Un miracle pour des chaussures !

Je raconterai un témoignage, qui s’est passé pendant mon travail pour le Seigneur à Cincinnati. Je recevais des vêtements pour les pauvres, et je les distribuais. Je me rendis à Mount Lookout, un faubourg de Cincinnati, et une sœur qui habitait là me donna quelques vêtements. Au cours des semaines précédentes, j’avais remarqué qu’une Chrétienne fidèle de notre assemblée n’était pas venue depuis quelque temps. J’allai la visiter pour voir ce qui se passait. Je la trouvai en train de faire sa lessive. Je lui fis remarquer qu’elle n’était pas venue à plusieurs réunions, ce qui était plutôt inhabituel. C’était une pauvre femme. Elle avait trois enfants, et devait payer son loyer. Elle ne nous avait jamais permis de l’aider, car nous avions l’habitude d’aider ceux qui traversaient des moments difficiles. Comme elle répugnait à donner la raison de son absence, je remarquai qu’elle avait des chaussures en piteux état.

Je finis par lui dire :

  • “Ma Sœur, est-ce que ce sont les meilleures chaussures que vous avez ?” Elle rougit et me tourna le dos, me faisant comprendre que c’étaient effectivement les meilleures.

Elle me dit :

  • “Frère Bevington, je dois admettre que ce sont mes meilleures chaussures. Je m’attends à avoir une nouvelle paire de chaussures la semaine prochaine, mais il faut que j’habille et que je nourrisse mes enfants, sans tenir compte de mon besoin !”

C’était un mercredi soir. Quand je revins dans ma chambre, je commençai à prier pour qu’elle ait une nouvelle paire de chaussures. Je n’en avais aucune me paraissant en assez bon état pour lui en faire cadeau. Ceci me poussa à intensifier ma prière.

Je pris mon petit-déjeuner, heureux et convaincu de par ce que Dieu avait placé en mon cœur de savoir que ma sœur aurait une paire de chaussures neuves pour la réunion du vendredi soir. C’était notre réunion d’évangélisation habituelle. En me rendant à la Mission, je fus un peu retardé, et je n’y arrivai que vers dix heures du matin. Je me rendis à la salle de prière.

L’une des monitrices des enfants sortit et me dit :

  • “Il y a une dame qui veut vous voir.”

Celle-ci vint dans le hall principal et me dit :

  • “Frère Bevington, j’ai acheté une paire de chaussures ce matin, mais l’une d’elles a au moins deux tailles de plus que l’autre. Elles ont l’air d’être pareilles, mais elles ne le sont pas. Celles que j’ai essayées au magasin m’allaient pourtant très bien. Je n’étais pas loin d’ici, et j’ai eu envie de voir le travail que vous faites auprès des enfants. Pendant que je vous attendais, j’ai voulu mettre mes chaussures neuves pour rentrer chez moi. C’est alors que j’ai découvert qu’il y en avait une beaucoup plus grande que l’autre.”

Je lui dis :

  • “Que le Seigneur soit loué ! J’ai prié toute la nuit dernière pour une paire de chaussures et je pense que ce sont celles-ci !”
  • “Oui, Frère Bevington, mais je n’ose vraiment pas donner de telles chaussures à quelqu’un ! Je n’ai pas envie non plus de les rapporter au magasin !”

Elle était bien trop fière pour les rapporter. Aussi décida-t-elle de voir si je pouvais en faire un bon usage.

Je lui dis :

  • “Je connais une pauvre femme qui a besoin de chaussures. Elle pourra facilement mettre un rembourrage en coton dans la plus grande. Je crois que la petite est tout à fait à sa taille.”
  • “Les voici, prenez-les !”

Mais je voulais que ce soit elle-même qui aille voir la pauvre femme. Je pensais qu’elle pourrait l’aider dans beaucoup de domaines. J’insistai donc pour qu’elle porte les chaussures elle-même, car elle devait passer non loin de sa maison pour prendre son tramway.

Elle finit par prendre les chaussures et se dirigea vers la maison de cette pauvre femme. Elle la trouva en train de repasser.

Elle se présenta et dit :

  • “Le Frère Bevington m’a envoyée ici pour une mission bien embarrassante !”

Elle sortit les chaussures, sans dire à la femme qu’il y en avait une plus grande que l’autre.

Pendant tout le temps qu’elle lui parlait des chaussures et d’autres choses, la pauvre femme se disait : “Que faire ? Je ne pourrai pas porter ces chaussures ! Mon pied droit est plus court que l’autre d’au moins deux pointures, et je n’ose pas le lui dire !” Elle se décida pourtant à prendre les chaussures. Peut-être pourrait-elle les échanger.

L’autre femme partit. Mais elle sentit qu’elle devait dire la vérité à sa sœur. Elle retourna donc lui dire comment étaient les chaussures. L’autre se mit à rire de bon cœur et dit :

  • “Laquelle est la plus grande ?”
  • “La gauche.”

Elle rit de plus belle et dit :

  • “Merveilleux, merveilleux ! Dieu connaît réellement toutes choses ! Mon pied gauche a presque deux pointures de plus que l’autre ! C’est exactement ce dont j’avais besoin. Gloire à Dieu !”

Je ne savais pas que ses pieds n’avaient pas la même taille, mais Dieu le savait. Voyez-vous tout ce qu’Il fit pour exaucer ma prière de toute une nuit ? N’est-ce pas suffisant pour nous convaincre qu’Il sait parfaitement ce qu’Il doit faire ?

La Bible : en avance sur les règles d’urbanisme

« Ordonne aux fils d’Israël de donner aux Lévites, sur leur part de leurs possessions, des villes pour y habiter outre un espace ouvert autour de ces villes, vous en donnerez aux Lévites. Les villes leur serviront pour l’habitation et leur espace ouvert sera pour leurs animaux et pour leurs biens et pour tout ce qui est vital. » (Nombres 35 :2-3)

En fait, il n’était permis ni de construire des maisons, ni de planter des vignes, ni de semer des produits agricoles pour créer une « ceinture verte » autour de la ville.

