il est marié à la fille d’un prêtre Egyptien d’On, Poti-phéra, dont la fille s’appelle Asnath[18] (Gn 41 : 45). Cette position lui permet de réformer la religion égyptienne et de proposer de grandes avancées en médecine[19].

 

La culture égyptienne a gardé l’enseignement de Joseph puisque YHVH, le Dieu de Joseph était appelé Ptah par les Egyptiens. Ptah est le dieu créateur par excellence : il est considéré comme le démiurge[21] qui a existé avant toute chose et qui par sa volonté a pensé le monde. Il l’a d’abord conçu par la Pensée puis réalisé par le Verbe : « Ptah conçoit le monde par la pensée de son cœur et lui donne la vie par la magie de son Verbe »[22]. Ce que Ptah a ordonné a été créé ; en lui, les constituants de la nature, faune et flore, sont contenus. Il joue également un rôle dans la préservation de l’univers et la permanence de la fonction royale.

 

Par ailleurs, on retrouve des mentions ou des citations de Imhotep dans presque tous les temples qui jalonnent l’histoire de l’Egypte antique.  Il est même fortement supposé que les enseignements d’Imhotep ont influencé le réveil spirituel vécut par Akhénaton[23].

 

Nous constatons que l’archéologie permet une nouvelle fois de confirmer les textes de la Parole de Dieu, voire d’envisager l’impact de la culture biblique sur le monde : les fameuses pyramides d’Egypte ont été tracées et initialement construites par Joseph et les siens… Mais on comprend ces mots « jusqu’à ce que parut un autre roi, qui n‘avait pas connu Joseph » (Ex 1 : 8, Ac 7 : 18) : l’impact de Joseph (Imhotep) fut tel et les changements si profonds et radicaux, surtout pour le clergé, que le seul moyen pour le pharaon de retrouver son pouvoir « de droit divin » était de réduire voire détruire les descendants de ce Imhotep[24].

 

De même nous comprenons la perception de Moïse qui connaissait l’histoire du peuple égyptien à ces mots de Dieu : « Je suis celui qui est ». Dieu lui propose de devenir « la voix du Vivant » comme Joseph le fut pour le salut de tout un peuple !

POUR EN CONNAÎTRE PLUS :

NOTES

[1] Il s’agit de l’antique cité égyptienne de Thèbes, à ne pas confondre avec le Temple de Louxor.

[2] Heinrich Karl Brugsch (1827 –1894) fut un grand égyptologue allemand qui fut directeur de l’Ecole d’Egyptologie du Caire. Il reçut le titre de Bey (titre turc désignant à l’origine un « chef de clan ») puis de Pacha (définit un office de haut rang dans le système politique de l’Empire ottoman. Ce titre était typiquement accordé aux gouverneurs de provinces et aux généraux) par le gouvernement égyptien pour ses services aux musées de Boulaq et du Caire.

[3] Dans son livre L’Egypte sous les Pharaons, Brugsch mentionne une autre inscription qu’il appelle une « confirmation très remarquable et lumineuse » de la famine de sept années de Joseph. Dans la tombe creusée dans le roc de la famille d’un certain Baba, gouverneur de la ville de El-Kab au sud de Thèbes, fondée sous la 17ème dynastie, contemporaine de la 16ème dynastie du nord, sous laquelle Joseph gouverna, il y a une inscription dans laquelle Baba affirme avoir fait pour sa ville ce que la Bible dit que Joseph fit pour toute l’Egypte. « Je rassemblai du grain, comme un ami du dieu de la moisson, et quand une famine arriva, qui dura de nombreuses années, je distribuai le grain à la ville, chaque année que dura la famine. » Brugsch ajoute : « Etant donné que les famines sont extrêmement rares en Egypte et que Baba vécut environ à la même époque que Joseph, il ne reste qu’une seule déduction plausible : les nombreuses années de famine aux jours de Baba sont les sept années de famine sous Joseph. »

[4] Séhel est une île qui se situe sur le cours du Nil qui y a sculpté de vastes amoncellement de rochers.

[5] Cette mention des sept années de famine a été réinscrite ultérieurement dans les deux temples d’Edfou (ville de Haute-Égypte, située sur la rive ouest du Nil dans une région particulièrement riche en blé, au débouché des pistes caravanières venant du désert et des mines d’or de Nubie) et de Dendérah (petite ville d’Égypte sur la rive ouest du Nil).

