Test en pleine brousse

Invité, un matin de 1938, à an­noncer l’Evangile dans un vil­lage de la forêt ivoirienne où il ne l’a encore jamais été, le missionnaire André Roux[1] se trouve confronté à une situation délicate… Voici ce qu’il écrivit lui-même de cette expérience :

 

‘’ Que dois-je dire, et comment le di­re pour que ceux qui se pressent autour de moi, qui n’ont jamais eu l’occasion d’apprendre à lire et qui ne savent rien de la Bible, entendent une parole de Dieu? Jeune missionnaire, tout juste arrivé, après un premier séjour au Dahomey, dans un pays, une région dont je ne connais encore ni la langue ni les coutumes, et traduit par un jeune catéchiste venu lui aussi depuis peu d’une tribu assez lointaine où l’on par­le bien sûr une autre langue, j’é­prouve comme je ne l’ai encore jamais fait ce que Karl Barth[2] a pu appeler la « détresse » de la prédication évangélique.

 

Et comme si cela ne suffisait pas, voici qu’on me demande, avant toute autre chose, de ré­concilier deux jeunes époux qui se sont disputés cette nuit. Dans ce pays où règne la poly­gamie et où les parents décident seuls du mariage de leurs en­fants, que signifie pour eux le foyer, le couple, et à quel sens de la fidélité, de l’amour, pour­rais-je en appeler ? Mais d’abord pourquoi me pré­sente-t-on cette affaire ? A quel test me soumet-on ainsi ?

 

Toutes ces questions se pressent à mon esprit, me harcèlent mais une chose est claire, c’est que je dois agir, parler, sentant bien que de mon comportement, de mes paroles, dépendra largement la façon dont, ensuite, l’Evangile sera accueilli dans ce village.

 

Ou plutôt même que ma répon­se a une question qui peut pa­raître parfaitement étrangère à une première annonce de l’E­vangile doit être elle-même une parole d’Evangile.

 

Je parle alors simplement du Dieu au nom duquel je suis ici. De ce Dieu qui nous aime tous, même quand nous ne le savons pas. Qui nous aime tant qu’il a envoyé sur la terre son Fils, Jé­sus-Christ, pour qu’il nous an­nonce la bonne nouvelle de cet amour.

 

A ces hommes pour lesquels la notion de sacrifice de propitia­tion, d’expiation, est au cœur même de leur religion tradition­nelle, je parle de Jésus qui a ac­cepté de mourir pour nous afin que, à cause même de l’amour qu’il a montre ainsi, Dieu nous pardonne et nous reçoive tous, nous adopte tous comme ses en­fants.., pourvu que nous nous re­pentions de ce que nous avens fait de mal et que nous croyons vraiment que Dieu veut nous accueillir ainsi et qu’il le fait. Mais voici que, quand nous cro­yons cela, Dieu nous donne un cœur nouveau qui nous rend capables d’aimer à notre tour, et de pardonner, comme lui, a ceux qui nous ont fait du mal. Pendant que je parle ainsi, je sens toujours plus clairement que la tâche même qui m’a été proposée et qui, au début, m’a pris au dépourvu – réconcilier, après leur dispute, un homme et une femme que me sont parfai­tement inconnus – m’a en fait introduit au cœur même de ce ministère dont j’ai la charge : le ministère de la réconciliation, cette réconciliation qui leur deviendra possible, vraie en pro­fondeur, quand chacun d’eux se sera d’abord réconcilié avec Dieu.

 

Oui, mais, encore une fois, com­ment cela peut-il être entendu par ceux qui m’écoutent ? La ré­ponse m’est donnée d’une façon bien inattendue. Un vieillard vraiment très âgé, se lève, vient vers moi et dit : « Si cette paro­le que tu dis est vraie, c’est un miracle. Aujourd’hui, je viens avec toi ».

 

Qu’est-ce à dire ? Je ne le com­prendrai que quelques mois plus tard quand, à l’heure de son baptême, je demanderai à cet homme ce qu’il a voulu dire ce jour-là, ce qui l’a poussé à s’en­gager ainsi, et qu’il répondra par ces paroles si simples : « On nous a toujours dit que Zo[3], le dieu qui a tout créé, et qui au­trefois, vivait avec les hommes, dans leurs villages, s’est fâché avec eux parce qu’ils avaient fait du mal, et qu’il est parti. Alors nous sommes seuls, seuls devant la foudre et la variole, devant l’inondation et la séche­resse, les bêtes sauvages et tous nos ennemis, morts ou vivants, et nous avons peur. Mais tu nous as dit que Dieu nous ai­mait – et pour dire Dieu, pour parler de ce Dieu que nous a révélé Jésus-Christ, il emploie bien sûr, comme le catéchiste l’a fait, le nom « Zo », qu’il nous aimait et nous prenait pour ses enfants. Alors ça chan­ge tout, je n’ai plus peur ».

 

Ainsi, à ce vieillard, au travers de paroles pourtant bien mala­droites, Dieu avait fait entendre une parole vivante, créatrice. Il lui avait donné de faire de fa­çon proprement immédiate l’ex­périence de l’amour de Dieu dont parle Jean dans sa première épître, cet amour qui bannit toute crainte du cœur  de ceux qui l’écoutent.

 

« Détresse et promesse de la pré­dication évangélique », dit si justement Karl Barth. » ‘’


Notes :

[1] Le pasteur André Roux a été trente-cinq ans missionnaire en Afrique et en Océanie. Il a été directeur adjoint de la Société des missions évangéliques.

[2] Karl Barth (Bâle, 10 mai 1886 – Bâle, 10 décembre 1968) est un théologien protestant suisse. En 1921, il devient professeur de théologie à Göttingen. et entreprend une réflexion théologique systématique qui deviendra une référence majeure pour son siècle. En 1934, il est le principal auteur de la Déclaration théologique de Barmen, texte fondamental d’opposition chrétienne à l’idéologie nazie. Suspendu à cause de son refus de prêter serment au Führer, puis expulsé d’Allemagne, il devient professeur de théologie systématique à Bâle.

[3] Prononcer Dzo. Dans la langue Attié, Zo est le nom du dieu qui a créé toute chose ; ce dieu n’est pas à confondre avec le dieu tibétain, sorte de taureau hybride issu du croisement d’un yak et d’une vache (dzopkyo) et dont la femelle est dzum.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s