Certains traducteurs (comme Rachi) traduisent ainsi : « Un espace ouvert autour de ces villes ». Le mot « migrach » (traduit par espace ouvert) désigne une parcelle de terre située hors et autour de la ville et destinée à son embellissement.

L’ordre donné d’établir une ceinture verte autour des villes concerne les villes des Lévites. Toutefois, Maimonide, dans Michné Torah, rapporte que l’espace vert autour des agglomérations ne concerne pas seulement les villes des Lévites mais s’applique à « toutes les villes d’Israël »[1]. Les villes des Lévites servent donc de modèle pour l’urbanisation de toutes les cités d’Israël.

Selon le plan d’aménagement des villes prôné par la Bible, les citadins ont droit à une ceinture verte.

Dans le verset 35 :4, il est écrit que la largeur de la ceinture verte doit être de « mille coudées » ; cependant, dans le verset suivant, il est statué que cette largeur doit être de « deux mille coudées ». Comment comprendre cette contradiction ?

Dans son commentaire sur le verset 35 :4, Rachi explique que la ceinture verte fait en tout deux mille coudées et qu’elle est divisée en deux cercles. Le premier verset fait référence au cercle intérieur. Rachi écrit : « Mille à l’intérieur pour l’espace ouvert (pour la beauté) et les mille extérieurs pour les champs et les vignobles (agriculture). » Il en résulte que, non seulement les citadins ont une connexion avec la nature mais ont aussi la possibilité de pratiquer l’agriculture !

La Bible se positionne en « respect de l’environnement » car, même dans le cas où un promoteur souhaiterait acquérir tout ou partie de la « ceinture verte », « l’espace ouvert aux abords de leurs villes ne peut être vendu ; elle est leur propriété inaliénable » (Lévitique 25 :34).

Lorsque la population s’agrandit, de nouvelles villes doivent être édifiées dans des sites qui n’avaient jamais été utilisés dans un but agricole. Une ville ne peut donc pas s’étendre aux dépens de la ceinture verte. Le Rabbin Samson Raphaël Hirsch, dans son commentaire sur ce verset, explique que les lois bibliques sur l’urbanisme sont destinées à empêcher le développement d’énormes cités. Il écrit :

« Ces lois semblent être conçues pour […] empêcher que les villes ne croissent trop et deviennent des métropoles détachées de la campagne. Les cités déjà existantes ne doivent pas s’étendre au-delà de leurs limites au détriment des champs…Lorsque la population s’agrandit, de nouvelles villes doivent être édifiées dans des sites qui n’avaient jamais été utilisés dans un but agricole. »

Les villes servent de centres économique, culturel et spirituel ; néanmoins, du point de vue holistique de la Bible, les cités doivent permettre à leurs habitants d’être en relation avec la nature.

Les lois mentionnées ci-dessus s’appliquent à toutes les villes d’Israël. Pourquoi donc la Torah met l’accent sur les villes des Lévites, quand elle discute de ces lois écologiques ?

Avant de répondre à cette question, il faut se rappeler qu’il y a douze tribus d’Israël et que les membres de la tribu de Levi (y compris les Kohanim, les descendants d’Aaron) se virent confiés la charge d’être les maîtres et les guides spirituels de toute la nation. Ils n’obtinrent pas de portion de la Terre d’Israël ; au lieu de cela, ils demeuraient dans des villes séparées qui devaient servir de centres bibliques. On trouve une mention de leur rôle spécial dans la bénédiction que Moïse donna à la tribu de Lévi devant la nation qui s’apprêtait à entrer dans la Terre promise : « Ils enseignent Tes lois à Jacob et Ta Parole à Israël. » (Deutéronome 33 :10)

Il nous est maintenant loisible de comprendre pourquoi la Parole de Dieu met en valeur les villes des Lévites. En tant que centres bibliques de référence spirituelle pour tout le peuple, ces villes devaient servir de modèles des enseignements divins.

Sur ce point encore, nous voyons que la Bible, depuis son origine, intègre ce que l’homme a « redécouvert » par la force des choses et pour sa survit… Le respect d’un équilibre entre la nature et le produit de la société…


[1] Zeraïm, Hilkhot Chemita veYovel 13 :5

Le mot Evangile signifie « Parole de Dieu »

Ci-dessous, une comparaison de quelques versets du Nouveau Testament qui parlent de l’Evangile, dans la traduction de la Nouvelle Bible Segond  2002[1] et dans la traduction de David Martin 1707. Le mot Evangile est loin de signifier « bonne nouvelle » !