[6] Figurent également sur cette stèle la topographie des chutes, la liste des divinités de la Basse Epoque (période de l’histoire de l’Égypte antique allant des environs de -750 à –30), des types de pierres et des minéraux. Le pharaon grec fait mention d’une offrande offerte aux dieux d’Eléphantine…

[7] Aujourd’hui au musée du Caire.

[8] L’Égypte se définit essentiellement par rapport au Nil. La Basse-Égypte est donc « basse » par référence au sens de l’écoulement du fleuve (du sud, plus haut, vers le nord, en aval) et donc à son altitude. Son relief est également peu accusé. C’est la partie la plus au nord de l’Égypte, depuis la Méditerranée, avec le delta du Nil, jusqu’à la région du Fayoum avec Le Caire.

[10] Le texte est remanié à l’avantage du Roi et surtout de la mythologie égyptienne.

[11] Imhotep est toujours représenté rasé.

[12] Mot inconnu.

[13] Ce dieu est présenté comme le Dieu créateur de l’Univers, celui qui forma l’homme à partir de l’argile du sol et lui insuffla le souffle de vie.

[14] Les autres noms de ce pharaon sont Zoser, Dsr, Horus-Netjerikhet, Horus-Netjerichet, Tosorthros ou Sesorthos, Nebu ou Bik-Nebou.

[15] Il s’agit de la pyramide à degrés de Djéser qui est dans l’histoire de l’architecture égyptienne le second ouvrage édifié en pierre de taille. Le complexe funéraire de Djéser est le premier de cette importance et le plus grand jamais construit à notre connaissance en Égypte.

[16] Saqqarah (ou Saqqara ou Sakkarah) est une vaste nécropole de la région de Memphis. Elle connut une occupation ininterrompue tout au long de l’histoire de l’Égypte antique.

[17] La première Pyramide a été construite par Imhotep, c’est à dire Joseph.

[18] Le nom de l’épouse de Imhotep est Ronpetnofret. Jacob était appelé Khanofer.

[19] Ce qui explique les similitudes entre les pratiques des égyptiens de l’époque et les pratiques hygiéniques du peuple d’Israël, comme la circoncision.

[21] Le démiurge, ou le créateur, est la déité responsable de la création de l’univers physique.

[22] À la 25ème dynastie, le pharaon nubien Chabaka fera transcrire sur une stèle un vieux document théologique trouvé dans les archives de la bibliothèque du temple du dieu à Memphis. Ce document connu depuis sous le nom de Théologie memphite (stèle est conservée depuis sa découverte au British Museum), fait du dieu Ptah, le dieu à l’origine de la création de l’univers par la Pensée et par le Verbe.

[23] On situe son règne de -1355 / -1353 à -1338 / -1337. Amenhotep (nom qu’il portait avant d’accéder au trône) revendique les enseignements d’Imhotep et de ses descendants sur plusieurs bas-reliefs (les bas-reliefs sont toutefois souvent abîmés voir totalement détruits par le clergé après la mort de ce roi qui voulut amener l’Egypte à l’adoration du seul dieu créateur de l’univers). On admet que Akhénaton fut assassiné par les religieux de son époque sous prétexte qu’il risquait de les faire disparaître.

[24] L’œuvre de cet homme fut telle que les pharaons ne pouvaient l’effacer de l’histoire : il fut déifié et intégré au panthéon égyptien …

 

Les Hittites, présents dans la Bible mais absents de l’Histoire séculière…

Pour les savants du siècle dernier, les Hittites n’apparaissaient que comme l’une des nombreuses petites tribus, plus particulièrement nomades, qui avaient peuplé l’Orient ancien, sans avoir laissé la moindre trace de leur existence. Ce qu’on en savait venait de la Bible, uniquement.

En effet, l’Ancien Testament en fait souvent mention, sous l’appellation plus fréquente de Hétiens, terme employé dans la plupart des traductions (Chouraqui : Hiti; Crampon : Hittites). Héthiens vient de Heth, qui apparaît comme le patriarche de cette tribu, ou ethnie. Heth est présenté comme étant arrière petit-fils de Noé (Genèse 10 : 1, 6, 15). Cela n’est donc pas récent.

