Ministères de délivrance et asservissement spirituel

La délivrance des démons fait certainement partie de l’Evangile de Christ. Mais il existe un problème posé par les ministères « spécialisés » dans la délivrance des Chrétiens. Cette manière de résoudre les problèmes spirituels des enfants de Dieu n’est pas conforme à l’enseignement de la Bible, et conduit en réalité à un asservissement spirituel.

« Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire, avoir de la condescendance pour tous, être propre à enseigner, doué de patience ; il doit redresser avec douceur les adversaires, dans l’espérance que Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité, et que, revenus à leur bon sens, ils se dégageront des pièges du diable, qui s’est emparé d’eux pour les soumettre à sa volonté. » (2 Ti 2 : 24-26).

Dans le système de pensée du « combat spirituel » tel qu’enseigné par Rick Joyner, Bob Larson, Watchman Nee, Michel Allard et bien d’autres, il est dit que le combat entre Dieu et Satan, entre le mal et le bien, se déroule au niveau de notre histoire humaine. L’issue de ce combat est incertaine, c’est-à-dire que Dieu n’est pas Souverain pour déterminer l’issue de ce combat[1]. Il y a des blessés et des pertes dans ces batailles spirituelles. Ce combat pour la libération des êtres humains de leurs liens spirituels doit être mené par des hommes et des femmes de foi, qui ont appris les règles de ce combat, et qui deviennent de puissants « guerriers de Dieu ». Certains leaders, dans ce système de pensée, croient que même la destinée des nations est entre les mains de ces guerriers spirituels, qui ont la responsabilité de conquérir les nations pour le Royaume de Dieu.

Selon de nombreux exorcistes qui ont adopté le système de pensée du combat spirituel, les démons possèdent leurs victimes parce qu’ils ont le « droit » de le faire. Par exemple, un disciple de Christ peut être victime d’une malédiction inconnue, qui donne à un démon le droit de le tourmenter. Voici comment l’ « exorciste chrétien » Bob Larson l’explique : « Les malédictions sont de véritables transactions légales dans le domaine spirituel. De même que les contrats humains contiennent de minutieuses dispositions, rédigées dans un langage soigneusement choisi, les malédictions sataniques sont souvent remplies de dispositions minutieuses et extrêmement détaillées »[2]. Pour être libéré, il est donc nécessaire d’avoir recours à un spécialiste capable de déchiffrer ces dispositions, et de comprendre la nature exacte de la malédiction, pour formuler ensuite une renonciation adéquate qui permet de la briser[3].

Ceux qui ont adopté le système de pensée du combat spirituel mènent ce combat à différents niveaux. Au niveau des « lieux célestes », ils embrigadent des armées « d’intercesseurs prophétiques » pour identifier, lier et chasser les esprits qui contrôlent les villes et les nations. Des « guerriers spirituels » sont rassemblés pour prendre le contrôle spirituel des villes, en faisant des « marches de prière » tout autour des lieux stratégiques situés dans ces villes. Dans cette optique, le particulier qui exerce un « ministère de délivrance » n’est qu’un simple fantassin chargé du combat au corps à corps sur le champ de bataille spirituel. Il affronte les puissances des ténèbres qui ont capturé des âmes individuelles.

Dans son livre « L’homme spirituel », Watchman Nee explique qu’il y a des lois spirituelles qui gouvernent le monde des esprits. L’une de ces lois concernait la « passivité ». Selon lui, les démons sont capables de s’emparer de ceux qui ont une volonté « passive »[4]. Ainsi, le fait que beaucoup de personnes continuent à avoir des problèmes avec les démons, malgré de nombreuses sessions d’exorcisme est « expliqué » par cette « théorie de la passivité » : ce serait la passivité qui ferait sans cesse retomber les mêmes personnes sous l’esclavage des démons ! Bien entendu, cette théorie n’a rien de biblique !

Malheureusement, ce type d’enseignement est de plus en plus en vogue aujourd’hui. Voici ce qu’écrit Bob Larson : « Si une personne possède une forte volonté, il semble plus difficile à un démon de la dominer, quoi que fasse cette personne »[5]. Dans ce schéma, le facteur de la volonté humaine serait donc très important, voire aussi important que la puissance de Dieu : « Je demande toujours à ceux qui sont liés par des démons de faire appel à cette petite portion de leur volonté qui n’est pas dominée par les démons »[6].

« Ainsi parle l’Eternel : Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, qui prend la chair pour son appui, et qui détourne son cœur de l’Eternel !… Béni soit l’homme qui se confie dans l’Eternel, et dont l’Eternel est l’espérance ! » (Jr 17 : 5, 7).