Traduction NBS 2002Traduction David Martin 1707
Matthieu 24
14 Cette bonne nouvelle du Règne sera proclamée par toute la terre habitée ; ce sera un témoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin.
Matthieu 24
14 Et cet Evangile du Royaume sera prêché dans toute la terre habitable, pour servir de témoignage à toutes les nations, et alors viendra la fin.
Commentaire  : Réalisons simplement ici comment l’expression « bonne nouvelle du Règne » dilue complètement la spécificité de la Parole de Dieu au sein des nations païennes…
Matthieu 26
13 Amen, je vous le dis, partout où cette bonne nouvelle sera proclamée, dans le monde entier, on racontera aussi, en mémoire de cette femme, ce qu’elle a fait.
Matthieu 26
13 En vérité je vous dis, que dans tous les endroits du monde où cet Evangile sera prêché, ce qu’elle a fait sera aussi récité en mémoire d’elle.
Marc 10
29 Jésus répondit: Amen, je vous le dis, il n’est personne qui ait quitté, à cause de moi et de la bonne nouvelle, maisons, frères, sœurs, mère, père, enfants, ou terres,
Marc 10
29 Et Jésus répondant, dit: en vérité je vous dis, qu’il n’y a personne qui ait laissé ou maison, ou frères, ou sœurs, ou père, ou mère, ou femme, ou enfants, ou champs, pour l’amour de moi, et de l’Evangile,
Commentaire  : Dans ce verset de Marc 10:29, le Seigneur Jésus associe sa personne avec la Parole de Dieu. Quand on lit la traduction NBS, on ne s’en rend pas compte. Il faut la comparer avec une traduction respectueuse de la pensée biblique pour sentir une grande différence spirituelle. A noter que le texte grec de Nestle-Aland (NBS) omet le mot « femme » tandis que le Texte Reçu (Martin) le précise. Ce n’est pas rien comme omission au niveau doctrinal…
Marc 14
9 Amen, je vous le dis, partout où la bonne nouvelle sera proclamée, dans le monde entier, on racontera aussi, en mémoire de cette femme, ce qu’elle a fait.
Marc 14
9 En vérité je vous dis, qu’en quelque lieu du monde que cet Evangile sera prêché, ceci aussi qu’elle a fait sera récité en mémoire d’elle.
Commentaire  : La NBS a également supprimé de son vocabulaire les mot « prêcher, prédication ». Toujours pour rendre « l’ambiance » littéraire du 1er siècle…
Luc 3
18 Jean annonçait la bonne nouvelle au peuple avec beaucoup d’autres encouragements.
Luc 3
18 Et en faisant plusieurs autres exhortations, il évangélisait au peuple.
Luc 4
18 L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres ; il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le retour à la vue, pour renvoyer libres les opprimés,
19 pour proclamer une année d’accueil de la part du Seigneur
. (dans la NBS, ce passage figure en italique pour signifier qu’il est une citation de l’Ancien Testament)
Luc 4
18 L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint; il m’a envoyé pour évangéliser aux pauvres; pour guérir ceux qui ont le cœur froissé.
19 Pour publier aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue; pour mettre en liberté ceux qui sont foulés; et pour publier l’an agréable du Seigneur.
Luc 9
6 Ils partirent et se mirent à passer de village en village ; ils annonçaient la bonne nouvelle et réalisaient partout des guérisons.
Luc 9
6 Eux donc étant partis allaient de bourgade en bourgade, évangélisant, et guérissant partout.
Commentaire  : Intéressant ce parallèle entre l’évangélisation et la guérison. Nous savons que la prédication de l’Evangile de Christ possède la puissance de DIEU pour guérir les malades et faire des miracles. Je me réjouis en Jésus-Christ d’utiliser le mot EVANGILE quand j’exhorte des personnes malades à se tourner vers Dieu et à ouvrir une Bible. Que je serais triste si on m’enlevait de la bouche le mot Evangile pour le remplacer par l’insipide expression « bonne nouvelle« ….
Luc 16
16 Jusqu’à Jean, c’était la Loi et les Prophètes ; depuis, le royaume de Dieu est annoncé comme une bonne nouvelle, et chacun use de violence pour y entrer.
Luc 16
16 La Loi et les Prophètes ont duré jusqu’à Jean; depuis ce temps-là le Règne de Dieu est évangélisé, et chacun le force.
Commentaire  : Ce verset met en parallèle la Parole de Dieu de l’Ancien Testament et la Parole de Dieu du Nouveau Testament. On voit très bien dans la traduction de Martin que la balance porte sur un plateau la Loi et les Prophètes et sur l’autre plateau « l’Evangile du Royaume de Dieu ». C’est complètement perdu dans la NBS, quelle tristesse…
Luc 20
1 Un de ces jours-là, comme il instruisait le peuple dans le temple, et qu’il annonçait la bonne nouvelle, les grands prêtres et les scribes, avec les anciens survinrent
Luc 20
1 Et il arriva un de ces jours-là, comme il enseignait le peuple dans le Temple, et qu’il évangélisait, que les principaux Sacrificateurs et les Scribes survinrent avec les Anciens.
Commentaire  : Jean 1:1 nous dit que Jésus-Christ est la Parole de Dieu faite chair. Dans le temple, Jésus annonçait-il la bonne nouvelle, ou prêchait-il la Parole de Dieu ?…
Actes 16
10 Dès qu’il a eu cette vision, nous avons cherché à nous rendre en Macédoine, concluant que Dieu nous y appelait à y annoncer la bonne nouvelle.
Actes 16
10 Quand donc il eut vu cette vision, nous tâchâmes aussitôt d’aller en Macédoine, concluant de là que le Seigneur nous avait appelés pour leur évangéliser.
Romains 2
16 au jour où Dieu, selon ma bonne nouvelle, juge les secrets des humains par Jésus-Christ.
Romains 2
16 Tous, dis-je, donc seront jugés au jour que Dieu jugera les secrets des hommes par Jésus-Christ, selon mon Evangile.
Commentaire  : Cette appropriation du mot grec EUAGGELIW (évangile) par Paul prouve bien que ce mot avait un sens différent dans l’esprit de l’Apôtre. S’il reprend un terme littéraire de son époque, il lui donne une signification nouvelle, plus profonde qu’une simple ‘bonne nouvelle ». D’autres passages parallèles le confirment, voir ci-dessous.
Romains 16
25 A celui qui est a le pouvoir de vous affermir selon ma bonne nouvelle et la proclamation de Jésus-Christ – conformément à la révélation du mystère qui était tenu secret depuis toujours,
Romains 16