Le mot Heth est mentionné 14 fois dans la Bible, et Héthien (singulier ou pluriel), 47 fois. Les gens d’Israël eurent fréquemment des rapports avec des Héthiens. Ces Héthiens constituaient une des dix tribus qui occupaient ce vaste territoire compris entre le Nil et l’Euphrate et dont Dieu promit la possession à Abraham et sa postérité (Genèse 15 : 18 à 21). Abraham acheta à Ephron le Héthien la caverne de Macpéla, pour y déposer la sépulture de Sara (Genèse 23 : 10 à 20). Esaü épousa deux Hétiennes (idem 26 : 34). David eut des contacts avec un certain Achimélec, Héthien (1 Samuel 26 : 6). Plus tard, des Israélites vécurent parmi des Héthiens et eurent avec eux des échanges matrimoniaux (Juges 3 : 5, 6). David épousa Bath-Schéba, veuve d’Urie, le Héthien (2 Samuel 11 : 2 à 27). Salomon avait des Héthiennes dans son harem (1 Rois 11 : 1), etc…

Au siècle dernier, l’archéologie, parmi d’autres sciences, était en plein essor, et les fouilles foisonnaient sur tous les sites du Moyen Orient, y compris l’Egypte, partout où des civilisations antiques étaient fortement soupçonnées d’y avoir laissé des vestiges.

Pour les érudits de l’époque, qui, comme je le disais au début, ne considéraient les Hittites (ou Héthiens) comme rien de plus qu’une des nombreuses tribus nomades de ces contrées, il ne fallait pas s’attendre à trouver, par l’archéologie, des vestiges témoignant de l’existence et de l’identité de cette peuplade, comme en laissent derrière elles les civilisations aux moeurs sédentaires.

Plusieurs textes bibliques laissaient quand même perplexes plusieurs de ces savants.

– Peu avant d’entrer dans la terre promise, Josué reçoit de Dieu les instructions pour l’installation des enfants d’Israël : Vous aurez pour territoire depuis le désert et le Liban jusqu’au grand fleuve, le fleuve d’Euphrate, tout le pays des Héthiens, et jusqu’à la grande mer vers le soleil couchant (Josué 1 : 3).
– Le roi Salomon faisait venir d’Egypte ses chevaux; une caravane de marchands du roi allait les chercher par troupes à un prix fixe… Ils en amenaient de même avec eux pour tous les rois des Héthiens et pour les rois de Syrie (1 Rois 10 : 28, 29).

Samarie, capitale du royaume d’Israël, est assiégée par une puissante armée syrienne. Mais Dieu intervient en semant la panique dans le camp syrien qui est abandonné par les soldats. Comment ?.. Le Seigneur avait fait entendre dans le camp des Syriens un bruit de chars et de chevaux, le bruit d’une grande armée, et ils s’étaient dit l’un à l’autre : Voici, le roi d’Israël a pris à sa solde contre nous les rois des Héthiens et les rois des Egyptiens pour venir nous attaquer (2 Rois 7 : 6).

Ces textes laissaient fortement supposer que les Héthiens avaient constitué un peuple puissant, au territoire étendu, doté d’une armée suffisamment redoutable pour être mis, par les Syriens, sur un pied d’égalité avec les puissants Egyptiens. Ne passait pas inaperçue, également, la mention tous les rois des Héthiens.

Si ce peuple avait été si puissant, il devait bien exister quelque part des traces de leur civilisation. Or, rien n’en avait émergé jusqu’alors.