Selon la théorie du « combat spirituel », l’une des « lois spirituelles » de l’univers affirme que ceux qui ont une volonté passive deviennent la proie des démons, même s’ils sont Chrétiens. Pour être libre, il faudrait avoir une forte volonté. On ne pourrait plus faire confiance à Dieu pour être libre, mais il faudrait avoir une forte volonté. Dieu se trouverait donc lié par une loi spirituelle qu’Il avait Lui-même créée[7]. Bob Larson a écrit : « La volonté des victimes est le champ de bataille où se conduit la guerre de l’exorcisme. La moindre réticence peut signifier la défaite »[8]. Dans ces conditions, où donc est notre espérance ? Dans notre propre volonté ? Larson a dit de l’une de ses clientes : « Son refus initial de ne pas vouloir admettre ce qui s’était passé a donné aux démons le droit légal de continuer à la dominer »[9].

Dans ces conditions, il est clair que nous avons besoin d’un « homme de loi » spirituel pour déchiffrer les contrats spirituels de l’univers, contrats utilisés par les démons pour faire leur travail, ainsi que toutes les lois qui s’y rapportent. Dans le système de pensée du « combat spirituel », le combat concerne les êtres humains et les esprits méchants dans les lieux célestes. Les humains ont alors un immense désavantage, parce que les esprits naviguent dans le monde spirituel depuis des millénaires, et eux seuls connaissent toutes les « règles ».

D’après ces « soldats spirituels), l’exorciste doit faire appel aux démons pour réunir de multiples informations, pour les battre en utilisant ensuite leurs propres règles. Bob Larson dit forcer les démons à lui dire la vérité, en les menaçant d’être punis par les anges et être envoyés dans l’abîme. D’autre part, il se donne autorité sur les anges de Dieu pour leur commandé ce qu’ils ont à faire : Voici l’une des prières qu’il a faites pour aider une victime à trouver « sa liberté » : « Je commande aux anges de Dieu de rechercher et de tourmenter cet esprit de douleur. Je lie Douleur au démon Régulateur, et je leur commande d’éprouver tout le tourment dont ils ont affligé Randall. Je multiplie ce tourment par sept ! »[10].

Ensuite, il obligerait les démons à lui dire ce qu’il faut faire pour délivrer leurs victimes. Voici le conseil qu’il donne à ceux qui veulent s’engager dans un ministère de délivrance : « Il faut demander à quelqu’un de noter toutes les informations reçues quand on interroge les démons. A mesure que se révèle la structure interne du système démoniaque de la victime, faites une liste des démons en fonction de leur rang, notez leurs droits et les portes par lesquelles ils sont entrés, ainsi que les raisons légales qu’ils peuvent avoir pour rester »[11]. Comment pourrions-nous savoir que toutes ces informations sont sûres ? « Les démons seront forcés de vous donner toutes ces informations, parce qu’ils doivent se soumettre au Nom de Jésus et à Son autorité »[12]. Le danger dans ces affirmations, c’est qu’une partie (de plus en plus minime d’ailleurs) de celles-ci est vraie ; ici la vérité est que toute puissance et toute autorité sont soumises à Jésus-Christ (Lc 4 : 36 ; Ep 1 : 21)… mais pas dans ce contexte à la gloire de l’homme ! Toutes choses Lui (Jésus-Christ) sont soumises pour la gloire de Dieu.

Il est vrai aussi qu’il existe tout un monde invisible qui a ses lois, et que ces lois gouvernent les démons et tous les niveaux de la hiérarchie satanique… mais nous n’avons pas à les découvrir hors de la révélation biblique, et encore moins à les exploiter ou explorer !

Ceux qui acceptent le système de pensée du « combat spirituel » affirment que, pour gagner ce combat, il est important de réunir des connaissances sur Satan, sur ses émissaires, et sur leur structure hiérarchique, et ce, à tous les niveaux, qu’il s’agisse de combattre les principautés qui dominent les nations, ou de chasser les démons d’un individu. Ainsi, toutes les pensées ne sont plus dirigées vers Jésus-Christ, notre Sauveur, mais vers Satan (Phi 4 : 8).