25 Or à celui qui est puissant pour vous affermir selon mon Evangile, et selon la prédication de Jésus-Christ, conformément à la révélation du mystère qui a été tû dans les temps passés,
Commentaire  : Une fois de plus, Paul met en parallèle, dans la même phrase et sur le même plan d’égalité : « l’évangile » et « la prédication de Jésus-Christ« . L’un est synonyme de l’autre. C’est pour cette raison spirituelle qu’il n’est pas convenable de remplacer Evangile pour l’expression neutre et littérale « bonne nouvelle ». L’Evangile, c’est bien l’annonce de la Parole de Dieu, Jésus-Christ venu en chair.
1 Corinthiens 1
17 Car le Christ ne m’a pas envoyé pour baptiser, mais pour annoncer la bonne nouvelle, non pas dans la sagesse du langage, afin que la croix du Christ ne soit pas vidée de son sens.
1 Corinthiens 1
17 Car Christ ne m’a pas envoyé pour baptiser, mais pour évangéliser, non point avec les discours de la sagesse humaine, afin que la croix de Christ ne soit point anéantie.
Attention, ci-dessous ! traduction scandaleuse !
1 Corinthiens 9
18 Quel est donc mon salaire ? C’est d’offrir gratuitement la bonne nouvelle que j’annonce, sans user réellement du droit que cette bonne nouvelle me donne.
1 Corinthiens 9
18 Quelle récompense en ai-je donc? c’est qu’en prêchant l’Evangile, je prêche l’Evangile de Christ sans apporter aucune dépense, afin que je n’abuse pas de mon pouvoir dans l’Evangile.
Commentaire  : Cher lecteur, il y a de quoi frémir en comparant les deux traductions, n’est-ce pas ? On pourrait croire qu’il ne s’agit pas du même texte original ! En effet la NBS se base sur le texte grec de Nestle-Aland qui omet des dizaines de fois le mot « Christ ». Quand on lit la traduction Martin du Texte Reçu, on comprend dans ce verset que l’Evangile et l’Evangile de Christ sont la prérogative de Paul, inspirée par l’Esprit de Dieu. Quand on lit cela dans la NBS, on a affaire à un discours intellectuel qui passe à côté de la pensée biblique. Je crie : « au secours ! » en pensant à tous ces jeunes convertis à qui l’on va offrir une NBS : leur intelligence sera séduite mais leur foi ne sera vraiment pas bien nourrie, c’est ce que je crains profondément.
2 Corinthiens 4
3 Si cependant notre bonne nouvelle est encore voilée, elle est voilée pour ceux qui vont à leur perte.
2 Corinthiens 4
3 Que si notre Évangile est encore voilé, il ne l’est que pour ceux qui périssent.
2 Corinthiens 10
16 en annonçant la bonne nouvelle dans les régions situées au-delà de chez vous, au lieu de mettre notre fierté en ce qui a déjà été fait dans le domaine d’autrui.
2 Corinthiens 10
16 Jusque à évangéliser dans les lieux qui sont au delà de vous; et non pas à nous glorifier dans ce qui a été départi aux autres selon la mesure réglée, dans les choses déjà toutes préparées.
2 Corinthiens 11
4 En effet, si le premier venu proclame un autre Jésus que celui que nous vous avons proclamé, ou si vous recevez un autre esprit que celui que vous avez reçu ou une autre « bonne nouvelle » que celle que vous avez accueillie, vous le supportez fort bien.
2 Corinthiens 11
4 Car si quelqu’un venait qui vous prêchât un autre Jésus que nous n’avons prêché; ou si vous receviez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Evangile que celui que vous avez reçu, feriez-vous bien de l’endurer ?
Commentaire  : Encore une fois, dans ce verset de Paul, nous avons la démonstration éclatante que l’Evangile = Jésus = l’Esprit de Dieu.
La NBS a même mis l’expression bonne nouvelle entre guillemets pour essayer de rendre la pensée spirituelle que ses choix ont altérée ! Quel désaveu pour ses traducteurs qui se sentent obligés de rédiger une note où ils disent : une autre « bonne nouvelle  » ou un autre « evangile ». Cher lecteur , comment ne pas se sentir attristé, quand on a basé sa vie sur la Parole de Dieu, de voir comment la simplicité de l’Evangile est faussée par la vaine science littéraire des hommes…
Le même phénomène se reproduit dans le passage ci-dessous.
Galates 1
6 Je m’étonne que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés par la grâce du Christ, pour passer à une autre « bonne nouvelle« ,
7 Qui d’ailleurs n’en est pas une : il y a seulement des gens qui vous troublent et qui veulent pervertir la bonne nouvelle du Christ.
8 Mais si nous-mêmes, ou si un ange du ciel annonçait une bonne nouvelle différente de celle que nous vous avons annoncée, qu’il soit anathème !
9 Nous l’avons déjà dit, et je le répète maintenant : si quelqu’un vous annonce une bonne nouvelle différente de celle que vous avez reçue, qu’il soit anathème !
Galates 1
6 Je m’étonne qu’abandonnant Jésus-Christ, qui vous avait appelés par sa grâce, vous ayez été si promptement transportés à un autre Evangile.
7 Qui n’est pas un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ.
8 Mais quand nous-mêmes vous évangéliserions, ou quand un Ange du Ciel vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu’il soit anathème.
9 Comme nous l’avons déjà dit, je le dis encore maintenant: si quelqu’un vous évangélise outre ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème.
Commentaire  : au verset 6, encore une fois, Jésus-Christ est étroitement associé dans le même verset au mot grec EUAGGELIW (évangile). Vois aussi avec quelle précision la traduction de Martin met en avant l’action d’évangéliser : vois comment, dans cette traduction de 1707, le souci de Paul est rendu avec force ! En lisant ce verset, je ne peux m’empêcher de penser à cet esprit insidieux du new-age qui tente d’altérer le vocabulaire de la Bible pour délivrer un nouvel « évangile » où les mots repentance, conversion, prédication, enfer, péché, etc, sont remplacés par des approximations littéraires : tout cela va dans le sens de l’oecuménisme ambiant (voir la Bible Bayard 2001[2]). Il faut veiller, chacun pour soi, à respecter l’intégrité de la Bible, ce verset de Paul parle de la malédiction qui est attachée à la falsification de la Parole de Dieu (et de sa pensée !).
Galates 3
8 Aussi l’Ecriture, voyant d’avance que Dieu justifierait les non-Juifs en vertu de la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi. (dans la NBS, ce passage figure en italique pour signifier qu’il est une citation de l’Ancien Testament)