Les érudits matérialistes , les détracteurs de la Bible et tous ceux qui, même sans nier totalement la valeur de l’ouvrage, estiment qu’il faut être très réservé quant à sa capacité d’être, tout entière, la Parole de Dieu, estimant qu’une bonne part de ses textes sont des synthèses de récits puisés dans les traditions des nations païennes de la région, oui, tous ces gens exultent : “ Il est possible que ces Hittites aient existé, comme toutes les peuplades auxquelles, dans la Bible, ils sont associés, mais l’imagination fertile, avide de fantastique et de merveilleux, des auteurs bibliques, en a exagéré l’importance. La preuve, c’est que les Egyptiens et les Syriens, que la Bible présentent comme leurs égaux, ont laissé de nombreux vestiges archéologiques, alors que les Hittites, eux, rien! ”

En 1822, le déchiffrement de la fameuse “ pierre de Rosette ”, sur laquelle était gravée une inscription en grec et en égyptien, permit à Champollion de percer le secret des hiéroglyphes. La traductions de nombreux textes égyptiens apporta des renseignements sur le “ peuple de Kheta ”. Les experts assimilèrent ce nom aux “ Chittim ”. En 1300 avant J.C, Ramsès II avait combattu “ les abominables Kheta ” et leurs alliés à Kadesh, en Syrie. Ramsès II signa un traité de paix avec les gens de Kheta. Le texte en est gravé sur le mur d’un des temples de Karnak. Pendant un temps, ce fut tout ce qu’on put découvrir sur les Hittites.

En 1812, dans la ville syrienne de Hamâ, un jeune suisse, Johann L. Burckhardt en fit la description et nota que ces caractères ne ressemblaient pas du tout aux caractères égyptiens. Il mourut peu après, et la “ pierre de Hamâ ” tomba pratiquement dans l’oubli. Ses notes ne parurent qu’en 1922.

En 1871, un missionnaire irlandais, William Wright, examina la pierre et d’autres similaires. Une pierre portant le même type d’inscription fut découverte dans une mosquée d’Alep, à 160 km au nord de Hamâ.

Personne ne put déchiffrer ces étranges hiéroglyphes, mais l’archéologue anglais Archibald Sayce avança l’hypothèse d’une écriture hittite. Deux ans plus tard environ, une mission de fouilles du British Muséum découvrit la cité depuis longtemps disparue de Karkemish. C’était la ville située sur l’Euphrate que des inscriptions assyriennes datant de 1100 avant J.C. avaient décrite comme étant la “ capitale des Hattis ”. Les indices recueillis suggéraient donc que si Hattis et Hittites n’étaient qu’un même peuple, leur royaume se situait en Syrie.

Puis de nouveaux éléments plutôt surprenants se firent jour. Un voyageur anglais du nom de E.J. Davis déclara avoir vu des inscriptions similaires gravées dans le massif du Taurus, en Turquie méridionale. Cela remit à la mémoire des archéologues-détectives la découverte d’autres grandes gravures en relief, quelques années plus tôt, au nord de la chaîne du Taurus, sur le plateau d’Anatolie. Il n’était dès lors plus aussi certain que le foyer des Hittites se fut trouvé en Syrie. Sayce fit paraître un nouvel article intitulé “ Les Hittites en Asie Mineure ”, dans laquelle il avançait la nouvelle théorie. Mais, jusqu’alors, il n’existait aucune preuve. Personne ne pouvait affirmer que les hiéroglyphes en question étaient hittites, et nul ne savait les déchiffrer.

En 1887, les recherches prirent une nouvelle tournure. Une paysanne égyptienne qui cherchait de l’engrais dans le sol près du site de l’ancienne cité de Tell el-Amarna exhuma quelques tablettes d’argile. Elles portaient des inscriptions en caractères cunéiformes. Supposant que de tels objets pouvaient avoir une valeur, d’autres gens se mirent à creuser le site et, en un an, 200 tablettes se vendirent au marché noir au Caire. Le trafic des antiquités était interdit par les lois égyptiennes, mais quelques unes de ces tablettes parvinrent à des musées étrangers. Leur examen révéla qu’il s’agissait des archives du pharaon Akhenaton, qui régna de 1379 à 1361 avant J.C., et dont la capitale était proche de Tell el-Amarna, où furent trouvées les tablettes.

La plupart sont écrites en akkadien (le langage de Babylone) et elles sont toutes en caractères cunéiformes. On y trouve aussi des tablettes en provenance des chefs syriens et palestiniens fidèles à l’Egypte. Elles font référence aux activités militaires du roi de Hatti et se plaignent de ses agressions. De toute évidence, les Hittites étaient une puissance militaire.

L’une de ces lettres, écrite elle aussi en akkadien, émane du roi des Hittites lui-même, Souppilouliouma. S’adressant au pharaon comme à un égal, il le félicite de son accession au trône. Les lettres d’Amarna faisaient donc entrer les Hittites sous les projecteurs de l’Histoire.