Pour ceux qui ont accepté le système de pensée du « combat spirituel », de telles pratiques se justifient parfaitement. Tout ce qu’ils doivent accomplir dépend d’une interaction complexe entre toutes sortes de démons, de principautés et de lois qui contrôlent le monde spirituel. Aucun domaine de leur vie n’échappe à ces lois. La délivrance des individus n’est que le niveau élémentaire de ce combat, alors que les villes et les nations appartiennent aux niveaux supérieurs. A chaque niveau, il est nécessaire de réunir des informations, si l’on veut gagner la bataille. Les connaissances nécessaires sont en général les noms des démons ou des principautés, la nature des malédictions invoquées, et la structure les hiérarchies spirituelles dans le royaume de Satan. Bob Larson raconte comment il a « dû faire un exorcisme », alors que l’un des démons avait dû s’absenter pour une mission, et n’était pas présent lors de la procédure[13]. Il apprit à « obliger ce démon à rester à l’extérieur ». Il écrit : « Si j’avais terminé la procédure trop tôt, je n’aurais jamais entendu parler de cet esprit en mission, et il serait retourné plus tard »[14]. Quelle débordement d’imagination ! !

On peut se demander quel rôle peut jouer le Seigneur dans ce système de combat spirituel. En fait, Il se contenterait de nous ordonner de combattre, de nous équiper pour le combat, et de nous donner les armes dont nous avons besoin. Et ce serait à l’exorciste d’employer ses armes pour chasser les démons. Il devrait employer ces armes de la bonne manière, sinon les démons ne seraient pas chassés. Par exemple, Larson raconte comment il a dû expliquer à un pasteur pourquoi les démons continuaient à revenir : « Vous n’avez sans doute jamais identifié le « démon portier. » Peu importe le nombre de démons que vous chassez, ils ne sont pas obligés d’aller dans l’abîme, parce que le « démon portier » leur garde la porte ouverte, et ils peuvent revenir »[15]. La hiérarchie et la localisation des démons sont déterminées par les connaissances et la compétence de l’exorciste. Larson prétend qu’il a le droit d’envoyer les démons dans l’abîme, si la procédure est correctement suivie. Dieu est totalement exclu de ces combats ! Ils parlent de « procédures » et non d’une action de Dieu !

Il faut bien retenir ceci : toutes les informations dont ils ont besoin pour mener efficacement le combat spirituel, selon ce système de pensée, sont des informations qui ne sont pas révélées, c’est-à-dire qui ne se trouvent ni dans la Parole de Dieu (la Bible), ni dans la révélation générale (ce que nous pouvons légitimement apprendre de la création en ayant recours à nos sens naturels et à notre intellect rationnel). Cette connaissance requise est donc secrète. Dieu n’a pas révélé les noms de tous ces démons qui contrôlent les nations, les villes, les villages et les personnes démonisées[16]. La seule source de ces informations doit provenir d’une autre révélation, que ce soit une révélation divine extra-biblique, ou une révélation donnée par les démons eux-mêmes. Ceux qui croient au système de pensée du combat spirituel affirment que c’est à eux d’obtenir toutes les informations dont ils ont besoin pour ce combat. Etant donné que cette connaissance est « secrète », elle est du domaine de l’occulte. Il faut donc qu’ils puissent nous expliquer de quel droit ils peuvent obtenir des connaissances interdites, sous prétexte de délivrer les victimes des esprits mauvais. De plus, ils semblent complètement oublier que seul Dieu, le créateur de l’homme, connaît réellement le cœur de l’homme ! Seul Dieu connaît tous les détails du monde spirituel, et de son interaction avec l’âme humaine !

La Bible nous dit pourquoi aucun « technicien spirituel » humain ne peut résoudre les problèmes profonds de l’être humain : « Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ? Moi, l’Eternel, j’éprouve le cœur, je sonde les reins » (Jr 17 : 9-10). Toute la Bible nous montre que seul Dieu connaît le cœur humain. Considérons par exemple 1 Rois 8 : 39 

« Exauce-le des cieux, du lieu de ta demeure, et pardonne ; agis, et rends à chacun selon ses voies, toi qui connais le cœur de chacun, car seul tu connais le cœur de tous les enfants des hommes. » Voir aussi Psaume 44 : 21 ; Actes 15 : 8 ; 1 Jean 3 : 20.

Quel orgueil de prétendre

  • commander aux anges[17], qui sont les serviteurs de Dieu Lui-même,
  • connaître les profondeurs de l’âme d’une personne,
  • connaître le monde spirituel des démons et de Satan au point de le maîtriser[18]

Il s’agit ni plus ni moins de se faire l’égale de Dieu !