Galates 3
8 Aussi l’Ecriture prévoyant que Dieu justifierait les Gentils par la foi, a auparavant évangélisé à Abraham, en lui disant: toutes les nations seront bénies en toi.
Commentaire  : En lisant ce verset dans la traduction de Martin, on se rend compte d’une chose : l’évangélisation avait déjà commencé du temps de l’Ancien Testament : non pas sous la forme d’une « bonne nouvelle » mais sous la forme de la « parole de Dieu » adressée à Abraham. Dans ce passage de Galates, le verbe évangéliser a pour sujet l’Ecriture ! Est-ce que l’on se rend compte de la portée spirituelle que cela revêt ? L’Ecriture est la Parole inspirée de Dieu, on a encore une fois la démonstration que le terme Evangile, sous la plume de Paul, est bien liée à l’Ecriture = Parole de Dieu.
Galates 4
13 Vous le savez, c’est à cause d’une maladie que je vous ai annoncé la bonne nouvelle pour la première fois.
Galates 4
13 Et vous savez comment je vous ai ci-devant évangélisé dans l’infirmité de la chair.
Ephésiens 2
17 Il est venu annoncer, comme une bonne nouvelle, la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient proches ;
Ephésiens 2
17 Et étant venu il a évangélisé la paix à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près.
Commentaire  : Si, en lisant l’expression « a évangélisé », on comprend son vrai sens spirituel qui est « a annoncé la parole de Dieu », on perçoit dans la traduction de Martin une puissance associée au mot « Paix » qui est absente de la NBS. C’est avec ce genre de nuances que la foi se nourrit de piété et d’assurance en Christ !
Ephésiens 4
11 C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, d’autres comme prophètes, d’autres comme annonciateurs de la bonne nouvelle, d’autres comme bergers et maîtres,
Ephésiens 4
11 Lui-même donc a donné les uns pour être Apôtres, les autres pour être Prophètes, les autres pour être Evangélistes, les autres pour être Pasteurs et Docteurs.
Commentaire  : Cette traduction de la NBS frise le ridicule : drôle de ministère en Christ que d’être un « annonciateur de la bonne nouvelle »… Mais quel esprit a donc poussé les traducteurs à un tel choix de vocabulaire ? Je reste perplexe et estomaqué.
2 Thessaloniciens 2
14 C’est à cela aussi qu’il vous a appelés par notre bonne nouvelle, pour que vous acquériez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ.
2 Thessaloniciens 2
14 A quoi il vous a appelés par notre Evangile, afin que vous possédiez la gloire qui nous a été acquise par notre Seigneur Jésus-Christ.
1 Timothée 1
11 d’après la bonne nouvelle de la gloire du Dieu bienheureux, bonne nouvelle qui m’a été confiée.
1 Timothée 1
11 Suivant l’Evangile de la gloire de Dieu bienheureux, lequel Evangile m’a été commis.
Commentaire  : Avec la NBS, on hésite à comprendre en quoi l’expression « bonne nouvelle » peut avoir affaire avec la Gloire de Dieu. En relisant le contexte, il est question de l’enseignement de la Parole de Dieu. (version Martin) 1 Timothée 1:9  Sachant ceci, que la Loi n’est point donnée pour le juste, mais pour les iniques, et pour ceux qui ne se peuvent point ranger; pour ceux qui sont sans piété, et qui vivent mal; pour des gens sans religion, et pour les profanes; pour les meurtriers de père et de mère, et pour les homicides; 10  Pour les fornicateurs, pour ceux qui commettent des péchés contre nature, pour ceux qui dérobent des hommes, pour les menteurs, pour les parjures, et contre telle autre chose qui est contraire à la saine doctrine; 11 Suivant l’Evangile de la gloire de Dieu bienheureux, lequel Evangile m’a été commis. Encore une fois dans ses écrits, Paul associe étroitement le mot évangile à la sainte doctrine, pas à une bonne nouvelle : d’ailleurs, dans ce contexte, Paul énumère les méchants qui sont sous la colère de Dieu : Paul est loin de faire une allusion à une « bonne nouvelle » selon la littérature de l’époque : en lisant ce passage les écrivains grecs de l’époque ne pouvaient pas y trouver l’annonce d’une bonne nouvelle, mais bien plutôt la sanction de la PAROLE de Dieu. Ici comme partout, la traduction « bonne nouvelle » est vraiment un non-sens spirituel.
2 Timothée 2
8 Souviens-toi que Jésus-Christ, qui s’est réveillé d’entre les morts, et qui est issu de la descendance de David, selon ma bonne nouvelle,
2 Timothée 2
8 Souviens-toi que Jésus-Christ, qui est de la semence de David, est ressuscité des morts, selon mon Evangile.
2 Timothée 4
5 Mais toi, sois sobre en tout, supporte les souffrances, annonce la bonne nouvelle, assure pleinement ton ministère.
2 Timothée 4
5 Mais toi, veille en toutes choses, souffre les afflictions, fais l’œuvre d’un Evangéliste, rends ton Ministère pleinement approuvé.
Hebreux 4
2 Car la bonne nouvelle nous a été annoncée tout aussi bien qu’à eux. Mais la parole qu’ils ont entendue ne leur a servi de rien, car ils n’étaient pas unis par la foi à ceux qui l’ont entendue.
(…)
6 Ainsi, puisqu’il est réservé à certains d’y entrer, et que ceux qui avaient reçu les premiers cette bonne nouvelle n’y entrèrent pas, à cause de leur refus d’obéir,
Hebreux 4
2 Car il nous a été évangélisé, comme il le fut à ceux-là; mais la parole de la prédication ne leur servit de rien, parce qu’elle n’était point mêlée avec la foi dans ceux qui l’ouïrent.
(…)
6 Puis donc qu’il reste que quelques-uns y entrent, et que ceux à qui premièrement il a été évangélisé n’y sont point entrés, à cause de leur incrédulité,
1 Pierre 1
25 Mais la parole du Seigneur demeure pour toujours. Cette parole, c’est la bonne nouvelle qui vous a été annoncée.
1 Pierre 1
25 Mais la parole du Seigneur demeure éternellement; et c’est cette parole qui vous a été évangélisée.
1 Pierre 4
6 C’est pour cela, en effet, que même aux morts la bonne nouvelle a été annoncée, afin qu’après avoir été jugés humainement, quant à la chair, ils vivent selon Dieu quant à l’Esprit.
1 Pierre 4
6 Car c’est aussi pour cela qu’il a été évangélisé aux morts, afin qu’ils fussent jugés selon les hommes en la chair, et qu’ils vécussent selon Dieu dans l’esprit.