Les lettres qui parlaient des activités de l’armée hittite indiquaient son déplacement vers le sud, en Syrie et au Liban, ce qui fait penser que le royaume lui-même se trouvait au nord du Taurus, dans la moitié occidentale de la Turquie.

Dix ans environ après la découverte des tablettes d’Amarna, quelques tablettes gravées en “ arzawan ” furent trouvées en Turquie du Nord, près du village de Bogazköy. L’attention portée par les archéologues à la morne plaine d’Anatolie était encore récente. Jusqu’alors, ils s’étaient entièrement consacrés aux chantiers de fouilles des cités légendaires de Mésopotamie et de l’Egée, et aux temples et sépultures d’Egypte. Il y avait bien quelques vestiges intéressants dans la région de Bogazköy, mais rien n’indiquait qu’une civilisation très avancée y eut existé autrefois. Il n’y avait donc pas de raison de fouiller cette contrée désolée pour y retrouver une hypothétique civilisation disparue.

Pourtant, les ruines de Bogazköy avaient été mises au jour dès les années 1830. Un Français, Charles-Félix-Marie Texier, y avait découvert les restes d’une cité “ aussi large qu’Athènes au temps de sa splendeur ”. Elle était entourée d’une muraille dont les portes étaient ornées de sculptures de lions et de sphynx. A peu de distance, Texier avait trouvé un assemblage de rocs décorés de hauts-reliefs et de hiéroglyphes. On établit par la suite la similitude de ces décorations avec celles de Hamâ et d’Alep. Vers la fin du XIXème siècle, le site de Bogazköy commença d’attirer l’attention. On possédait en effet des exemples des deux types d’écritures : les hiéroglyphes “ hittites ” et les cunéiformes “ arzawan ”. (cunéiforme : en forme de coin. A l’aide d’un coin de pierre, on faisait des empreintes dans des tablettes d’argile frais, tablettes qui étaient ensuite séchées et cuites, au soleil ou au four).

Parmi les gens qui s’y intéressèrent figure le docteur Hugo Winckler, spécialiste de l’écriture cunéiforme à l’université de Berlin. Il s’était familiarisé avec les textes “ arzawan ” de Tel el-Amarna et était allé au Liban en 1903 pour rechercher d’autres écrits dans cette langue. Quelques mois après son retour à Berlin, il recevait par la poste une tablette en “ arzawan ”. Elle lui était envoyée par un conservateur de musée turc, le bey Macride. Winckler, sans tarder, partit pour Constantinople. Macride lui révéla que la tablette provenait de Bogazköy. Les deux hommes se mirent en route vers ce village perdu. Winckler recueillit 34 autres tablettes de caractères cunéiformes.

L’été suivant, en 1907, il obtint une subvention pour les fouilles de Bogazköy. Les villageois du coin se mirent à creuser, tandis que Winckler examinait et répertoriait les centaines de tablettes que l’on déterrait. La plupart étaient rédigées en “ Arzawan ”, donc indéchiffrables, mais quelques- une étaient en akkadien, que Winckler lisait aisément. Sur l’une d’elles, il lut ceci :

“ Le traité passé entre Ramsès, Bien-Aimé d’Amon, Grand Roi du pays d’Egypte, héros, et Hattusilis, Grand Roi, Roi du pays de Hatti, son frère, qui garantit la paix et la fraternité pour toujours dans les bonnes relations entre les Grands Royaumes… ”

Ce n’était rien de moins que l’instrument du traité de paix conclu après la bataille de Kadesch, celui-là même qui était gravé en hiéroglyphes égyptiens sur les murs du temple de Karnak. Cette alliance ne vous rappelle-t-elle pas ce que les Syriens assiégeant Samarie se disaient, rapporté par le texte biblique cité plus haut : “ Voici, le roi d’Israël a pris à sa solde contre nous les rois des Héthiens et les rois des Egyptiens pour venir nous attaquer (2 Rois 7 : 6). Je rappelle également que, selon les découvertes archéologiques, les Hittites avaient une puissance militaire importante, si l’on en juge par ce traité de paix passé entre les deux puissances du moment : les Egyptiens et les Hittites, ces derniers capables de faire trembler cette autre puissance redoutable : les Syriens. C’est ainsi : Quand on craint d’être vaincu dans un combat avec un ennemi puissant, il est plus sage de faire la paix avec lui. Jésus l’a rappelé, par une parabole célèbre (Luc 14 : 31, 32).