Malheureusement, ceux qui, de bonne foi et en toute sincérité, s’engage dans le « combat spirituel » de la « chasse aux démons » s’épuisent au lieu de se renouveler dans la puissance de Dieu…

Restons fermement attachés à l’enseignement de la Parole de Dieu, à l’évangile de Jésus-Christ, et scrutons les saintes Ecriture chaque jour pour éprouver les enseignements (Ac 17 : 11). Dans les enseignements du combat spirituel, les processus, figurent des prières, des confessions, des renonciations, des listes de contrôle, des « malédictions des ancêtres » à briser… L’implication est simple : l’Evangile n’est pas suffisant pour nous délivrer des malédictions, des démons ou des autres liens spirituels, à moins d’avoir recours à certaines techniques. Au lieu d’avoir recours aux moyens de grâce tout simples que nous offre la Bible, ils nous offrent une liste de techniques et de prières toutes faites, qui doivent « marcher ». Ils ont donc adopté le système de pensée du combat spirituel, et abandonné celui de la Providence divine.


Notes :

[1] Greg Boyd, God At War, (Downers Grove Intervarsity, 1997) 13. Le Dr Boyd définit ainsi le système de pensée du combat spirituel : « Ce système de pensée est centré sur la conviction que tous les aspects de notre vie peuvent être interprétés comme les conséquences d’un combat mené d’une part, dans les lieux célestes, entre des esprits bons et mauvais, amicaux et hostiles et, d’autre part, entre les hommes et les esprits méchants. » Le Dr Boyd refuse le système de pensée de la Providence divine. Il rejette catégoriquement l’idée que les forces des ténèbres sont utilisées par Dieu au service de Ses plans parfaits.

[2] Bob Larson, In The Name of Satan – How the Forces of Evil Work and What You Can Do to Defeat Them, (Nashville Nelson, 1996) 109.

[3] Ibid. 109, 110.

[4] Watchman Nee, L’Homme spirituel, Vol 3. W. Nee dit que la « passivité » est le facteur essentiel qui permet aux démons d’influencer les Chrétiens. Le chapitre « Path To Freedom » a fourni beaucoup d’arguments aux partisans du combat spirituel. Nee enseignait cela il y a des dizaines d’années.

[5] Larson, 48.

[6] Ibid. 80.

[7] Nee, Op. Cit. 90 : « Toutes les actions sont gouvernées par des lois. Si l’on remplit les conditions qui permettent aux esprits méchants d’agir (que ce soit volontairement, comme dans le cas des sorciers ou des médiums, ou que ce soit involontairement, comme dans le cas de Chrétiens ignorants), on leur donne automatiquement le droit d’agir dans notre vie. » Selon les versions modernes de cet enseignement, on ne peut connaître ces lois spirituelles que par des révélations extra-bibliques, comme celles qui nous sont fournies dans le livre de W. Nee !

[8] Larson, 190.

[9] Larson, 190.

[10] Larson, 142.

[11] Larson, 208.

[12] Larson, 208.

[13] Larson, 91.

[14] Larson, 208.

[15] Larson, 133.

[16] Les adeptes de ce type de « combat spirituel » font une différence entre une personne possédée (qui n’est pas chrétienne) et une personne démonisée (personne chrétienne sous l’emprise d’un ou plusieurs démons). Cette différence permet d’affirmer « un chrétien ne peut être possédé ! Il serait démonisé ! Il s’agit en fait d’exactement la même chose… Ce qui est contraire à l’enseignement de la Parole de Dieu.

[17] C’est Jésus qui exécutera le jugement final du monde spirituel : « Et voici, ils s’écrièrent : Qu’y a-t-il entre nous et toi, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps ? » (Mt 8 : 29). Tout être humain qui prétend disposer lui-même d’un tel pouvoir prétend donc posséder ce qui fait strictement partie des prérogatives divines. Il s’efforce donc d’agir comme Dieu. Voir « 01 Gn 003-005 002 Hérésie de la déification de l’homme »

[18] Voici une histoire que raconte Bob Larson : « Pas à pas, je poussai l’adversaire dans ses retranchements, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus résister. Avant que je prononce la condamnation finale de ce démon, il me regarda d’un air interrogateur et me demanda avec curiosité : « Qui t’a donc appris les règles ? » Je lui dis : « Qu’entends-tu par là ? » Il répondit : « Les règles spirituelles qui déterminent ce que nous pouvons, et ne pouvons pas faire. Tu as certainement été instruit par l’un d’entre nous. Je n’ai jamais connu quelqu’un qui connaisse aussi bien les règles que toi ! » (Larson, 205).

Une réflexion sur “Ministères de délivrance et asservissement spirituel

Répondre à aïsha graça messa Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s