[1] Voir « La Louis Segond 2002 – une traduction dangereuse » -> https://wp.me/p8REsR-Bm

[2] Voir « La Bible Bayard – une traduction dangereuse » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/la-bible-bayard-dangereuse/

Le mot Evangile signifie-t-il bonne nouvelle

L’Evangile éternel qui est au Ciel et qui a été apporté sur la terre, ce n’est pas une bonne nouvelle, c’est La Parole de Dieu, c’est Jésus-Christ venu en chair.

Voici un résumé qui explique la Parole de Dieu PAR la Parole de Dieu :

  • 28 versets associent étroitement le mot évangile avec la personne de Jésus-Christ.
  • 12 versets associent étroitement le mot évangile avec l’Ecriture et/ou la Parole de Dieu et la vérité qui est en Jésus-Christ.
  • 8 versets associent étroitement le mot évangile avec Dieu.
  • 6 versets au moins associent étroitement le mot évangile avec le ministère du Saint-Esprit.
  • 27 versets associent étroitement le mot évangile avec le travail de Ministère de la prédication et de l’enseignement de la sainte doctrine.
  • 9 versets associent étroitement le mot évangile avec la puissance de Dieu et la guérison.
  • D’autres versets mettent en rapport l’Evangile avec la parole de Dieu qui seule a droit à l’obéissance, possédant un caractère sacré et un rôle de témoignage.
  • Dans 4 versets Paul s’approprie l’expression évangile avec les déterminants possessifs, Mon ou Notre.

On remplace le sens biblique du mot évangile en faisant croire qu’il signifie « bonne nouvelle ». Cette signification littéraire n’est pas la vraie signification spirituelle. Il y a tant de versets de la Bible elle-même qui prouvent que le mot évangile, sous la plume du Saint-Esprit, signifie « Parole de Dieu ».

Les traducteurs partent d’un à-priori scientifique et font preuve de subjectivité. Ils préfèrent suivre leur science philologique. Les lecteurs de la Nouvelle Bible Second[1], comme ceux de la Bible Bayard 2001[2], deviennent ainsi de vraies victimes ! Il est si triste de penser à ces chrétiens qui ne connaîtront pas un pilier essentiel à la foi : l’Evangile est la Parole de Dieu, le témoignage de Jésus-Christ…

Gardons précieusement pour notre foi et pour notre piété en Christ la conviction biblique que le mot « Evangile » signifie « Parole de Dieu » et que ce mot grec, utilisé par le Saint-Esprit, est étroitement associé à Jésus-Christ lui-même.

Dans notre volonté de partager le salut en Jésus-Christ, nous avons encore besoin du mot évangéliser ; les inconvertis savent très bien de quoi on leur parle : on parle de la Bible et la Bible parle de Jésus-Christ. Intuitivement, même le monde païen sait que l’Evangile c’est Jésus-Christ.


[1] Voir « La Louis Segond 2002 – une traduction dangereuse » -> https://wp.me/p8REsR-Bm

[2] Voir « La Bible Bayard – une traduction dangereuse » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/la-bible-bayard-dangereuse/

La Bible Bayard : une traduction dangereuse

Aujourd’hui, les traducteurs de la Bible font preuve de négligence : ils altèrent la précision du vocabulaire biblique, sous prétexte qu’il faut traduire le texte hébreu ou grec dans une langue dépoussiérée et compréhensible par tous. C’est un faux prétexte. En fait, ils sont conduits par l’esprit du monde qui ne supporte pas le message de la repentance et du salut contenu dans la Parole de Dieu.

La Bible Bayard, parue en 2001, a complètement changé la valeur des mots de l’Evangile. Avec cette Bible, impossible de présenter le message de Jésus-Christ à des hommes qui ont déjà leur propre philosophie. Il n’y a plus de distinction entre les notions fondamentales de l’Evangile (le péché, la repentance, le salut par la grâce, la résurrection des morts, le Saint-Esprit) et les notions du Bouddhisme par exemple. C’est la perversion du mouvement New-Age qui s’introduit depuis une vingtaine d’années dans les mentalités chrétiennes, via les mouvements oecuméniques.

Voici ci-dessous un tableau comparatif sur la Bible Bayard qui démontre l’altération des mots et de la pensée chrétienne :

1 – Dans les versets suivants extraits de la Bible BAYARD, Jésus-Christ n’est plus le Fils unique de Dieu, il n’est plus le seul messie.

Il n’est plus la Parole qui est Dieu. La Bible Bayard enlève le trait d’union qui unit ensemble Jésus et Christ et enlève la majuscule au mot « Fils ».