Sur les 10.000 tablettes exhumées à Bogazköy, il y en avait assez en Akkadien pour permettre aux chercheurs de commencer à reconstituer l’histoire jusqu’alors ignorée des Hittites. L’ “ arzawan ” était visiblement leur langage. Quant aux hiéroglyphes inconnus, relativement peu nombreux, les plilologues furent incapables d’en déterminer la relation avec le langage cunéiforme des Hittites, si tant est qu’il y en eut une. Un savant tchèque, F. Horzny et d’autres linguistes réussirent à déchiffrer le hittite cunéiforme utilisé entre 1900 et 1100 avant J.C. Une vaste littérature dans cette langue devint accessible : annales, textes religieux et mythes, portions de codes de lois, etc…

Quel qu’ait pu être le berceau du peuple hittite, il s’implanta en Anatolie aux environs de 1900 avant J.C. Nous le savons par des récits de marchands assyriens. Les Assyriens contrôlaient en effet à l’époque les routes commerciales entre l’Anatolie et la Mésopotamie. Ils avaient même établi plusieurs centres commerciaux en Anatolie même. Ils tenaient à jour avec soin le compte rendu de leurs affaires avec la population locale. Les archives découvertes à Kültepe (l’ancienne Kanesh) contiennent un certain nombre de noms hittites parmi ceux des Hattites. Nous appelons aujourd’hui ces dérivés des “ Proto-Hittites ”.

Certains archéologues humanistes et matérialistes du siècle dernier, en grattant quelques centimètres de terre sur quelques sites archéologiques du Moyen Orient, et ne trouvant rien qui atteste l’existence des Hittites (ou Héthiens), sans oublier une antipathie manifeste pour la Bible, avaient hâtivement conclu :

“ Ce peuple, tel que nous le décrit la Bible, n’a jamais existé; alors, prudence avec la Bible! Si elle s’est trompée, ou a exagéré (ce qui semble évident), elle a très bien pu en faire autant avec une bonne partie, sinon tout, de ce qu’elle nous enseigne ”.

Je me réjouis, et je remercie Dieu pour la fidélité, l’honnêteté et l’attitude scrupuleuse des prophètes qu’il a choisis pour transmettre ses paroles au monde des humains.

Voici ce que Luc écrit pour introduire l’Evangile qui porte son nom : Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des évènements qui se sont accomplis parmi nous, suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la parole, il m’a aussi semblé bon, après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit d’une manière suivie, excellent Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus (Luc 1 : 1 à 4).

Et les authentiques témoins et propagateurs de l’Evangile, tels ces Juifs de Bérée qui, à l’audition de ce que leur disait Paul, évangéliste et apôtre, reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact (Actes 17 : 11) .

Recevoir la parole avec beaucoup d’empressement ne leur suffisait pas. Ils voulaient vérifier si c’était conforme aux Ecritures. Voilà une attitude, humble, honnête… et noble, précise le texte.

Mais c’est, hélas, loin d’être toujours le cas. Combien acceptent avec beaucoup d’empressement n’importe quelle ânerie, n’importe quel canular, scientifique, philosophique, religieux ou autre, parce que ça plaît, c’est nouveau, c’est original, c’est bien dit… ou cela est cru par le plus grand nombre depuis longtemps. Mais vérifie-t-on? Contrôle-t-on? Examine-t-on? Fait-on des recherches, des investigations, des enquêtes? Très souvent, on ne dispose d’aucune source, d’aucune base, d’aucun élément pour faire ces recherches. Pourquoi? Parce qu’il n’y en a pas, et qu’il n’y en a jamais eu !

Alors, on “ gobe ”, parce que c’est facile, plaisant, confortable ou flatteur… et cru par tout le monde… du moins le croit-on.
________________________________________
Ce texte est un extrait du livre: La science commence par la crainte de Dieu. Éditions le Lampiste 1996 – 190 p