Jésus ne fait plus de « miracles », il accomplit des « signes »… Il ne montre pas sa « Gloire », mais seulement son « éclat ».

A tel point que ses disciples ne croient plus en Lui, « ils lui font confiance » tout simplement !

Ostervald 1 Jean 5:5

Qui est celui qui est victorieux du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

Bayard

Qui est victorieux du monde sinon celui qui croit que Jésus est fils de Dieu.

(le déterminant LE a disparu et fils est écrit en minuscule)

Ostervald 1 Jean 5:10

Celui qui croit au Fils de Dieu (…)

Bayard

Celui qui croit au fils de Dieu.

(fils est écrit en minuscule)

Ostervald  Jean 4:25-26

Cette femme lui répondit: Je sais que le Messie, celui qu’on appelle Christ, doit venir; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses.

Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle. 

BAYARD  Je sais qu’un messie vient, appelé christ, dit la femme. Quand il sera là, il nous expliquera tout.

C’est moi qui te parle, dit Jésus.

Ostervald Jean 1:1-5

Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.

Elle était au commencement avec Dieu.

Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait, n’a été fait sans elle.

En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

Et la lumière a lui dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.  BAYARD

Au commencement, la parole

la parole avec Dieu

Dieu, la parole

elle est au commencement avec Dieu.

Par elle tout est venu

et sans elle rien n’a été fait de ce qui fut.

En elle, la vie, la vie, lumière des hommes.

et la lumière brille à travers la nuit

la nuit ne l’a pas saisie.

Ostervald Jean 2:11

Jésus fit ce premier miracle à Cana de Galilée, et il manifesta sa gloire; et ses disciples crurent en lui. 

Bayard

Voici le commencement des signes de Jésus, à Cana, de Galilée, il s’est montré dans tout son éclat et ses disciples lui ont fait confiance.

La BAYARD fait disparaître complètement l’unicité et la déité de Jésus-Christ, Parole de Dieu faite chair. Elle dilue ces passages dans un flou poétique en ne disant plus qu’il est la Parole de Dieu. Cela prépare un terrain favorable aux nouvelles doctrines qui veulent enlever la place fondamentale qui revient à Jésus-Christ. Antichrist : veut dire « contre Christ », mais aussi « à la place de Christ ».

Ces passages de la BAYARD ouvrent la porte à toutes les interprétations possibles. 

2 – Dans les versets suivants, qui sont les enfants de Dieu, ceux que toutes les Bibles appellent les Saints ? Dans la BIBLE BAYARD, les Saints en Jésus-Christ ont disparu. Ils deviennent « ceux qui font confiance », CROIRE en JESUS ne veut plus rien dire mais devient « ceux qui s’en remettent à Dieu ». Etre en Christ ne veut plus rien dire : il suffit d’être « amis de Christ » 

Ostervald 1 Co 15: 22  et 23

Car, comme tous meurent en Adam, de même tous revivront en Christ;

Mais chacun en son propre rang; Christ est les prémices, ensuite ceux qui sont de Christ, à son avènement. 

Bayard

Comme avec Adam tous meurent avec le Christ aussi tous vivront

mais chacun à sa place prémices Christ puis les amis du christ quand il viendra

Ostervald Jean 3:16

Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. 

Bayard

Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son fils unique afin que tous ceux qui s’en remettent à lui ne meurent pas et vivent la vie sans fin.

Ostervald  Philippiens 4:21

Saluez tous les Saints en Jésus-Christ; les frères qui sont avec moi vous saluent. Tous les Saints vous saluent, (…)

BAYARD

Saluez tous ceux qui font confiance à Christ Jésus. Tous ceux qui font confiance vous saluent (…). 

3 – Dans la Bible Bayard, Le Saint-Esprit n’existe plus : il devient le souffle. 

Ostervald  Romains 8:9  et 10

Pour vous, vous n’êtes point dans la chair, mais dans l’esprit, s’il est vrai que l’Esprit de Dieu habite en vous. Or, si quelqu’un n’a point l’Esprit de Christ, celui-là n’est point à Lui.

Mais si Christ est en vous, le corps est bien mort à cause du péché, mais l’esprit est vivant à cause de la justice.

BAYARD

Mais vous, vous n’êtes pas dans la chair, mais dans le souffle, s’il est vrai que le souffle de Dieu vous habite. Qui n’a pas le Souffle de Christ ne lui appartient pas. Mais si le Christ est en vous, bien que le corps soit mort à cause du péché, le souffle est vivant grâce à la justice.

Ostervald Jean 4:24

Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité.  BAYARD

Dieu est souffle et ceux qui adorent doivent adorer par le Souffle de vérité.

(la Bayard a fait disparaître la précision « L’adorer ».)

4 – Dans la Bible Bayard, la Grâce de Dieu disparait, elle n’est plus que tendresse, ou faveur. 

Ostervald  Philippiens 4:23

La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous! Amen. BAYARD

La faveur du Seigneur Jésus Christ accompagne votre souffle.

(la Bayard enlève le trait d’union entre Jésus et Christ : un vrai symbole apostate!)

Ostervald Jean 1:16

Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce sur grâce.

BAYARD

de sa plénitude nous avons tous reçu tendresse sur tendresse

5 – Dans la Bible Bayard, le péché a disparu, il est devenu simple « égarement », la repentance n’est plus d’actualité, il suffit de « changer ». Le baptême est devenu ambigue : on parle « d’immersions » ou « d’être plongé ». 

Ostervald   Matthieu 3:6

Et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en confessant leurs péchés. BAYARD

Chacun reconnaissait ses égarements, puis était plongé par lui dans le fleuve, le Jourdain.

Ostervald Matthieu 3:2

Et disant: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. 

BAYARD

Changez ! Le règne des cieux est proche !

6 – Dans la Bible Bayard, le monde des ténèbres a disparu : Fini les mot « Satan, Diable, démon ». 

Ostervald Jean 1:5

Et la lumière a lui dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. BAYARD

et la lumière brille à travers la nuit, la nuit ne l’a pas saisie

Ostervald Jean 13:27

Et après que Judas eut pris le morceau, Satan entra en lui. 

BAYARD

Avec la bouchée pénètre l’Adversaire.

(note : la Bayard raconte les Evangiles au présent de narration…).

Ostervald Matthieu 12:43

Lorsqu’un esprit immonde est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point. Alors il dit (…).

BAYARD

Quand il est expulsé de l’être où il vivait, le souffle maléfique erre dans les plaines sèches, en quête d’une oasis. Et le souffle se dit : (…)

Le mot Evangile dans le nouveau Testament

Les 118 occurrences du mot évangile dans la traduction du Nouveau Testament par David Martin (1707) : elles sont classées par thèmes pour permettre de discerner que la Parole de Dieu est cohérente et très précise !

1 – Le mot « Evangile » est étroitement associé à la personne de Jésus-Christ, Parole de Dieu[1].

2 – Le mot « Evangile » est étroitement associé à la Parole de Dieu, à l’Ecriture sainte et à la vérité (Jésus-Christ est la vérité)[2].

3 – Le mot « Evangile » est étroitement associé à Dieu[3].

4 – Le mot « Evangile » est étroitement associé au ministère du Saint-Esprit sur terre[4].

5 – Le mot « Evangile » est étroitement associé au Ministère de la Prédication et à l’enseignement de la Doctrine[5].

6 – Le mot « Evangile » est approprié par l’Apôtre Paul pour le corps de Christ[6].

7 – Le mot « Evangile »  est la puissance de Dieu, guérison et miracles[7].

8 – Le mot « Evangile » pour témoignage.

Mt 24:14

Et cet Evangile du Royaume sera prêché dans toute la terre habitable, pour servir de témoignage à toutes les nations, et alors viendra la fin.

Mt 26:13

En vérité je vous dis, que dans tous les endroits du monde où cet Evangile sera prêché, ce qu’elle a fait sera aussi récité en mémoire d’elle.

Mc 14:9

En vérité je vous dis, qu’en quelque lieu du monde que cet Evangile sera prêché, ceci aussi qu’elle a fait sera récité en mémoire d’elle.

9 – Le mot « Evangile »  pour le caractère sacré de l’Evangile

Gal 1:8

Mais quand nous-mêmes vous évangéliserions, ou quand un Ange du Ciel vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu’il soit anathème.

Gal 1:9

Comme nous l’avons déjà dit, je le dis encore maintenant: si quelqu’un vous évangélise outre ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème.

10 – Le mot « Evangile » et l’obéissance à la Parole de Dieu : l’évangile n’est pas une bonne nouvelle, c’est un commandement pour le salut (commandement = la Parole de Dieu)[8].

11- Autres occurrences du mot « Evangile ».

Mc 1:14

Or après que Jean eut été mis en prison, Jésus vint en Galilée, prêchant l’Evangile du Royaume de Dieu,

Mc 13:10

Mais il faut que l’Evangile soit auparavant prêché dans toutes les nations.

Lc 4:43

Mais il leur dit: il faut que j’évangélise aussi aux autres villes le Royaume de Dieu: car je suis envoyé pour cela.

Act 8:40

Mais Philippe se trouva dans Azote, et en passant il annonça l’Evangile dans toutes les villes, jusqu’à ce qu’il fût arrivé à Césarée.

Act 14:7

Et ils y annoncèrent l’Evangile.

Rom 1:15

Ainsi, en tant qu’en moi est, je suis prêt d’annoncer aussi l’Evangile à vous qui êtes à Rome.

1Cor 9:23

Et je fais cela à cause de l’Evangile, afin que j’en sois fait aussi participant avec les autres.

2Cor 8:18

Et nous avons aussi envoyé avec lui le frère dont la louange, qu’il s’est acquise dans la prédication de l’Évangile est répandue par toutes les Églises:

2Cor 10:16

Jusques à évangéliser dans les lieux qui sont au delà de vous; et non pas à nous glorifier dans ce qui a été départi aux autres selon la mesure réglée, dans les choses déjà toutes préparées.

Gal 4:13

Et vous savez comment je vous ai ci-devant évangélisé dans l’infirmité de la chair.

Eph 2:17

Et étant venu il a évangélisé la paix à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près.

Eph 6:19

Et pour moi aussi, afin qu’il me soit donné de parler en toute liberté, et avec hardiesse, pour donner à connaître le mystère de l’Evangile,

Jude 1:1

Jude serviteur de Jésus-Christ, et frère de Jacques, à ceux qui ont été appelés par l’Evangile, que Dieu a sanctifiés et Jésus-Christ a conservés.


[1] Voir « Le mot Evangile associé à Jésus-Christ » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-associe-a-jc/

[2] Voir «  Le mot Evangile associé à la Parole de Dieu » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-associe-a-la-parole-de-dieu/

[3] Voir « Le mot Evangile étroitement associé à Dieu » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-associe-a-dieu/

[4] Voir « Le mot Evangile lié au ministère du St-Esprit sur terre » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-lie-au-st-esprit/

[5] Voir «  Le mot Evangile lié à l’enseignement de la Doctrine » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-lie-a-la-doctrine/

[6] Voir « Le mot Evangile approprié pour le corps de Christ » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-approprie-pour-l-eglise/

[7] Voir «Le mot Evangile puissance de Dieu » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-puissance-de-dieu/

[8] Voir « Le mot Evangile et l’obéissance à la Parole de Dieu » -> https://theonoptie.org/2021/01/29/evangile-et-lobeissance-a-la-parole/